Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-57%
Le deal à ne pas rater :
Gonfleur électrique Xiaomi Mi Portable Electric Air Pump
29.99 € 69.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment :
Carte graphique MSI Radeon RX 6700XT Gaming X 12 Go ...
Voir le deal
869.99 €

 

 Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Entraînement royal /! -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeVen 3 Juil - 21:26

Le banquet était fini depuis quelques temps déjà. Un véritable bazar. Cependant, elle avait réussi à capturer l'humain que son Saigneur désirait, membre de la Congrégation. Il était encore inconscient, et gisait dans l'une des cellules des Catacombes... Elle passa une main sur ses yeux fatigués. C'était incroyable le nombre de personne qui en voulait au Comte. Elle et les autres Ombres avaient eut un mal de chien à assurer sa sécurité, et ça ne s'était pas amélioré quand Meyna avait du remplir sa mission. Heureusement, elle avait réussi à faire vite, et avait pu aider ses camarades à botter quelques fesses. Les anéantir n'était pas si difficile, le problème principal avait été leur nombre. A un tel point que la vampiresse se demandait si, aussi fortes que soit les Ombres en matière de discrétion, quelqu'un ne les avait pas remarqué... Mais peu importe.

Elle n'avait quitté l'ombre du Comte qu'une fois certaine qu'il fut en sécurité, et surtout bien gardé. Toute fatiguée qu'elle pouvait être après un tel souk, il était hors de question de laisser le Comte sans défense. Silencieuse et invisible comme à son habitude, elle regagna sa chambre pour être présentable à son entraînement. Elle jeta un coup d'œil au grand miroir accroché au mur. Non, elle ne pouvait vraiment pas y aller comme ça... Ses vêtements d'Ombre sentaient le sang à trois kilomètres à la ronde. Pas le sien naturellement, mais bien celui de ses ennemis. Avec un soupir, elle ôta le tout et les posa soigneusement sur une chaise. Elle examina la coupure sur son bras gauche. Comment avait-elle fait pour se blesser ? Dans l'ivresse de la bataille, elle n'avait rien senti. Pourtant, cela devait être assez profond, car même si la cicatrisation avait commencé, la plaie saignait encore.

Décidant de s'en moquer complètement, elle se glissa dans sa salle de bain toujours dans le moindre bruit. Une question d'habitude sans doute... Même seule, elle restait Ombre. Seul un ordre du Comte pouvait la faire quitter son monde de ténèbres. L'eau aurait pu être tiède, voir même froide pour un humain, mais contre le corps glaciale de la buveuse de sang, il était aussi chaud qu'une source thermale. N'aimant pas rester trop longtemps aussi vulnérable, deux minutes suffirent à la laver, et un rapide bandage sommaire ceignit son bras. Hors de question de salir ses nouveaux vêtements. Maintenant, que mettre ? Elle n'allait pas se battre en tant qu'Ombre... Donc une tenue pratique pour les duels. Un pantalon à la coupe droite, qui, sans être très large, ne la gênait pas du tout dans ses mouvements. Des hautes bottes en cuir souple recouvraient ses pieds et montaient jusqu'à son genoux. Elle glissa un long couteau dans l'une d'elle, et dans l'autre cinq longues aiguilles... On ne savait jamais. Un autre engin se glissa dans sa ceinture et elle frissonna en sentant le contact froid du métal contre sa peau. Elle comptait bien surprendre le Comte avec cette nouvelle arme...

Le haut était classique, et possédait les même propriétés que le bas. Léger, droit, pas large mais pas gênant dans ses mouvements. Des kunai, shuriken, dague, couteaux à lancer, sphères de poison et de fumée vinrent compléter son arsenal, disperser dans les poches secrètes qu'elle avait mis un temps fou à coudre. Mais elles valaient le coup, et lui avaient déjà sauvé la vie de nombreuses fois... Une paire de gant de cuir vint finaliser ses vêtements. Elle vérifia méticuleusement qu'une parcelle de sa peau n'était visible, sauf son cou et son visage bien entendu. Satisfaite du résultat, elle attrapa son foulard et le noua pour cacher le reste de son corps, laissant uniquement ses yeux visibles... D'ailleurs, elle avait entendu parler d'une invention humaine chargée de cacher les yeux. Lunettes, ou quelque chose comme ça... Il faudrait qu'elle regarde ça, un jour. Elle hésita une brève seconde. Devait-elle prendre son katana ? Allaient-ils se battre au sabre ? Possible. Il fallait s'attendre à tout avec le Comte.

Soupirant, elle attacha son sabre dans son dos dans une position plus pratique pour un assassin. Mettre un katana à sa taille n'était pas très futé... C'était l'une des premières choses que l'on apprenait. Taillé sur mesure, son sabre était parfaitement adapté à sa main et à son style de combat. Son équilibre avait été méticuleusement calculé, de même que sa taille et son poids... C'était le sabre parfait. A sa demande, il était intégralement noir, pour qu'elle n'ait pas à le cacher dans une étoffe quand elle voulait le prendre. Elle vérifia le fil de la lame sur son doigt, et l'acier trancha sa chair sans le moindre problème. Parfait. Elle n'aimait pas le sang des vampires, cependant elle avait bu bien pire que ça – comme du sang de loup-garou, ou de certains d'animaux... beurk – et elle lécha rapidement son doigt déjà rétabli. Elle récupéra sa ceinture de son ancienne tenue, la ceignit habilement à sa taille et se glissa comme l'Ombre qu'elle était à l'extérieur après avoir ranger la pièce, ne laissant aucune trace de son passage. Cette chambre aurait pu appartenir à n'importe qui...

Les vampires étaient déjà repartis dans leurs quartiers, après un tel banquet, ils étaient déjà fatigués comme pas deux. Elle siffla mentalement contre leur endurance. Et ça se prétendait vampire ? Elle fronça les sourcils et se remit en route. Elle atteignit avec encore plus de facilité qu'avant la salle d'entraînement, et ne fut pas surprise de la trouver vide. Vide... ? Le Comte voulait-il la surprendre ? Elle resta invisible un moment, attentive au moindre mouvement d'aura et physique de la salle. Inutile de chercher une respiration ou un cœur battant. Elle se concentra plutôt sur le bruissement de l'air contre les objets. Rien. A part... Un léger sourire jouait sur ses lèvres, invisible grâce à son foulard. La main prête à bondir sur la garde de son poignard. Elle avança, bien visible avec sa démarche féline habituelle jusqu'au centre de la pièce... pour se retourner brusquement et coller sa lame contre la gorge de l'Ombre. Un regard suffit pour poser la question. Un autre pour lui répondre. Les Ombres se comprenaient parfaitement et n'avaient pas besoin de mots pour se parler. Peut être était-ce la proximité que leur offrait les ténèbres ? Le sentiment d'être écartée du monde ? Elle l'ignorait. Quoiqu'il en soit, l'Ombre disparut aussi vite qu'elle était apparue, et Meyna suivit des yeux sa silhouette jusqu'à la sortie.

Mal à l'aise quand elle était visible, Meyna retourna dans l'obscurité accueillante de son monde et s'y tapit en attendant son saigneur et maître. Qui ne tarda pas à arriver d'ailleurs. Elle attendit patiemment qu'il pénètre dans la pièce et le dévora des yeux tout son saoul avant... Vêtu de noir, il était encore plus désirable qu'à l'accoutumée. Une faux lui servait d'arme. Elle avait bien fait de prendre son katana. Elle admira sa grâce, son charisme, sa démarche... Il avait l'air de glisser dans l'air. Ses yeux de sang balayèrent la pièce. Il la cherchait apparemment... Elle était là. Dans son dos. La pointe de son couteau dans le creux de ses reins... Il allait réagir bien entendu. Personne de coller son couteau dans ses reins comme ça. Mais elle n'avait pas l'intention de commencer le duel maintenant. Elle murmura doucement à son oreille :

- Bonsoir, Monseigneur.

Avant de s''écarter d'un bond souple et habile hors de sa portée, aussi rapidement qu'elle était venue.


Dernière édition par Meyna Shark le Dim 26 Juil - 23:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeVen 3 Juil - 23:13

De retour du banquet, le Comte rejoignit rapidement son Caveau et quitta sa tenue d’apparat. Il avait laissé Selenya rejoindre le château et se trouvait à présent seul et libre de s’entrainer avec une des rares – pour ne pas dire l’unique – personne qui puisse le pousser à faire quelques efforts. Il sortit de ses tiroirs une tenue en parfait était, sans aucun accros et sans traces de déchirures recousues et la posa sur le lit – enfin le cercueil refermé qui avait cet usage et qui de jour servait de table. Il attrapa aussi une paire de bottes de cuir noir mais souple et sa faux d’entrainement, jetant le tout près du lit. Il enroula alors autour de ses deux poignets des bandages noirs, d’un matériau souple et résistant, identique à celui de sa chemise d’entrainement. Il y camoufla ensuite de petites lames de jets, 5 dans chaque bandage et 3 aiguilles fines. Il suspendit aussi à son cou une sacoche contenant 3 shurikens. Il enfila ensuite sa chemise sur son torse nu. Celle-ci cachait parfaitement les armes et les bandages. De plus, sa coupe et sa forme allait très bien au Comte, mettant en valeur sa musculature sans l’exagérer. Raffiné, même à l’entrainement. Le tissu semblait à première vu assez fin mais il ne se déchirerait en fait pas si aisément. Il était noir, avec des reflets argentés comme de la soie et avait aussi la douceur du velours. Sans être trop ample, elle n’était pas non plus moulante. Il aurait été plus facile de deviner la présence des armes. Malgré le fait qu’il ne la boutonne pas jusqu’en haut, le fil de la sacoche reste invisible, mais cela lui donne un air décontracté et sur de lui qu’il sait être séduisant.

Les apparences étant souvent trompeuses, cette chemise si séduisante abritait à elle seule une quantité d’armes équivalentes à une armurerie presque complète. On trouvait, dissimulé dans les coutures, des aiguilles acérées et plusieurs mètres de filin indestructible qui serviraient à immobiliser l’ennemi. Des shurikens étaient tapis dans derrières les revers de manches et les boutons pouvaient être utilisés comme mini disques de lancé au bords tranchants comme des lames de rasoir. Trois petites lames de lancé étaient glissés derrière son col et de discrètes ouvertures dans les manches permettaient de tirer les dagues acérées qui étaient fixées le long de ses avant-bras.

Ensuite, il enroula de même des bandes de tissu autour de ses chevilles y plaçant de courtes lames avec une boucle qui permettaient de les enfiler sur les doigts et d’en faire des sortes de griffes improvisées. Au cas où. Il enfila le pantalon taillé dans un tissu assez épais et d’un noir de nuit par-dessus. Une sorte de lame fine et arrondie était dissimulée dans chacune des manches, mais aisément retirable pour former une paire de pieux de métal qu’on pouvais utiliser comme dague ou arme de jet. Il y avait aussi quelques mètres de filin autour de sa taille et 3 kunai dans les poches sur les côtés, sans parler bien entendu des aiguilles, shurikens, boules de fumée et de vapeurs toxiques qui se trouvaient dans les sacoches accrochées à sa ceinture. Ses armes-là étaient cependant bien visible. Enfin, on voyait les sacoches, mais pas leur contenu. Mais un expert tel que Meyna saurait du premier coup d’œil quel sac contenait quoi, grâce à sa forme et à d’autres indices.

Pour compléter le tout, Aayon enfila ses bottes en cuir souple lustré et brillante comme si elles étaient neuves. Mais il pouvait faire sortir une lame des talons de chaussures rien qu’en les claquant l’un contre l’autre. De plus, les semelles étaient renforcées au fer. Un coup de pied serait certainement très douloureux… Le Comte glissa un poignard dans chacune des deux bottes et se prépara à quitter la salle tout en prenant sa faux qu’il attaqua dans son dos. C’était son arme principale. Une faux à trois lames. Lourde et pourtant très maniable. Forgée par des maîtres Vampires sur demande du Comte. Elle avait le poids idéal et une balance parfaite. Et ce n’était que la faux d’entrainement. Il avait bien entendu veillé à ne prendre que des armes en métal banal. Rien de dangereux pour les Vampires. Mais tout cet attirail pouvait être remplacé par des lames spécialement traitées pour infecter le sang d’un Vampire. La victime aurait alors un poison rappelant l’eau bénite ou l’argent qui se propagerait dans son sang et elle agoniserait dans d’atroces souffrances pendants des heures.

Aayon s’arrêta devant la porte de la salle. Il savait qu’en franchissant la porte, il allait entrer dans l’entrainement et que Meyna se trouvait probablement déjà là, embusquée. Il prit sa faux à la main et ouvrit la porte, pénétrant avec prudence sur les lieux. Personne. A première vu du moins. Il avança prudemment, aux aguets regardant de tous les côtés. Toujours rien. Peut-être n’est-elle pas encore arrivée… ah si.

Il venait de sentir la lame d’une arme dans le bas de son dos et la douce voix si familière murmura à son oreille :

Bonsoir, Monseigneur.


Il sourit d’un air joueur et vaguement sadique avant de se retourner d’un coup, faisant tournoyer sa triple lame meurtrière. Il savait que Meyna avait déjà esquivé hors de sa portée, mais ne pas réagir n’aurait pas été amusant. De plus, tourner su lui-même lui aura permis de repérer la Vampiresse. Il la salua d’un hochement de tête, arborant son sourire tendre réservé à Meyna. Puis il attaqua sans prévenir.

Il fonça droit sur elle, préparant les trois lames à tailler la chaire. Au dernier moment, il feinta et se retrouva derrière la Vampiresse en tentant de la frapper du manche. Bien sûr, il ne se retenait pas, pas comme avec Selenya. Ses mouvements étaient difficiles à suivre, même pour un Vampire tant ils étaient rapides. Si Meyna n’esquivait pas le coup, elle volerait à l’autre bout de la salle, jusqu’à ce que le mur la stoppe.
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeSam 4 Juil - 3:48

Bien entendu qu'il avait réagit. Faisant volte face en maniant sa grande faux d'entraînement, et l'acier trancha l'air avec un léger sifflement. Elle sourit et apprécia ce bruit parfait, chant funeste, annonciateur de mort et de sang. C'était un son plaisant, qu'on ne pouvait entendre, ni apprécier sur un champ de bataille, bien trop bruyant. Les cri et les hurlements suffisaient à masquer cette douce musique, qu'elle préférait mille fois aux chants des anges. Ce sifflement meurtrier, elle l'entendait uniquement quand elle assassinait quelqu'un à l'arme blanche, et elle en appréciait à chaque fois chaque nuance, chaque variation. Mais le son de la faux du maître était différent. Il était plus puissant, plus majestueux, plus... mortel. Et l'entendre en duel était un véritable plaisir, à chaque fois.

Le Comte la salua, un léger sourire tendre aux lèvres, son sourire pour elle. Elle lui répondit de la même façon, mais un peu plus froidement. Elle devait faire attention à ne pas céder à son saigneur en plein duel, bien qu'elle soit habituée à lui résister, elle avait toujours du mal à ne pas perdre toute volonté devant ses sourires et ses regards. Mais elle s'y faisait ! Et maintenant, elle pouvait se vanter d'être l'une des seules femmes à ne pas succomber aux attentions du Comte. Du moins, pas tout de suite. Elle pouvait y résister un peu... Dès le début du duel, le ton fut donné. Le Comte ne musellerait pas sa puissance, il irait comme il l'entendait, c'est-à-dire jusqu'au niveau où Meyna le forcerait à aller. Et elle avait bien l'intention de le pousser à sa limite... Ou du moins, le forcer à aller plus loin que d'habitude. Elle avait fait des progrès depuis leur dernière confrontation. Et elle comptait bien le montrer à cet entraînement.

Meyna était toujours aussi impressionnée par la vitesse incroyable du Comte. Elle n'avait jamais rencontré une autre personne capable de se mouvoir aussi vite... Enfin, elle serait impressionnée plus tard, quand elle analyserait précisément leur combat pour corriger certaines de ses erreurs et pouvoir le défier à nouveau la fois suivant. Meyna mourait d'envie de le vaincre. Et elle comptait bien y arriver un jour. Mais pour le moment, elle s'était abandonnée dans l'ivresse particulière dans laquelle plonger les assassins quand ils se battaient. C'était une machine à tuer. Le Comte avait réussi. Il avait voulu une arme, et elle en était devenue une. Il pouvait se féliciter de son si bon travail...

Ne pouvant se fier à ses yeux pour suivre les mouvements du Comte, Meyna utilisa automatiquement ses autres sens. Pourquoi s'encombrait d'un sens inutile ? Son saigneur était trop rapide pour ses yeux. Mais pas pour ses quatre autres sens décuplaient lorsqu'on en ôtait un. Meyna sentit au mouvement du vent dans son dos que que le Comte avait feinté, et que le sifflement du manche un peu plus bas était du à celui-ci se dirigeant tout droit vers elle et son dos. Il fallait réagir vite si elle ne voulait pas rencontrer et trouer par la même occasion le mur. Si elle bloquait le manche avec son couteau, il aurait tout loisir de la trancher avec l'autre côté de son arme. Elle bénit sa géniale idée d'attacher son sabre dans son dos. D'un geste souple, elle attrapa la garde de son arme longue et dévia le fourreau de façon à ce qu'il bloque le coup.

Elle se servit de la force que le Comte avait mis dans son attaque en la déviant pour faire rapidement volte-face et économiser son énergie. Le Comte se fatiguait pour deux, et c'était bien fait pour lui. Dans le même mouvement de rotation, elle dégaina son arme qui sortit en émettant un sifflement plus strident que la faux de son maître. La garde du poignard qu'elle tenait toujours avait été travaillée et creusée de façon à pouvoir être tenue en même temps que la garde de son katana. Inutile de défier le maître des lieux dans une épreuve de force, il était beaucoup plus fort physiquement qu'elle. Il allait donc falloir ruser. Le problème était que sa faux était longue, et donc lui permettait de garder une certaine distance avec son ennemi. Une arme redoutable.

Mais ce n'était pas le moment de penser à ça. Elle avait contré l'attaque, maintenant c'était à elle d'attaquer. Sa lame vint percuter sa faux, et se coinça entre deux lames pour l'empêcher de se défiler, et d'un bond habile, elle sauta au dessus du Comte. Le corps de Meyna resta droit et tourna dans les airs, pour atterrir souplement derrière le Comte, dos à dos. Sa main qui tenait encore son poignard quitta la garde de son sabre qui maintenait l'arme ennemie, et trancha l'air pour se diriger vers la nuque du vampire.
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeSam 4 Juil - 18:44

Le Comte sourit de nouveau en percevant le son dur du fourreau bloquant son attaque. Ingénieuse cette idée. Et originale. Il ne put s’empêcher de ressentir un petit frisson malsain d’excitation et de fierté. Le combat s’annonçait divertissant. Il y avait encore pas si longtemps, la jeune femme aurait peut-être tenté d’esquiver en bondissant en avant ou se serait carrément prit le coup en poussant un stupide hoquet de surprise. Mais non, elle avait décidée de bloquer l’attaque et donc, d’affronter le Comte. Peut-être s’amuserait-il un peu cette fois. Peut-être parviendrait-elle à le forcer à faire refaire une autre tenue. Il doutait cependant du fait que Meyna soit devenue assez forte pour l’amener à reconsidérer son style de combat ou à chercher des parades à ses attaques. Elle n’avait pas encore assez d’expérience.

La Vampiresse ne se contenta cependant pas de bloquer l’attaque. D’un mouvement de rotation souple, elle se retrouva face à Aayon, une arme tranchante dégainée en plus. Le Maître de la Crypte se demanda une fraction de seconde si elle comptait rivaliser de force brute avec lui, mais il savait parfaitement que Meyna n’était certainement pas sotte à ce point. Par ailleurs, elle avait sortit son poignard assez rapidement. Plus vite qu’au dernier entrainement en tout cas. Le Comte avait entendu son sifflement semblable à celui d’un chat irrité avant de voir l’éclair blanc de la lame. Meyna faisait de jolis progrès…

Curieux de voir la suite, Aayon la laissa poursuivre sans chercher à se dégager. La jeune femme bloqua la faux, la rendant à présent peu maniable. Elle agissait avec précaution et tactique. Elle bloquait une attaque, rendait l’arme inutilisable et attaquait par la suite. Un bond gracieux et félin la fit retomber derrière le Comte. Il sentit son corps contre le sien et en déduisit qu’ils étaient dos à dos. La lame de son poignard n’allait probablement pas tarder à siffler en se dirigeant vers un point vital… comme son cou.

Il avait vu juste : le feulement mortel ne s’était pas fait attendre. C’était à présent à son tour de réagir. Mais il était bloqué par sa faux devenue plus handicapante qu’utile. Il la lâcha et l’arme amorça une chute verticale incroyablement lente…

Immédiatement après avoir rompu le contact physique avec son arme, Aayon se fit volte-face en un mouvement fluide et faucha les jambes de la jeune femme avec son pied profitant de son élan. En même temps qu’il tournait, il piocha dans sa manche une dague acérée et s’en servit pour parer effacement le poignard une fois retourné. La faux n’avait parcourue que quelques millimètres vers le sol et Meyna commençait à basculer à son tour, n’ayant plus d’appui sur ses jambes.

A partir de ce moment, le Comte avait plusieurs options. Il pouvait continuer sur son élan et tourner de façon à attraper sa faux puis trancher Meyna en deux. Ou alors, il la poignardait avec sa dague et reprenait sa faux avant d’achever la Vampiresse. Ou encore… Mais tout ceci ne lui permettrais pas de jouer. Cela mettrait fin un peu trop rapidement à l’entrainement. Aayon décida donc d’asséner un coup de coude dans le ventre de la jeune femme, à présent exposé à cause de la rotation que son corps à effectué en commençant à tomber, accélérant sa chute. Elle creuserait un joli cratère en frappant le sol… mais ce sont les risques du métier ! Quoique… un cratère, ici, cela ne serait ni esthétique, ni commode. Le Comte décida donc d’envoyer Meyna rouler au loin d’un coup de botte dans les côtes quelques microsecondes avant qu’elle ne heurte le sol.
La faux avait alors chutée de 5 cm.

Aayon effectua alors un mouvement semblable à un danseur et tounoya sur lui-même, rangeant sa dague et reprenant sa faux en plein vol. Il ne laissa pas ensuite le temps de reprendre ses esprits à la jeune femme et l’attaqua de nouveau. Il fonça sur elle, tenant sa faux d’une main et lançant 3 shurikens de l’autre. D’où sortaient ces rondelles acérées ? Même Meyna n’avait put voir qu’il les sortait de sa sacoche ficelée autour de son cou, puisqu’il les avait retiré en étant de dos pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeDim 5 Juil - 0:31

Meyna se maudit intérieurement. Quelle imbécile elle faisait. Elle avait refusé de se confronter directement au Comte car il la surpassait largement en puissance. Et elle avait cru pouvoir au moins rivaliser avec lui en vitesse. Mais quelle idiote d'avoir penser ça ! Elle n'avait jamais vu la véritable vitesse du Comte, car elle n'avait jamais réussi à le pousser à lui montrer ! Elle venait de recevoir un méchant coup dans sa fierté, ainsi que dans son honneur d'assassin. C'était une erreur de débutant, elle s'était fiée aux apparences car elle pensait connaître suffisamment son adversaire. Grave erreur, et elle en payait le prix quand il lui faucha les jambes. Elle n'avait pas pensé qu'il lâcherait sa faux si vite. Mais grâce à sa vitesse, il pouvait la lâcher, frapper, et la reprendre. Si seulement elle ne s'était pas montrée si naïve...

Tout se passa très vite. Shadowcat se sentit tomber vers le sol, et le coude du Comte se planta méchamment dans son ventre, juste en dessous des côtes, lui coupant le souffle. Heureusement que les vampires respiraient par habitude, et non par nécessité... Après tout leur corps était mort, il n'avait pas besoin d'oxygène. Néanmoins, c'était horriblement douloureux. Soudain, un froissement dans l'air attira son attention. Les bottes en béton armé du Comte fonçaient droit vers ses côtes. Elle pouvait deviner au sifflement lourd du vent qu'il avait fait exprès de les renforcer. Il fallait qu'elle amortisse le choc, où il allait lui briser les côtes... Une nanoseconde, elle amorça son mouvement. Deuxième nonoseconde, ses bras se rassemblèrent pour parer sa botte. Troisième nanoseconde, elle allait y arriver. Quatrième nanoseconde, elle y était presque... Cinquième nanoseconde. Trop lent, elle se mangea violemment le pied du Comte en plein dans les côtes et vola à l'autre bout de la pièce. Elle n'avait pas senti de craquement, à son plus grand étonnement, mais elle ne voulait pas se réjouir trop vite, si elle percutait le mur, où s'il frappait de nouveau au même endroit, elle était bonne pour porter un corset pour qu'elles ne repoussent pas de travers.

Ignorant la douleur lancinante qui lui vrillait les côtes, elle rangea son poignard et posa sa main sur le sol pour ralentir sa chute horizontale. Si elle n'était pas allée si vite, elle aurait presque pu sentir l'odeur de chair brûlée qui émanait de sa main malmenée. Plantant presque ses ongles dans le sol – qui allait en garder la marque – elle réussit à se stabiliser suffisamment pour atterrir dans le mur sur ses deux pieds. Les articulations de ses jambes suffirent à amortir le reste de la puissance de sa chute, et elle eut juste le temps de lever la tête pour voir le Comte foncer dans sa direction. De sa main qui ne tenait pas sa faux, il lança trois bouts de métal qui devaient être des shurikens vu la manière dont il les avait envoyé. Et elle ne pouvait pas lutter contre la gravitation ainsi très longtemps... Elle se propulsa en avant en s'appuyant contre le mur et attrapa la garde de son sabre des deux mains. Elle réussit à esquiver le premier, dévier le deuxième, mais le troisième lui entailla méchamment la joue.

Foutue arme de jet. Il avait bien calculé son coup. Son sabre n'était pas dans la bonne position pour contrer la faux, et ils se rapprochaient beaucoup trop vite. Elle avait plusieurs choix. Soit elle fonçait droit sur le Comte et lui rentrait dedans, en s'empalant lamentablement sur la demi-tonne d'arme qu'elle le soupçonnait avoir caché. Non, c'était quasiment du suicide. Soit elle amorçait son mouvement en priant pour être assez rapide et stopper ses trois lames, quitte à se faire blesser par l'une d'elles. Soit elle tentait d'esquiver le coup et contre-attaquer, ou se préparer à un enchaînement de la part de son maitre préféré. Il fallait se décider vite. Elle décida de faire un mixte des trois... Enfin surtout des deux derniers. Elle fonça droit sur lui, et sa lame vint percuter l'arme ennemi, mais pas pour la contrer. Elle dévia son mouvement vers le sol, et prit appuie sur celle-ci pour sauter une nouvelle fois au dessus du Comte, déposant un très léger baiser volatil sur sa joue. Dans son saut, elle atterrit sur ses pieds, un peu plus loin, le regard dans sa direction, et serra les dents lors de l'atterrissage. Si ses côtes n'avaient pas été brisées, il leur en faudrait très peu pour qu'elles le deviennent.
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeDim 5 Juil - 16:52

N’ayant pas réussie à se protéger de l’attaque, la jeune femme avait volée vers le mur. Mais Aayon remarqua que le coup qu’elle avait reçu aurait dut briser ses côtes alors qu’il n’en fut rien. Un mélange de sensations bizarres passèrent dans son estomac pendant un court instant. Comme si un papillon enflammé volait dans ses entrailles. D’où provenait-il ? Cela ne pouvait-être la maladie : le Comte n’avait jamais été malade de sa vie. Cela n’arrivait qu’aux humains et aux mortels. Alors du poison ? Mais comment l’aurait-il absorbé et quand ? Ou bien était-ce ce que les humains appellent généralement un… sentiment ? Impossible. Et pourtant, le coup porté aurait réduit les côtes de Meyna – de l’ancienne Meyna- en fine poussière. Avait-elle fait tant de progrès que même son corps en était devenu plus solide ? Intéressant… Effrayant, mais intéressant. Si jamais elle parvenait à s’approcher d’un peu trop près du niveau du Comte…

Mais elle n’en était pas encore là. Tout en préparant sa prochaine attaque, Aayon l’observa filer telle une comète vers le mur. La jeune femme n’hésita cependant pas à poser la main au sol pour ralentir sa chute. Bientôt, une trainée de chaire brûlée et de sang se traça sur le sol, remplissant les rainures creusées par les ongles de la Vampiresse. Sa main serrait inutilisable pour les prochaines… 5-10 minutes. Le temps de récupération des Ombres étaient en effet largement supérieur à celui des Vampires « normaux ». Elle finit par atteindre le mur. C’est à ce moment que le Comte lança les shurikens.

Comme prévu, Meyna avait dévié ou esquivé deux des trois shurikens, mais le dernier lui entailla la joue. Aayon ne put réprimer un sourire en voyant cela : après tout, il ne faisait que lui rendre la monnaie de sa pièce pour le premier entrainement où elle l’avait griffé. La blessure se trouvait exactement au même endroit et avait, proportionnellement au visage de Meyna, la même taille et la même forme. Le liquide rubis ne tarda pas à couler de l’entaille, dégageant un parfum des plus enivrants pour le Comte. Meyna avait toujours eut un sang particulier. Le meilleur qui lui ait jamais été donné de humer et de gouter. Et le Comte s’y connaissait en cru sanguins. Mais celui-là, même sous forme Vampirique, avait un arôme subtil et complexe. Frais, épicé et pourtant si… doux. Si particulier et si savoureux… Même la transformation de Meyna n’avait pas gâché cette boisson exquise. Au contraire, on aurait dit qu’elle n’avait fait que sublimer les plus subtils parfums composant le fluide. La plupart du temps, un sang acquérait avec la transformation, un arrière gout de moisi ou de lie fermentée assez désagréable au palais d’un fin gourmet comme le Comte, sans parler du fait qu’il devenait totalement imbuvable pour un autre Vampire. Là pourtant, la transformation avait été si parfaite et si totale que le sang lui-même s’était transformé en un nectar digne des plus grands Dieux… ou Démons ? Mais comme toujours, les meilleurs choses sont aussi les plus rares…

Chose plus surprenante cependant, malgré sa main en mauvais état (qui commençait déjà à cicatriser tout comme l’entaille) Meyna parvint à saisir son sabre à deux mains. A présent, ils se fonçaient dessus. Et ce n’est pas le Comte qui allait dévier de sa trajectoire… Il s’attendait à ce qu’elle tente une parade ou une esquive et ne fut pas déçu. Au lieu de contrer l’attaque, elle utilisa son sabre et la faux pour prendre appui et bondir au dessus du Comte encore une fois. Il nota que cette tactique devenait un peu trop répétitive : elle devrait y faire attention. Un mince sourire se traça sur ses lèves vermeilles quand il sentit le délicat et frais contact passer sur sa joue. Décidément, cette femme était pleine de surprises ! Mais il se promit d’être plus prudent : cela aurait put être une lame tranchante… Cependant, il ne put résister à l’envie de lécher une goutte du sang de la jeune femme qui était tombé sur sa joue. Toujours aussi délicieux… peut-être plus encore…

Lorsqu’elle atterrit, il était déjà face à elle et un petit sourire amusé apparut au coin de sa bouche quand il remarqua qu’elle était hors de porté de ses jambes et de sa faux. Elle apprenait vite de ses erreurs ! Mais un Ombre n’avait pas le droit à l’erreur…

Prenant une petite pause dans le combat, il calla le manche de sa faux, lames posées au sol, contre son corps et applaudit de façon ambiguë, mi-moqueuse, mi-sincère. Un sourire carnassier, prédateur mais fier et satisfait illuminait son visage pâle. Encore un des sourires que seul Meyna voyait. Et elle n’avait l’occasion de le voir qu’à l’entrainement. Avant même qu’il ne parle, elle pouvait déjà en déduire qu’il avait des reproches à lui faire, mais qu’il était cependant satisfait de ses progrès. LA carotte et le bâton en quelques sortes.

« Bravo ! Tu as fait de grands progrès depuis la dernière fois… Force, vitesse, agilité, résistance. Tout cela s’est amélioré. Cependant, tes mouvements sont trop répétitifs et trop prévisibles. De plus, tu as commis une erreur et tu sais que dans un vrai combat, tu serais morte. Sur qui pourrais-je alors compter ? On dirait que tu te laisse aller, cela ne te ressemble pas. »


Il marqua une petite pause, faisant semblant de réfléchir. Puis il reprit d’un ton un peu déçu.

« Peut-être que ton travail d’Ombre te fatigue trop ? Peut-être devrais-tu faire une petite pause et te reposer ? Tu sais, je ne peux pas me permettre d’avoir un garde du corps qui laisse autant d’ouvertures par négligence… et ton niveau actuel est… comment dire… insuffisant. »


Il ne pensait pas un traître mot de ce qu’il venait de dire, mais il voulait la pousser à se donner à fond. A se surpasser encore et toujours. Elle pouvait encore faire des progrès et il voulait les voir. Meyna était trop entrainée pour attaquer sous le coup de la colère, mais blesser son orgueil et la menacer de la remplacer lui donnerait l’énergie d’outrepasser ses limites. Ou alors elle ses laisserait abattre.

« Allons, je sais que tu peux mieux faire. Tu dois te reprendre. Je veux bien te laisser une seconde chance. Montre- moi ce dont ma Meyna, Shadowcat, est capable ! Allez ! »

Tout en disant cela, il se remit en garde et attendit qu’elle attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeLun 6 Juil - 0:35

Meyna était prête à aller retourner lui botter les fesses – bon, elle n'avait pas encore réussi, mais elle allait y arriver ! - quand le Comte posa sa faux sur le sol. Elle attendit, les muscles tendus, le hic, la tactique, la feinte... qui ne vint pas. En fait, son Amour commença à l'applaudir. Quoi, c'était déjà fini ? Elle pencha légèrement la tête sur le côté en signe d'incompréhension. Avait-elle raté un épisode ? Pourquoi ils s'arrêtaient déjà ? Et ça voulait dire quoi ces applaudissement ? Tel qu'elle le connaissait, elle était sûre qu'il avait des choses à lui reprocher. Bon d'accord, elle était par deux fois passée au dessus de lui, mais elle était bien obligée : sa faux était longue, et si elle passait par les côtés, elle se retrouverait avec trois lames entre les côtes. Déjà qu'elles étaient fragiles maintenant, grâce aux bons soins pédestres du vampire... Le visage impassible, elle l'écouta parler en fronçant légèrement les sourcils.

« Bravo ! Tu as fait de grands progrès depuis la dernière fois… Force, vitesse, agilité, résistance. Tout cela s’est amélioré. Cependant, tes mouvements sont trop répétitifs et trop prévisibles. De plus, tu as commis une erreur et tu sais que dans un vrai combat, tu serais morte. Sur qui pourrais-je alors compter ? On dirait que tu te laisse aller, cela ne te ressemble pas. »

Si elle avait eut quelques siècles en moins et que son adversaire avait été quelqu'un d'autre que le Comte, il y avait fort à parier qu'elle lui aurait tiré la langue accompagné d'un magnifique 'Nyah nyah nyah'. Seulement, d'abord c'était le Comte, ensuite, ce n'était pas de son age. Et puis, dans un vrai combat, il serait déjà agonisant dans une flaque de sang, une énorme plaie dans le dos due à son couteau qu'elle lui avait planté dans les reins avant même le début de l'entraînement. C'était un assassin avant tout, et même si elle savait très bien se battre en combat singulier, elle n'avait pas souvent l'occasion d'exercer ces talents particuliers. Son domaine de prédilection était l'assassinat, et la marque la plus horrible du médiocrité chez les assassins était bien de se faire repérer et de devoir engager un duel. Un meurtrier devait se montrer discret, silencieux, et les meilleurs savaient faire mourir leurs victimes avant qu'elles aient eu le temps de savoir qu'on en voulait à leur vie. Pourtant, Meyna aimait que ses proies aient son visage en tête lors de leurs derniers instants. Surtout ceux qu'elle avait eu du mal à atteindre. Il arrivait même qu'elle les embrasse une dernière fois, comme un baiser de mort... C'était une façon de s'approprier complètement sa victime, la marquer, prendre son âme, et cela n'avait sensuel... Juste une façon de s'arroger l'entière possession de leur corps, avant de s'emparer de leur âme. Mais ça, le Comte ne le savait pas, c'était son petit secret à elle.

Elle ne répondit pas. Se laissait-elle aller ? Elle n'en avait pas l'impression, mais le fait que son maître soit intact et et celui qu'elle ait un bleu énorme au niveau de l'estomac, des côtes prêtes à partir en bouillie, du sang qui coulait lentement le long de sa joue et sa main brûlée, voulaient peut être en dire long. Elle jeta un coup d'œil à cette dernière. C'était malin, elle avait complètement bousillé son gant... Et même si sa chair se réparait déjà, le cuir lui, était inutilisable. Elle se moquait bien de la douleur, elle y était habituée, le problème était que, si une seule de ses armes avait été empoisonnée, elle serait probablement morte. Elle essuya sa joue ensanglantée du revers du même gant. Foutu pour foutu, autant qu'il serve à quelque chose jusqu'à la fin non ? Elle hésita. Devait-elle le jeter ? Oui, il risquait de la gêner plus que de la servir. Elle le détacha rapidement et l'envoya bouler dans un coin de la salle. La plaie sur sa joue laissa une dernière goutte s'échapper, avant de se refermer complètement. Elle cicatrisait vite, mais sa main demanderait plus longtemps... Bah, souffrir n'était pas un problème.

« Peut-être que ton travail d’Ombre te fatigue trop ? Peut-être devrais-tu faire une petite pause et te reposer ? Tu sais, je ne peux pas me permettre d’avoir un garde du corps qui laisse autant d’ouvertures par négligence… et ton niveau actuel est… comment dire… insuffisant. »

Elle allait lui en vouloir d'avoir dit ça, même après le combat. Meyna eut l'impression de recevoir un gant en fer clouté à l'endroit même où le Comte l'avait frappé. Insuffisant ? Elle avait du mal à le suivre. La dernière fois qu'ils s'étaient battu, il n'avait pas été question de cela, et maintenant qu'elle s'était améliorée, dixit lui-même, il comptait se séparer d'elle ? La question n'était même pas de savoir comment il allait l'exécuter s'il décidait de le faire, le problème était qu'il la considère elle, comme complètement inutile. Elle se rendit soudainement compte qu'elle avait arrêté de respirer. Aucune importance. Elle n'était pas en colère. Elle était vexée. La remplacer ? Choisir un autre Ombre ? Comme sa greluche par exemple ? Elle n'était PAS fatiguée, elle ne voulait PAS faire de pause, ni se reposer, et par dessus tout, elle n'était PAS négligente ! Une nouvelle énergie se mit à circuler dans ses veines, embrasant ses sens et faisant presque flamboyer ses yeux de glace. A cet instant, elle avait la terrible envie de lui faire ravaler ses paroles, et par le nez encore ! Ce n'était plus un entraînement, c'était devenu un test dans lequel elle jouait sa place. En tant qu'Ombre, ou en tant que 'préférée' du Comte ? Certainement les deux. En devenant inutile, elle perdait son Amour et sa place. Quel était le pire ? Elle l'ignorait.

« Allons, je sais que tu peux mieux faire. Tu dois te reprendre. Je veux bien te laisser une seconde chance. Montre- moi ce dont ma Meyna, Shadowcat, est capable ! Allez ! »

Elle chassa toutes pensées de sa tête. Ce n'était plus le Comte. Elle n'était plus Ombre. Il n'était plus sa proie, et elle n'était plus le prédateur. Il fallait qu'elle cesse de penser en assassin. Elle n'était pas là pour le tuer, elle était pas là pour se battre. Une froide – presque glaciale – détermination envahit son esprit. Il tentait de la motiver ? Il s'était remis en garde. Il attendait qu'elle l'attaque apparemment. Elle n'en revenait pas. La trouvait-il si faible que ça pour lui laisser l'avantage ? C'était aux débutants qu'on laissait ce genre d'opportunité ! Elle laissa la glace de son cœur prendre possession du reste de son corps, âme et esprit. A un tel point qu'elle en eut un frisson. Il fallait qu'elle se reprenne. Tout de suite. Le sang qui coulait de sa main mettrait un certain temps à s'arrêter, il fallait qu'elle arrête le saignement, ou sa main glisserait sur la garde. Avec des gestes précis, elle posa sa blessure sur la lame noire de son katana. Les artisans qui avait forgé cette lame était des sorciers, et ils avaient donné à l'acier la capacité de 'boire' le sang, de l'absorber. La lame prit une teinte légèrement pourpre, et une fois le sang disparut, Meyna contempla sa main. Ce serrait suffisant. A son tour, elle se remit en garde et regarda son ennemi. Elle savait qu'il était inutile de chercher une faille, il était beaucoup trop expérimenté pour se laisser avoir à quelque chose d'aussi simple.

Elle réfléchit. Son cœur ne battait pas, elle n'eut pas à calmer ses battements frénétiques. Être vampire apportait de nombreux avantages, et celui là en était un. Elle n'était pas énervée, cela aurait été une marque de... De quoi ? Elle se laissait aller... C'est ce qu'il avait dit... On allait voir ça... Shadowcat... C'était son nom. Elle le devait à son attitude féline, et à ses capacités d'assassinat. Et comme son nom l'indiquait, les assassinats se passaient... dans l'ombre. Meyna recula. Lentement. Sans quitter le Comte des yeux, le sabre en position de défense. Elle recula jusqu'à l'obscurité du mur, puis ses pas dévièrent comme pour contourner le Comte. Lentement, doucement, graduellement, son corps se fondit dans l'ombre. Elle musela encore plus son aura que d'habitude, la rendant indétectable. Aux yeux des vampires, elle pouvait devenir quasiment invisible. Elle savait qu'elle n'arriverait pas à leurrer le Comte, mais elle n'aimait pas la lumière. Elle avait décidé de profiter au maximum de la situation, et les caves étant souterraines, elle n'avait même pas à s'inquiéter de la lumière naturelle.

Cachée par l'ombre, ses mouvements se firent plus rapides. Bientôt, le silence de ses pas fut brisé par le sifflement des différentes armes de jet lancées toutes en direction du Comte. Meyna faisait attention à les lancer à différents moments, différents intervalles, différentes vitesses, différentes puissances, différents endroits, en variant sa propre direction, sens et vitesse. Elle savait que le Comte était en mesure de tous les parer, esquiver ou bloquer, et même renvoyer. Mais le but de la manipulation était de le faire se concentrer sur autre chose qu'elle, d'occuper son attention à autre chose. De plus, même s'il n'avait pas à esquiver les shurikens, couteaux et kunai, il était difficile de savoir où elle se trouvait. M'enfin il s'agissait du Comte, pas du premier lycan venu. Puis, elle passa à l'attaque, une petite sphère dans la bouche, et dans chaque mains, deux longues dagues courbées de façon à non pas être dans la continuité de son bras, mais venir recouvrir ses avant-bras. Avec chaque de ses mains, elle se préparait à bloquer ses deux bras, soit sa faux, soit d'autres armes, et fit un salto arrière pour lui envoyer méchamment son pied dans la mâchoire et s'écarter de lui. Manges-toi ça, c'est pour les côtes >.< ( Oui, je sais, les smiley dans les post, cey le mal, mais j'ai pas pu m'en empêcher ) Dans le même mouvement, elle projeta d'une secousse de la tête la sphère au sol, les enveloppant dans un nuage de fumée. Maintenant, tomber était beaucoup plus risqué. En effet, le sol était recouvert des armes qu'elle avait lancé. Maintenant, même s'il courrait à toute vitesse, elle l'entendrait s'il marchait sur une arme, avec ses bottes en béton armé. Étant plus fine que lui, elle pouvait plus facilement éviter le métal, même s'il restait dangereux. Heureusement que les lames n'étaient pas empoisonnées...
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeLun 6 Juil - 20:07

Le Comte, toujours en garde sourit intérieurement : ses paroles avaient fait mouche. Même si Meyna ne montrait aucun sentiment, il savait qu’il avait réussi à la motiver. En fait, parce qu’elle ne montrait aucun sentiment, parce qu’elle était devenue de glace, il savait qu’elle passerait au niveau supérieur. Cette fois-ci, plus question d’avoir pitié. Ce n’était plus un jeu. C’était devenu un entrainement. Il ne la quittait pas des yeux et se tenait prêt à toute éventualité, les muscles bandés. Elle prit son temps, posant sa main contre son arme et réfléchissant en même temps. Elle analysait réellement la situation cette fois. Il fallait s’attendre à ce qu’elle tire partie de ses atouts : son camouflage, sa vitesse et son agilité. Deux de ses attributs surpassaient déjà les capacités du Comte : agilité et camouflage. Mais cela, jamais il ne le dirait à la Vampiresse. Et après tout, le travail d’un Ombre reposait sur ces facultés premières. Le Comte, lui, devait surtout avoir l’air effrayant et imposer le respect. Cela ne l’empêchait pas de pratiquer les assassinats parfois, mais pas avec autant de classe ni d’efficacité que ses Ombres.

Meyna recula lentement, ne quittant pas son adversaire des yeux. Avant même qu’elle n’atteigne le mur, un sourire de prédateur se dessina sur le visage du Comte, découvrant ses deux canines démesurément longues et acérées. Ainsi, elle allait faire ce que les Ombres font : devenir invisible. A son aise, cela n’empêcherait pas Aayon de la repérer. Jamais il n’aurait créé une arme qu’il serait incapable de maîtriser. C’est pourquoi il n’y avait que 3 Ombres. En effet, les Vampires à la puissance sortant du lot étaient assez rares. De plus, devenaient Ombre que ceux qui étaient fidèles au Comte et le demeureraient jusqu’à leur mort. Sans oublier le fait que dès qu’un Ombre devenait un peu trop puissant, il périssait aux mains de la créature tapie dans les profondeurs de la Crypte. Le Comte envoyait l’Ombre avec pour mission de dénicher le monstre dévorant les Vampires trop hardis qui allaient trop loin dans les couloirs. Mais le pauvre Ombre était loin de se douter qu’il était alors suivit par la bête elle-même. Cette même « bête », qui venait justement de l’envoyer à la mort, lui tombait dessus et se nourrissait de son sang, achevant le pauvre Vampire qui avait eut le tort de vouloir devenir plus puissant pour protéger son Comte.

Dès qu’elle disparut totalement, un silence pesant se fit bientôt rompu par le sifflement aigu de différentes lames volants vers le Comte. Ce-dernier ne peut s’empêcher de sourire, se souvenant de ce qu’il avait fait subir à Selenya quelques heures plus tôt. En temps normal, il aurait parer sans même bouger les pieds, mais là, il combattait son Ombre d’élite. Et Meyna le connaissait assez pour savoir qu’il ne se ferrait pas avoir par des joujoux volants… De plus, lui-même la connaissait assez pour la soupçonner de préparer une offensive surprise un peu plus fine. Et pour cela, il fallait qu’elle se rapproche de lui. C’est à ce moment – c'est-à-dire dans les nanosecondes constituant l’intervalle de temps entre sa sortie des ténèbres et son attaque – qu’il aurait une chance de la voir et de réagir. Il décida donc de tourner sur lui-même, relativement lentement (donc un humain serait incapable d’aller à cette vitesse), et de parer les armes. Il envoyait systématiquement de sa grande faux les shurikens se planter au sol et ceux-ci ne tardèrent pas à former un joli petit cercle épineux, tandis qu’il rattrapait la plupart des kunai, aiguilles et autres lames et les faisait disparaitre dans ses manches tel un magicien que l’on tente d’impressionner avec un tour qu’il a lui-même inventé. Les armes qu’il n’avait put reprendre au vol étaient esquivées ou renvoyées. Elles finissaient donc plantées un peu partout au sol ou prêt des murs, voire même sur la paroi.

Meyna étant devenue invisible ou presque, il avait décidé de se fier à ses oreilles pour repérer les armes. Mais il tentait en même temps de comprendre, en analysant les jets, les mouvements de la jeune femme. Le fait qu’il la connaisse depuis longtemps l’avantageait énormément. Mais cette-fois, elle se donnait à fond, et il espérait bien qu’elle allait le surprendre. En même temps qu’il écoutait, il ne négligeait pas les bribes d’informations apportées par ses yeux. Une Ombre mouvante par-ci, un petit grain de poussière soulevé par là… Et finalement, la silhouette noire fonçant droit sur lui. Tiens, original cette façon de tenir les dagues… plutôt pour la défense non Meyna ? En attaque cela forcerait à trop se rapprocher de l’adversaire pas vrai ? Mais on ne sait jamais avec un Ombre… Elle fit une magnifique cascade et se projeta vers le Comte, pied en avant en visant sa mâchoire. Mais en même temps, elle lança une sphère qui éclata en touchant le sol, libérant une fumée si épaisse qu’elle en était presque opaque. Les voila tous les deux aveuglés à présent.

Au moment ou la fumée les avait aveuglés, Meyna n’était qu’à quelques centièmes de millimètres de sa cible… mais elle eut le temps de distinguer le sourire malicieux du Comte avant de ne plus rien voir… et de heurter quelque chose qui reculait à la même vitesse. impossible donc pour elle de prendre appuie sur la peau du Comte et de bondir en arrière. Elle n'avait pas d'autre choix que de reprend son équilibre et retomber sur ses pieds, dans le nuage de fumée en espérant ne pas s'empaler sur un shuriken... A peu près au même moment, elle entendit un claquement sec immédiatement suivit de bruits rappelant ceux d’une pierre aiguisant une lame provenir de tous les côtés de la salle. Les bruits venait des hauteurs… des murs ? Elle se trouvait à présent dans le nuage qu’elle avait elle-même créé, un vacarme de pierre frottant sur du métal assourdissant l’empêchant d’utiliser son ouïe pour se repérer et détecter les attaques. Soudain, un sifflement mortel raisonna à ses oreilles et elle sentit une autre entaille s’ouvrir sur sa joue. La lame qui en était responsable n’était que la première d’une pluie d’objets métalliques qui semblaient pleuvoir de toutes le directions. Elle aurait put être prise dans une tornade, que cela ne serait pas si différent de ce qui lui arrivait à présent. Et ce bruit de scie qui ne cessait pas, rendant le sifflement annonciateur perceptible qu’à la dernière minute. De plus, le sol devenait de plus en plus miné à mesure que les lames, aiguilles et autre se plantaient autour de Meyna. Si la fumée ne réduisait pas son champ de vision à quasiment zéro, elle aurait put voir que les lames tombaient au hasard, comme si celui qui les lançait ne savait soit pas viser, soit n’avait pas la moindre idée de l’endroit ou se trouvait la Vampiresse dans ce nuage opaque. Tel est pris qui croyait prendre…

De son côté, qu’avait fait le Comte ? Et bien, il avait simplement bondit hors de la fumée et évité de ce fait aussi l’attaque. Il était assez rapide pour cela, Meyna l’avait-elle déjà oubliée ? Certes, il s’en était fallu de peu… de très peu. De trop peu en fait. Dans son saut, il avait passé ses doigts à l’endroit où elle l’aurait frappé et fut assez surprit de constater qu’il y avait une trace de poussière et de terre. Ainsi, la semelle de la chaussure l’avait tout de même effleurée… Bien sûr, il n’avait pas bondit au hasard, et se dirigeait en volant presque vers un mur. Une fois contre le mur, qu’allait-il faire ? Personne, pas même le Comte, ne peu défier les lois de la gravité. Mais il avait tout prévu. Il claqua ses talons l’un contre l’autre et les poignards contenus dans la semelle émergèrent vers l’arrière. Il lança alors quelques kunai qu’il avait tiré de ses nombreuses cachettes et, en même temps que ses poignards s’enfonçaient dans la pierre, les kunai se plantaient de même, profondément dans le mur à différents endroits de la pièce, émettant ainsi un son assez strident et suffisamment puissant pour dérouter la jeune femme.

Maintenant il commençait à s’amuser vraiment. Puisque le sol était couvert de lames tranchantes, il suffisait de se déplacer sur les murs. Ses longs poignards lui permettaient donc de s’assurer une bonne prise au parois. Mais du métal s’enfonçant dans la pierre, c’est bruyant. Donc, autant faire un véritable vacarme assourdissant et utiliser les kunai et autres gagnés lors de l’offensive de Meyna. Le Comte se mit donc à bondir de mur en mur, lançant ses armes tantôt vers le mur pour préserver le vacarme rendant son repérage quasi-impossible, tantôt vers le nuage de fumée en veillant à recouvrir toute sa surface au sol de pointes. Ainsi, Meyna aurait vraiment du mal à tout esquiver. En particulier les fines aiguilles qui ne faisaient pratiquement aucun bruit et ne déplaçaient presque pas d’air…
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeLun 6 Juil - 23:18

[ Je sais, c'est pour ça que je n'ai pas précisé qu'elle sentait le choc contre sa mâchoire ^^ J'ai juste qu'elle lui envoyait. <3 Hey, mais t'as édité ton post ? Oo Je suis certainement d'avoir lu un commentaire en HS è_é Et je suis curieuse de savoir ce que tu aurais choisi =P ]



Le vide. Voilà ce que rencontra Meyna quand elle visa la mâchoire du Comte. Était-il à ce point supérieur à elle pour qu'elle ne puisse même pas l'effleurer ? Elle en aurait volontiers hurlé de rage. Au milieu du nuage qu'elle avait elle-même créé, elle se maudit pour la énième fois. Comment pouvait-il être aussi rapide ? Arriverait-elle un jour à savoir jusqu'où il pouvait aller ? A chaque fois qu'elle pensait voir l'espace d'un instant sa limite, il lui montrait le contraire la seconde suivante. Elle sentit le fil aiguisé d'une lame trancher l'air, et elle eut juste le temps d'esquisser un léger mouvement de la tête pour s'entailler la joue. Ah non, ça c'était de la triche ! Lors du premier entraînement, elle ne l'avait égratigné qu'une seule fois ! Un bruit assourdissant remplaça le sifflement de la fumée s'échappant de la boule qu'elle avait laissé tomber. Et voilà qu'il lui piquait sa tactique maintenant ! Tricheur. Ce type n'était qu'une espèce de tricheur. Et après, c'était elle qui manquait d'imagination ? Bon, il avait peut être un peu amélioré sa méthode. C'était surtout un opportuniste qui avait profité de la fumée. Tricheur. Bientôt le vacarme qui venait d'on ne sait où fut accompagné par le sifflement des armes – dont une partie devait même être les siennes – se dirigeant tout droit dans sa direction. Il fallait réfléchir vite.

Sur ses cinq sens, trois étaient inutilisables dans cette situation, surtout à cause de la fumée. Ainsi, l'odorat et la vue étaient mis hors d'état de nuire, et les bons soins du Comte se chargeaient de la priver de ses oreilles. Il lui restait donc le toucher, et le goût. N'ayant pas forcement envi de se manger toutes les armes qu'il lui envoyait, elle se rabattit sur le toucher. Elle supprima mentalement tous ses sens inutiles pour se concentrer uniquement sur les frôlements des lames contre son corps. Par contre, il allait falloir bouger. Vite. Et se tordre dans tous les sens également. A défaut de contrer les lames, elle les esquiverait. Si la fumée ne gênait pas la vue, on aurait presque cru qu'elle dansait. Si elle n'arrivait pas à éviter toutes les armes, elle ne fut pas franchement blessée, et l'avantage de bouger ainsi était qu'en même temps, elle dissipait la fumée. L'endurance était l'un de ses domaines préférés, comme l'agilité, car c'était plus facile à améliorer. Et puis, elle était naturellement souple, même quand elle était encore humaine. Elle s'entailla à certains endroits, là où la peau était la moins sensible, mais à ce qu'elle pouvait en sentir, aucune arme n'avait réussi à se planter franchement en elle. Cependant, les aiguilles étaient difficiles à sentir... Elle se demandait d'ailleurs pour quelle raison il les lançait. Après tout, elles étaient essentiellement faite pour paralyser en se plantant dans un endroit précis, ou même pour empoisonner. Mais ce n'était pas le moment de s'y attarder.

Elle ignora le temps que dura son manège, le nombre exact de ses blessures, ni le nombre exact de calories qu'elle venait de perdre en 'dansant', mais elle ne fut pas mécontente, quand, grâce à ses mouvements brassant beaucoup d'air, la fumée finit par se dissiper. Elle vit rapidement les marques sur le mur. Ainsi, c'était pour ça qu'il arrivait à se déplacer aussi vite. Il utilisait les murs... Malin. Se servant de ses dagues et ayant retrouvée la vue, elle put enfin bloquer ou esquiver les armes qui fusaient sans logique apparente. Peut être en les analysant aurait-elle pu la trouver. Mais là, elle n'avait pas vraiment le temps. Bon, elle avait rendu le sol inutilisable, et il avait utilisé les murs. Elle fronça les sourcils d'un air contrarié, presque en faisant les gros yeux au vide. Qui allait réparer tout ça maintenant ? A la limite les armes sur le sol se ramassait, mais là, c'était toute la salle d'arme qui allait devoir être reconstruite ! Franchement, le Comte abusait. Ne savait-il donc pas se battre sans laisser de trace ? Non, évidement, il fallait qu'il saccage tout ! Bon d'accord, il était chez lui, mais ce n'était pas une raison ! Elle se surprit même à plaindre les pauvres vampires chargés de retaper la salle.

Elle voyait de nouveau, mais était assaillie de tous les côtés, avec un adversaire qui jouait les Spider man sur les murs. Ou le Spider Cochon, puisqu'en l'occurrence, il ne faisait pas de toile, mais bref. Bon, s'il marchait sur les murs, il fallait aussi bousillé les murs. De toute façon, s'ils devaient être réparés, autant qu'ils le soient à fond. Elle attrapa rapidement une nouvelle sphère... et la lança très loin en se protégeant les yeux. Ce n'était pas une sphère comme elle en avait déjà lancé. C'était une grenade. Aveuglante. Sans ouvrir les yeux, elle compta mentalement le temps que la lumière mettrait pour se dissiper. Une microseconde. Elle venait d'attraper l'arme qu'elle avait caché dans son dos. Deux microsecondes, le métal froid quitta sa peau et elle tendit le bras. Troisième microseconde. Une série de détonations assourdissantes car répétées résonna dans toute la salle, et certainement dans toute la crypte. Une arme à feu. Meyna avait réussi à trouver une arme à feu. Et pas n'importe laquelle ! Un Micro Uzi, sorte de petite mitraillette moins forte, mais de la même taille qu'un flingue normal qui tirait en rafale, à 1250 coups par minutes, et envoyait des balles à environ 350 mètres par seconde ( je prends les chiffres de Wikipédia, j'ai rien inventé ^^ ). Ce n'était pas très élégant, ni même très professionnel venant d'un assassin car très bruyant, mais cela pouvait être très utile. Pour exploser les murs par exemple, quand on se courrait dessus. Elle avait réussi à mettre la main dessus par hasard en réalité. En cherchant un abri pour une nuit alors qu'elle était en mission, elle était tombée sur un stock d'arme apparemment abandonné par la milice locale, qu'elle avait 'malencontreusement' exterminé. Que voulez-vous, on avait faim, ou on ne l'avait pas.

Bref, c'était de là que venait sa grenade, son arme à feu, et quelques autres qu'elle gardait précieusement, et presque jalousement dans ses quartiers. Le Comte était-il au courant de ça ? Peut être, elle ne se souvenait plus si elle lui avait dit ou non... Bah peut être. Quand elle put enfin rouvrir les yeux, les murs étaient en ruine. S'il voulait toujours les utiliser, ça serait beaucoup moins vite, et beaucoup plus fatigant. Bien fait. Elle rangea son arme, en un mouvement fluide et attrapa sa dague. Pas question de pause cette fois-ci. Par contre, le combat allait être un peu plus compliqué maintenant qu'il y avait au moins trois armes par centimètre carré. La seule surface à peut être utilisable était le plafond. Autant les murs, ça pouvait s'arranger, mais le plafond... Elle songea soudainement qu'elle venait de tout casser le tripe de son Saigneur. Lui qui commençait à s'amuser, là voilà qui, comme une mère confisquant un jouet à son enfant, elle l'en empêchait. Il allait lui en vouloir. Bien fait, c'était en représailles d'avoir menacer de la remplacer. Personne ne la remplacerait. Elle deviendrait forte, plus forte qu'aucun autre vampire, pour protéger le Comte, et personne ne viendra plus l'écarter d'elle. Elle l'aimait. Et elle était prête à tout pour rester près de lui...

Mais le duel n'était pas terminé. Il l'avait fait danser, courir, l'avait blessée, et déchirait ses vêtements, maintenant c'était son tour de le faire transpirer un peu. Il ne s'agirait pas qu'il prenne un petit peu d'embonpoint n'est-ce pas ? D'ailleurs, il lui semblait même qu'il avait pris un peu de poids... Mais ce n'était pas étonnant, ces dernières décennies avaient été plutôt calme, et la Congrégation ne sévissait que depuis peu... Donc il n'avait pas encore eut le temps de faire assez de sport. Mais bon, elle n'allait pas lui en vouloir, ses favorites n'étaient pas toutes très endurantes, et elle était partie pendant assez longtemps en mission pour le Comte. Mais maintenant, il était de son devoir de faire retrouver au Comte sa silhouette musclée d'avant. Et pour cela, il allait falloir le faire transpirer.

Elle fit rapidement le tour d'elle-même pour voir la position de son ennemi, et lui faire face. Elle lécha sensuellement ses lèvres, pour recueillir son propre sang qui avait coulé de sa blessure à la joue, déjà presque cicatrisé, comme un certain nombre de ses autres blessures. Sa petite danse avait eu le mérite d'échauffer chacun de ses muscles, et ainsi améliorer son agilité. Maintenant, elle se sentait capable d'attraper ses pieds par l'arrière. Elle se mit en garde dans une position féline, une dague dans chaque main. Combien de temps s'était-il écoulé depuis la fin de l'aveuglement ? Pas très longtemps. Lui-même avait duré plusieurs secondes, lui laissant le temps de détruire les murs. Puis, le temps de le repérer, de lécher le sang et de se mettre en garde. Le duel pouvait reprendre.



[ Après relecture, ce post me semble vraiment bizarre =/ Et vraiment limite powergaming. Et puis, j'ai l'impression que mon tour dure vachement longtemps >.< Donc si tu veux que j'édite, dis-le, ça ne me dérange pas du tout, parce que même pour moi, ça me semble limite >.< ]
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeMar 7 Juil - 18:24

[HS : bof, la longueur du tour ça va, c’est juste que Aayon aurait attaqué 50 fois mais c’est pas grave, vais me débrouiller. Pour le reste ça peut aller aussi. Seul point bizarre : un Micro Uzi c’est bien, mais les cartouches font que 32 coups… j’espère pour toi que tu sais recharger vite. Très vite.
Autre détail : arrête de massacrer mon pauv’ Aayon ! Le Comparer à Spiderman, et surtout Spider Cochon ! Et pis s’il a prit du poids (ce qui n’est PAS le cas) c’est uniquement du muscle !!
*Vexé*

Et qui te dit que tu as repéré Aayon ? je te laisse voire si c’est le cas ou pas…]

Au bout d’un moment, le nuage de fumée commençait à se dissiper et Aayon put distinguer Meyna exécutant des figures assez compliquées et nécessitant une extrême souplesse pour éviter les armes. Elle recouvrerait bientôt la vue. Mais de son côté, il pouvait viser de façon plus précise à présent. Tout en admirant la danse de cette jeune femme qui se prenait pour Catwoman en version vieux chat pelé (tu veux jouer à ça ? Mange, minou !) et couvert de blessures – ce qui n’empêchait pas la danse d’avoir un certain côté artistique – Aayon continuait ses lancés aléatoires sauf pour les aiguilles. Il lançait à présent ses aiguilles fines et celles-ci venaient se planter dans les articulations des jambes de Meyna. Bientôt, ses genoux ressemblèrent à des boules d’épingles et elle ne semblait rien sentir. Comme toujours, tout avait été calculé pour : les armes la blessant rendait la douleur « habituelle » si bien qu’elle n’y faisait plus attention. De plus, les aiguilles étaient si fines qu’elles en devenaient presque indolores. L’arme parfaites des assassins de l’Ombre. Quand elle voudrait se propulser en l’air ou sur les côtés, ou exécuter une quelconque autre cabriole nécessitant un appui sur les genoux, elle allait se rendre compte qu’il y avait pas mal de sable dans les rouages. Un sacré handicap pour quelqu’un qui mise sur son agilité…

Soudain, elle lança une sorte de sphère en l’air et ferma les yeux. Curieux et ne comprenant pas trop sa manœuvre observa la sphère plus attentivement. Elle ne ressemblait pas à celle que les Vampires fabriquaient. N aurait dit qu’elle était assez ancienne et… une grenade aveuglante ! Trop tard… Le Comte n’avait pas fermé les yeux à temps et l’éclair eut l’effet escompté. Le Maître de la Crypte était à présent aveuglé pour un bon moment - soit quelques dizaines de longues secondes. Et voila que maintenant la jeune femme invoquait un orage étrange qui détruisait les murs de la salle ! Aveuglé, le Comte se servait de ses autres sens et il n’eut aucun mal à entendre les bruits de balles ni à sentir la poussière de roche brisée. Sans cesser de sauter de mur en mur, se repérant grâce entre autre à sa mémoire de la géométrie de la salle, il réfléchissait à toute allure. Le sol était miné et maintenant les murs détruits. Dommage qu’il ne soit pas une araignée pour grimper au plafond. Le plafond…

A ce moment, une idée germa dans l’esprit du Comte et un sourire démoniaque se dessina sur ses lèvres vermeille. Au même instant, Meyna venait de finir de tout détruire car il n’y eut plus de bruit de rafale. Le Comte cligna des yeux : le vue était tout de même un sacré atout en combat. De petites étoiles argentées et fluo dansèrent devant ses yeux. Malgré tout, il parvint à distinguer une silhouette à travers cette neige multicolore. C’était tout ce dont il avait besoin. Notant mentalement son emplacement, il lâcha son mur et bondit vers le plafond, à la verticale de Meyna qui cherchait à le repérer. Il amortit son contact avec le plafond de ses mains le rendant tout à fait silencieux et profita du fait qu’il avait ses 4 membres contre la pierre pour se propulser vers sa cible avec une vitesse impressionnante. Tout en tombant, il reprit sa faux qu’il avait précédemment remis dans son dos et se prépara à transformer Shadowcat en gibelottes (*) .

Si elle esquivait à temps, il n’aurait pas le temps de ralentir et creuserait un joli cratère. Sans parler des armes plantées dans le sol qui voleraient dans toutes les directions, éjectées par l’impact. Lui, de son côté, avait prévu cette éventualité et ce n’est pas le fait de s’écraser sur le sol qui lui ferait quoique ce soit… Dès qu’il toucherait le parterre, il se relèverait et se préparerait à une contre-attaque de Meyna… enfin, si elle était encore et état de se battre.

[HS : (*) concernant les gibelottes : trip perso qui vient des catacombes de Paris que j’ai visité l’autre jour. On a retrouvé un puits avec des crânes de chats, mais personne ne savait d’où ça venait et pourquoi des centaines de crânes de chats… jusqu’à ce qu’on comprenne que le puits donnait jadis sur la cour d’un resto connu pour ses gibelottes… (ragout de lapin au vin blanc)]
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeMer 8 Juil - 4:00

[ Oki si tu le dis ♥ Scheiße ! Je n'avais pas pensé aux chargeurs... Bah ça va, ça se recharge vite, j'ai déjà essayé. Mais bon >.<
Sinon, pour Spider Man, il le cherche à sauter partout sur les murs xD Par contre, t'es sûr pour le poids... ? Non parce que tu sais, c'est pas grave deux ou trois kilos en trop... Ça se perd vite hein ? Sois pas vexé, ça arrive à tout le monde... Même aux meilleurs ! Et puis ça pourrait se comprendre, il doit s'ennuyer Yonnie, avec personne à sa hauteur... ]



Et, attendez une minute, il était où ? Il n'était pas à droite, ni à gauche, ni devant, ni derrière alors... Un sifflement dans l'air attira son attention. Vers le haut. Il fonçait droit vers elle, sa faux démesurée amorçant un mouvement prête à la découper avec une précision qui n'avait rien de chirurgicale. En fait, cette arme était tellement grande que manipulée par une autre personne que le Comte, elle était aussi précise qu'un éléphant frappant avec un marteau une fourmi. Seulement, c'était du Comte qu'on parlait, et était certain que son adversaire pouvait disséquer un ver de terre sans le moindre soucis et avec une finesse sans égale. Eh oui, on avait la classe ou ne l'avait pas, et lui, il était hors compétition tellement il étincelait de classitude, [ Voilà, je me suis rattrapée ? XD ] même avec deux kilos de trop [ Comment ça, 'non' ? Je maintiens les kilos ! XD ]. Il fallait qu'elle réagisse vite, non pas pour l'éviter, mais pour limiter les dégâts.

Une nanoseconde. Ses genoux ne répondaient pas assez vite. Elle força dessus le plus possible, et finit par arriver à la plier. Cinquième nanoseconde. Il était tout prêt. Elle se propulsa à l'arrière. Septième nanoseconde. Trop lente ! Sa faux venait de se planter méchamment dans son épaule... Pas au point de la couper en deux et d'en faire de la 'patée pour vieux loup-garou édentés' [ © Yonnie ], mais assez pour lui causer une longue blessure allant du haut de son épaule gauche, au bas de sa hanche droit. A son grand étonnement, ses côtes ne cédèrent pas, et l'acier réussit juste à les griffer. Depuis quand ses os étaient aussi durs ? Cela devait venir de la gamine qu'elle avait tué il y a quelques temps. Ces bestioles, c'était plein de calcium. Mais ça, ça allait mettre longtemps à cicatriser.

* Merde ! * pensa-t-elle subitement.

Et reste polie s'il te plait ! è_é Bref, le Comte se scratcha sur le sol, envoyant autour de lui une ribambelle d'armes en tout genre autour de lui. Certaines se plantèrent dans le mur, alors que d'autres fonçaient droit sur Catwom... pardon, Shadowcat. Sachant que ses dagues seraient trop courtes pour éloigner les projectiles sans laisser trop d'ouverture à son adversaire, Meyna envoya ses dagues vers le haut, et elles allèrent se planter solidement dans le plafond juste au dessus d'elle. Serrant les dents pour ne pas se laisser envahir par la vague de douleur qui menaçait de l'envahir d'une minute à l'autre, elle esquiva les premiers projectiles et du forcer sur ses genoux pour sauter en l'air, et attraper la garde de ses dagues. Elle profita du saut pour regarder ce qu'il clochait avec ses genoux. Des aiguilles. L'ordre illogique dans lequel il avait envoyé ses armes venait de trouver son but. Aveuglée, elle n'avait pas senti les minces bouts de métal se planter dans sa chair.

C'était une technique sournoise. Discrète. Silencieuse. Rapide. Une technique d'Ombre... Il utilisait ses propres armes contre elle. Il avait du culot, il fallait l'avouer. Et elle n'avait pas le temps de s'en occuper ! Elle se servit des muscles de ses bras pour s'attirer au plafond, et poser ses pieds dessus. Des boules d'épingles. Voilà à quoi ressembler ses genoux. Elle réussit à saisir quelques aiguilles les moins enfoncées avec ses dents, et les tira d'un coup sec. Tant pis pour la finesse ! Elle risquait sa place ! Puis, elle s'appuya autant qu'elle le put sur ses genoux et se projeta suffisamment pour dégager ses armes. Une violente gerbe de sang jaillit de sa blessure, protestation de ses muscles malmenés. Aucune importance, elle cicatriserait bien assez vite ! Elle songea à lui sauter directement dessus. Mais inutile, elle n'était pas assez lourde, et il serait capable de la repousser facilement. Ce n'était pas comme ça qu'elle l'aurait.

Bon. Bilan des dégâts. Nombreuses coupures un peu partout. Une demi-tonne d'aiguilles plantées dans les genoux, ou en tout cas, elle n'en avait pas vu autre part. Et une belle plaie béante lui barrant le torse. Niveau de sa performance : vraiment pitoyable. Elle avait l'impression d'en être à son tout premier entraînement. Avait-elle régressé à ce point ? Elle atterrit assez souplement malgré ses blessures, se coupant au passage sur les armes dispersées sur le sol. Bah, une de plus ou une de moins... L'avantage était qu'elle se sentait plus légère. Piètre consolation. Mais elle n'avait pas dit son dernier mot ! Elle n'en avait pas fini avec son cher Comte. Elle n'était pas prête à renoncer à lui si facilement... Elle avait connu pire, et il était hors de question que quelqu'un prenne sa place, et s'il y tenait tellement, il faudrait qu'il la tue d'abord. Il était son unique raison d'être, sans lui elle n'était rien... Alors ce n'était pas sa greluche de Selenya qui prendrait sa place !

Elle n'avait plus assez de munition. Ça allait être galère à retrouver d'ailleurs. Une grande partie des armes de jet se trouvait au sol. Elle avait encore son long katana attaché à son dos – heureusement qu'il était là lui ! - du fil à l'intérieur de sa ceinture, mais elle doutait qu'il soit assez dur pour résister à la force du Comte, des kunais, plusieurs shuriken, des aiguilles plein les genoux, et plusieurs armes longues cachées à différents endroits. Elle n'était pas désarmée, c'était déjà ça. Sans compter les boules de fumée. Elle n'allait pas utiliser d'autres grenades, trop rares pour être gaspiller dans un entraînement... Même si elle se demandait si c'en était réellement un. N'avait-il pas parlé de la remplacer ? Elle saisit la garde de son katana une nouvelle fois, et la lame se nourrit du sang qui avait coulé le long de son bras pour souiller sa garde. Sabre de sadique. L'acier se teinta de pourpre, et elle se remit en garde. Elle avait le goût de son propre sang dans la bouche. D'ailleurs, il avait un goût bizarre. Mais ce devait être le contact avec l'acier qui lui donnait cet arrière-goût désagréable – encore plus que d'habitude.

Attaquera, attaquera pas ? Tout dépendait du Comte. S'il s'était élancé sur elle, elle aurait à peine le temps de sortir son sabre pour le contrer. S'il l'attendait en se félicitant de l'avoir mis dans un sale état, elle allait lui faire ravaler ses pensées et foncerait dessus et lui se retiendrait de lui planter ses propres aiguilles dans son entrejambe. Ce serait dommage de gâcher cette partie là, elle pouvait encore servir. Une lueur farouche au fond de son regard, elle n'abandonnerait pas aussi facilement...



[ Nan mais croyez-le ou non, mais j'ai fini ce post depuis 22h, et je suis restée exprès sur l'ordi jusqu'à 3h du matin le temps de trouver la motivation pour le poster. Nan mais franchement, y'a des gens dans la vie... XD ]
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeMer 8 Juil - 23:02

[A ton avis, pourquoi AAYON ! (AAYON, pas Yonnie ou je ne sait quoi ! ) se bat contre toi, hein ? Oui il se fait chier et il à personne à sa hauteur. Et à ton avis, pourquoi il veut le demi-vampire? Parce que ça pourrait faire un gars à sa hauteur (enfin... déjà plus drôle que la plupart des autres Vampires ) Mais il sait qu'il manque d'exercice et comme tu vois, il y remédie. Quand aux kilos en trop, c'est du muscle et il fait gaffe à son alimentation le Comte!

Mais oui, Aayon, Mais oui, elle est méchante la fi-fille avec toi...y'a que moi qui te comprenne... allez viens-là câlin
*Squik* AAaaargghh... ... il a pas apprécié je crois... snif]

Visiblement, Meyna ne savait pas trop ou trouver son adversaire et tournait la tête dans tous les sens… sauf vers le haut, là où il était. Quand finalement elle songea à cette possibilité, il était trop tard pour elle pour esquiver. Peut-être y serait-elle parvenue si elle n’avait pas une bonne quantité d’aiguilles dans les genoux. Son bond en arrière lui permit de sauver sa mise. Elle fut blessée, mais un vampire cicatriserait vite, alors qu’une telle blessure condamnerait un humain. A moins qu’il n’ait des soins dans les 20 minutes ayant suivit l’entaille, la créature qui sert de nourriture aux Vampires se viderait de la substance si savoureuse qui lui donnait un quelconque intérêt. Mais Meyna mettrait moins de 20 minutes à cicatriser suffisamment pour stopper le saignement. Ce qui étonna le Comte, ce fut qu’une fois de plus, ses côtes ne se brisèrent pas. On entendit cependant un crissement sec et strident, preuve que la faux griffait au passage les os. Comment faisait-elle pour avoir un squelette aussi solide ? Elle avait but un concentré de calcium ou quoi ? En admettant que les vertus du calcium fonctionnent encore sur les Vampires… Peut importait. En fait, le Comte se réjouit même de la voir en si bon état. Le combat allait pouvoir continuer… Non, parce que sérieusement, ça n’aurait pas été sérieux de la part d’un Ombre de la classe de Meyna et surtout avec les responsabilités de Meyna, de se faire mettre hors combat moins de 2 minutes après le début de celui-ci.

Ainsi, Aayon atterrit lourdement au sol, amortissant comme il le put avec ses membres. Mais cela n’empêcha pas le sol de se creuser, formant un cratère et propulsant des dizaines d’armes dans tous les sens, comme prévu. Un rapide coup d’œil autour de lui lui permit de voir – ou justement de ne pas voir- que Meyna avait disparut… ou presque. Elle se trouvait au plafond en train de cracher des aiguilles qui venaient de ses genoux. Elle pansait ses plaies et n’allait pas revenir à la charge de si tôt. Deux secondes de pause étaient les bienvenues. Ils se redressait donc en prenant son temps et leva sa faux à la hauteur de son visage, sans toutes fois quitter l’adversaire des yeux. Ne jamais laisser l’adversaire sans surveillance ou c’était la porte ouvertes aux attaques surprises et embuscades en tout genre. Meyna avait-elle déjà oubliée cette première leçon, elle qui fixait ses genoux et son environnement sans se préoccuper du Comte ? Tout en réfléchissant à la suite des évènements, il léchait avec une méticulosité de sadique les trois lames de son arme, afin de ne pas perdre une seule goutte du précieux et délicieux liquide. Mais ça, Meyna ne le voyait pas, puisqu’elle-même réfléchissait à ce qu’elle allait faire.

Analyse de la situation :

Blessures de l’adversaire :
-multiples entailles qui cicatriseront dans une minute ou deux. Gravité : bénine.
- aiguilles dans les genoux. Ne cicatriseront pas tant que les aiguilles y seront. Sinon, cicatrisation en 2 minutes maximum. Gêne pour les mouvements d’esquive et de déplacement utilisant les genoux. Mais elle le sait, donc elle sera plus prudente.
- grosse blessure de l’épaule gauche à la hanche droite. Mettra du temps à se refermer. Douleur handicapante probablement. Quoique Meyna est assez insensible à la douleur. Saigne beaucoup… a savourer.

Armement probable :
- Peu d’armes de jet. En a déjà beaucoup utilisé.
- Armes types dagues et autres poignards, forte probabilité. Voire même certain.
- Son katana.
- Autres surprises du type de la grenade aveuglante ou du flingue ?

Mes blessures :
-pourquoi je passe toujours pas cette étape ? la réponse est pourtant évidente…

Mon armement :
- Dagues et autres armes longues.
- Plus beaucoup d’armes de jet non plus.
- Ma faux et 2 dagues.
- Fils et autres babioles.

Etats des lieux :

- Sol couvert d’armes et débris, sauf dans le cratère au milieu
- Mur démolis inutilisables ou presque
- Plafond en bon état mis à part les 2 entailles des dagues de Meyna et le petit trou que j’ai fait en bondissant vers le sol.

Conclusion : pour achever Meyna il semble facile de continuer sur la même lancée, à dsitance, façon « Ombre ». Mais : peu d’armes en stock et le terrain est devenu difficile. Et puis, ce ne serait pas amusant. De plus, même si elle pense surement jouer sa place, ce n’est qu’un entrainement. Et on a déjà travaillé sa vitesse, son esquive et son agilité. Ses principales qualités. Il faut à présent développer le reste…

Pile au bon moment, comme si c’était d’un commun accord, Meyna se laissa retomber au sol avec souplesse et se remit en garde. Bien entendu, Aayon avait déjà absorbé la totalité du sang qu’il avait sur sa faux et se préparait lui aussi à poursuivre le combat. Il claqua des talons une seconde fois et les lames se rétractèrent dans ses semelles. Pendant que Meyna se mettait en garde, il saisit de petites lames recourbées cachées dans ses bottes et les enfila telles de bagues. A présent, il avait au deux mains des griffes improvisées, assez courtes mais très tranchantes qui ressortaient à peu près au niveau des phalanges. [et va pas me le comparer à un certain héros de BD/film… les griffes sont pas pareils. Même si pour une fois la comparaison serait passable] Ces griffes ne constitueraient évidemment pas son arme principale, mais l’avantage de leur longueur était qu’elle ne le gênerait pas dans le maniement de sa faux ou d’autres armes… des dagues par exemple. En revanche, un coup de poing les enfonceraient dans la chair et il n’aurait qu’à tirer pour déchirer le tissu. Perspective alléchante. Sans parler du fait qu’il était le seul à pouvoir manier sa faux d’une seule main avec la même précision que s’il l’utilisait à deux. Sauf que la faux d’entrainement était plus lourde que la vraie, vu que cette dernière bénéficiait en plus de sortilèges améliorant. Donc, le Comte tenait sa faux d’une seule main et dans l’autre, il tenait une dague la pointe vers le haut et un petit poignard pointe vers le bas. La garde du poignard avait été adaptée à sa main et prévue pour être tenue en même temps qu’une autre arme pas trop encombrante. La lame, quand à elle, avait été profilée pour servir comme arme de défense plutôt qu’en attaque.

Bien, on pouvait commencer la phase 2 de l’entrainement : l’endurance et la force. Sans plus attendre, Aayon fonça droit sur Meyna, feintant pour se retrouver sur son côté droit menaçant de lui enfoncer sa dague entre ces côtes si solides. Dans le même mouvement, il étendit son autre bras et, grâce à la longueur du manche en métal de sa faux, il encercla pratiquement Meyna. En effet, les trois lames menaçaient de couper Meyna en deux, au niveau de la taille, dès que le Comte déciderait de replier son bras. Il lui avait aussi bloqué pas mal de possibilités d’esquives : derrière, le manche de la faux, à gauche, la faux et à droite la dague et le Comte. Si elle pensait esquiver en bondissant en avant, un simple mouvement de bras et la faux la trancherait. Si elle bondissait de nouveau pour planter ses griffes au plafond, il lui suffirait de même de tourner le bras et les triples lames s’enfonceraient avec un sifflement joyeux dans la peau de la jeune femme. A priori donc, pas d’issues possibles.

[HS je suis curieux de voir ce que tu vas inventer ce coup-ci... on va voir si on a la même idée.]
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeLun 13 Juil - 0:08

[ Désolée pour le retard ! J'ai eu des problèmes avec Internet, et je viens seulement de le ravoir T.T
Sinon, bien fait, tu t'es fait bouffer par Yonnie, t'avais qu'à pas faire des personnages complètement asociaux XDDD
Ah oui, désolée, c'est super court, mais je me suis dépéchée de répondre parce que tu dois en avoir marre d'attendre ;_; ]



Son sucre d'orge préféré semblait avoir lui aussi fait une cure de gamin en ce moment. Mais l'effet secondaire n'était pas d'avoir des os solides comme pour Meyna, mais bien leurs connaissances des dessins animes, comics et autres contes... Car, après Spiderman et Spidercochon, le voilà qui passait au Magicien d'Oz avec ses géniales chaussures qui réagissaient quand on claquait les talons l'un contre l'autre. Franchement, il n'était pas un peu vieux pour ce genre d'histoire ? A la limite les Simpson ou SpiderMan, ça allait, mais le Magicien d'Oz... Et puis, dans l'histoire, c'était des souliers d'argent, voir de rubis suivant les versions. Rien à voir avec les bottes de sept lieux qu'il portait, il mélangeait toutes les histoires ! Comment voulait-il qu'elle s'y retrouve ? Surtout qu'il se mettait à imiter Wolverine avec ses griffes de mains. Son Amour était donc en pleine crise d'adolescence tardive, et déjà qu'il n'était pas facile à suivre ces derniers temps, alors s'il se mettait à jouer les sales gamins, elle se demandait bien ce que ça allait donner... Quoique, l'idée de voir son corps parfait moulé dans un costume rouge et bleu avec un grand A sur la poitrine tel Superman n'était pas si déplaisante. Il faudrait juste qu'elle se morde très fort la lèvre pour ne pas rire, mais ce serait une idée intéressante. Par contre, hors de question de lui soumettre si elle tenait à son intégrité physique et mentale. Déjà qu'elle n'était pas clair dans sa tête, alors si en plus il se mettait à la torturer pour foutage de gueule... Non, il valait mieux garder cette idée pour elle-même.

Et puis, de toute façon, il était déjà reparti à l'attaque. Meyna avait à peine eut le temps de sortir son sabre de moitié que déjà il était sur elle, l'encerclant. Elle avait le choix entre se faire méchamment poignardée à droite, ou se faire couper en morceaux dans tous les autres sens... Elle ne pouvait même pas sauter en l'air, ou sa faux aurait tôt fait de la trancher en deux. Gauche, Droite, Avant, Arrière, Haut... Bas ? Un léger sourire sadique joua sur ses lèvres, si rapidement qu'elle-même n'était pas sûre d'avoir sourit ou non... De toute façon, elle n'en avait rien à faire. Meyna pivota sur elle-même. Si les aiguilles l'empêchaient de se mouvoir correctement, elle n'avait qu'à retourner la situation à son avantage et s'en servir pour rigidifier ses articulations. Bon d'accord, ça ne lui servirait pas à grand chose parce que ça ne l'aidera pas, mais juste un tout petit peu. La vampiresse lui faucha donc les jambes dans son mouvement et acheva de sortir son sabre de son fourreau.

En tournoyant, elle s'était rapprochée de son saigneur et de son arme mortelle. Comme précédemment, sa jambe fusa en direction de sa mâchoire... Répétitive Meyna ? Pas vraiment. A mi-chemin, quand son genoux dépassa son avant-bras elle replia sa jambe sur le poignet du Comte. Peut être avait-il prévu sa manœuvre, mais il allait falloir qu'il fasse très vite s'il voulait y échapper. Sinon, il pouvait toujours lui enfoncer son arme dans sa jambe. Bref, se blesser à ce niveau pouvait être handicapant, mais, proche de lui, son arme courte immobilisée, il avait encore sa faux pour l'attaquer. Sauf qu'à cette distance, elle allait être assez difficile à utiliser. Donc, il faudrait qu'il la lâche, ou qu'il trouve une parade. Mais Meyna n'en avait pas fini avec lui. Tout en immobilisant son bras, sa lame fusa vers sa gorge, ses deux mains maintenant solidement sa garde. La croute qui s'était formée sur sa brûlure émit un son de protestation... Ah oui, elle l'avait oublié celle-là. Bah, la douleur n'était pas si importante que cela après tout. Avait-elle été assez rapide pour atteindre le Comte ? Elle n'en était pas sûre...
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeSam 25 Juil - 21:28

Encerclée comme elle l’était, Meyna ne pouvait pas esquiver. L’attaque du Comte avait été calculée pour la forcer à combattre, et cela avait fonctionner. Pivotant sur elle-même, elle faucha les jambes du Comte. Déséquilibré, il perdit quelques précieuses millisecondes à reprendre appui ce qui permit à la jeune femme de saisir et immobiliser le poignet du Comte avec sa jambe. C’était une manœuvre efficace mais dangereuse car elle revenait à sacrifier momentanément sa jambe. Jusqu’à cicatrisation des blessures au moins. En effet, Aayon pouvait encore bouger un peu sa main et il en profita pour taillader sauvagement le mollet de la jeune femme, le transformant littéralement en lambeaux de chaire. Cela rendait sa jambe inutilisable pendant de longues minutes. Ce qui revenait presque à dire qu’elle ne retrouverait pas l’usage de ce membre avant la fin du combat. Mais le Comte n’avait pas fini. D’un mouvement habile, il retrouva son poignard entre ses doigts et se prépara à faire subir le même sort à la cuisse de Meyna. Quel dommage ! Une si belle et si ferme petite cuisse… tranchée en fines lamelles… Il n’eut cependant pas le temps de commencer qu’il aperçut la lame de Meyna filer tel un éclair vers sa gorge. Si elle l’atteignait, il se ferai décapiter à coup sûr et perdrait de ce fait le combat. Hors de question ! Pendant qu’il réfléchissait à toute allure, sa main prisonnière travaillais toujours cependant à découper de belles droites parallèles dans la chaire dure de la cuisse de la jeune femme, faisant gicler le sang.

Il pourrait essayer de ramener sa faux vers lui pour la trancher en deux, mais jamais il n’aurait le temps de faire ce mouvement peu pratique. La faux était donc devenue inutile et même encombrante. Il la lâcha. De toute façon, à partir du moment ou il commençait à lui faire travailler le corps-à-corps, cela devait arriver assez rapidement, la faux étant une arme servant tant que l’ennemi restait à une certaine distance. Son bras prisonnier l’empêchait d’esquiver efficacement le sabre. Il fallait donc le parer. Mais il ne disposait pour cela que de sa deuxième dague, encore dissimulée sous ses vêtements. Long à sortir et cela laisserait une trop grande marge de manœuvre à la lame de Meyna.

Finalement, alors qu’il continuait à labourer la jambe de son Ombre, il replia les doigts de son autre main vers l’intérieure, laissant la paume découverte et plate et frappa un grand coup du plat de l paume en plein sur la blessure pas encore refermée du torse de Meyna. L’entaille cracha du sang, mais elle ne fut pas la seule. Tout l’air des poumons de Meyna fut expulsé d’un coup, provoquant une sensation très désagréable, même pour un Vampire qui n’a plus besoin d’oxygène. Visiblement, au moins une côte avait cédée puisque la jeune femme cracha aussi un filet de sang avant de voler à la rencontre du mur le plus proche sous la force de l’impacte.

Mur qu’elle heurta la tête la première, puis le reste du corps vint aussi s’écraser sur les relief irréguliers creusés par les tirs répétés de cette même Vampiresse, provoquant de nouveau dégâts dans l’enceinte de pierre. La vampiresse avait cependant eut le temps de poursuivre un peu son attaque avant de s’éloigner telle une comète du Comte et celui-ci se frotta la gorge pour constater les dégâts. Une petite égratignure qui saignait à peine. Il ne s’y attarda et fonça droit sur la Vampiresse qui, sonnée et blessée tentait de reprendre ses esprits en s’appuyant sur une jambe et tenant le mur de sa main libre (c'est-à-dire celle qui ne tenait pas le sabre).

Elle dut le voir arriver et commença même à esquisser un mouvement défensif, mais Aayon ne lui laissa pas le temps de poursuivre. Il lui asséna un enchainement de coups de poings dans le ventre et au visage, enfonçant ses griffes profondément dans sa peau et créant de vilaines plaies. Enfin, quand elle ne fut plus qu’à demi-consciente, il lui arracha le sabre des mains avant qu’elle n’ait eut le temps de réagir, attrapa de son autre main les deux poignets de la jeune femme, les leva au-dessus de sa tête et tira ainsi son corps vers le haut jusqu’a ce que ses talons décollent un peu du sol. Là, il la cloua au mur en enfonçant son sabre à travers la paume de ses mains et jusqu’à ce que seulement un quart de la lame ne dépasse du mur. Le sabre crissa lorsqu’il fut enfoncé dans la roche, mais il était solide et bien affuté et ne se brisa pas. De plus, il n’avait rien perdu de ses propriétés vampirique et absorbait toujours autant de sang. Ainsi ligotée, il ne restait à Meyna que l’usage d’une seule jambe, sans parler du fait qu’elle venait d’encaisser une belle série de coups qu’elle avait tant bien que mal tenté de parer. Autant dire que le combat était fini, et elle avait perdu.

Satisfait, le Comte rangea ses armes, laissant son Ombre souffler quelques secondes. Puis il soupira en s’approchant de la jeune femme et posa délicatement ses mains sur les joues ensanglantées de la jeune femme, la forçant à le regarder droit dans les yeux.

« Meyna… Regarde un peu dans quel état tu m’a forcé à te mettre… Ce n’est pas très glorieux tout ceci… Je me demande ce que je vais bien pouvoir faire de toi… »

Il venait de parler sr un ton triste, un peu déçu et il laissa la jeune femme mariner dans son jus quelques nanosecondes, avant de se pencher doucement en avant et de déposer un doux baisé sur ses lèvres.

« Je dois avouer cependant que tu m’as beaucoup impressionné. Tu as fait de grand progrès, tu sais. C’est la première fois que tu parviens à me mettre dans une situation légèrement délicate. Bravo. Ton niveau augmente à une vitesse… incroyable. Il suffit juste de te motiver correctement… »

Il avait adopté un ton doux, amoureux, presque ronronnant et caressait doucement les joues dont les plaies se refermaient déjà. Il embrassa Meyna un peu plus longuement avant de retirer doucement et prudemment les aiguilles des articulations de Meyna, faisant sensuellement glisser ses mains sur le corps de la Vampiresse. Puis il continua de déposer de doux baisés sur les lèvres de la jeune femme à intervalles réguliers, tout en parlant.

« Ne m’en veux pas… Je n’ai jamais… envisagé… de te remplacer… Je te jure… Je devais juste… trouver… un moyen… de te motiver… Tu ne te donnais pas à fond… et cela n’aurait servit à rien… dans ce cas… Ne m’en veux pas… Je t’en prie… Cela me ferait… de la peine… que tu me fasse la moue… Je ne voulais pas… te faire de la peine… C’était juste… pour ton bien… pour que tu progresse plus vite… et cela à marché… Meyna… tu m’impressionne… j’admire ta force… ton endurance… ta souplesse… ton courage… et surtout… ton intelligence et… ta vivacité… d’esprit… Jamais… Jamais… Je ne pourrais te remplacer… Jamais… Tu es… unique… Ma Meyna… Je t’aime… Je t’aime tant… Pardonne-moi… tu veux bien… ne pas m’en vouloir… Mon Amour ? »

Il l’embrassa amoureusement, avec passion, puis la fixa dans les yeux, un air tendre sur son visage et une flamme étincelant dans ses yeux quelques peu inquiets de la réaction et de la réponse de Meyna.

En un sens, le corps-à-corps continuait...
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeDim 26 Juil - 5:00

Et voilà, le combat était achevé, et elle avait encore perdu. Maudit soit-il ! Elle se doutait bien qu'il allait se venger sur sa jambe, mais une nouvelle fois, il venait de lui montrer la différence de vitesse entre elle et lui. Bon ça y est, cette fois c'était sûr, il lui avait brisé une – en étant optimiste – voire plusieurs – en étant réaliste. Elle serra les dents pour leur faire une nanoseconde de silence. Elles avaient courageusement tenu jusqu'à la fin de leur duel. Elle était très fière de ses os. Un flot de sang incroyable jailli de sa bouche. Combien de litres de sang le corps humain pouvait-il contenir ? Elle le savait, mais c'était toujours assez particulier quand on voyait le sien. Elle se sentit voler, avant de percuter méchamment le mur, la tête en bas, les bras écartés comme un Jésus Christ satanique.

Sa chute n'arrangea en rien l'état des murs, et Meyna se surprit même à les plaindre. Depuis le temps qu'ils s'entraînaient, elle se demandait combien de fois il avait fallu les refaire. Mais peu importait ! Déjà elle sentait son corps subir les effets de l'attraction terrestre, et retourner au sol. Elle avait peut être perdu beaucoup de sang, mais pas toute sa dignité, aussi elle se ramassa avec classe sur ses pieds, même si elle fut obligée de poser un genoux au sol, l'autre étant en lambeaux. Ses vêtements aussi d'ailleurs. C'était l'une des raisons pour laquelle elle n'avait pas de tenue spéciale entraînement avec le Comte. Il s'arrangeait toujours pour qu'ils partent en petit morceau, quitte à les arracher à la fin du duel pour un autre type d'entraînement.

Elle savait plus qu'elle ne sentit qu'il allait l'achever là tout de suite maintenant. Elle eut juste le temps d'ordonner à son bras de se lever qu'il était déjà sur elle, à la labourer de coup de poing. Bah, ça pourrait être pire, il aurait pu se servir de ses bottes en béton armé, et ça, ça aurait pu faire très mal. Quoique déjà là, c'était pas mal. Elle serra les dents, à défaut de pouvoir se défendre, elle pouvait au moins de pas montrer qu'elle souffrait. Si c'était un test à la douleur, il allait être servi ! Aucune expression ne vint se montrer dans son regard ou sur son visage, même quand ses poings brisèrent le reste de ses côtes. Même quand ses bouts d'os pénétrèrent dans ses poumons. Même quand elle sentit ses organes sur le point de partir en bouilli. Toujours impassible, affichant même un léger sourire ironique, accompagné d'une lueur qui s'éteignit progressivement à mesure qu'elle se sentait glisser dans l'inconscience. Mais elle n'était pas dupe, elle savait que le Comte préférerait savourer sa victoire en lui parlant alors qu'elle serait à peine capable d'articuler. Il dut lui fracturer la mâchoire à un moment au craquement sinistre qu'elle sentit résonner à ses oreilles, mais ça ne sembla pas le gêner. Elle attendit patiemment qu'il ait fini, alors qu'elle était dans un état de semi-conscience.

Elle tenta de crisper sa main que la garde de son sabre, mais peine perdue, le sang qui maculait ses paumes combiné à la puissance du Comte suffirent à venir à bout de la force de ses mains. Elle se sentit soulever du sol, suivit d'une vive douleur dans les paumes. Elle leva légèrement la tête et vit ce qu'elle craignait : il avait utilisé SON sabre. Sa mâchoire fracturée l'empêcha de grogner qu'il allait abimer sa lame. D'un autre côté, cela n'avait plus d'importance. Elle avait lamentablement perdu, même si elle aurait pu le tuer avant le duel... Enfin, pas vraiment tuer vu qu'il était certainement immortel et invincible, mais n'importe qui d'autre serait mort.

Mais le fait était là. Elle avait perdu. Pas seulement le duel, mais également sa place, son honneur, son Amour, sa vie, sa mort et son âme. Il allait pouvoir la remplacer par sa nouvelle greluche. Elle attendit patiemment sa mort. Plus rien n'avait d'importance. Étonnement, elle pensa à son fils qu'elle avait abandonné bien des siècles plus tôt... Allait-elle le rejoindre ? Non, peu probable. Elle irait certainement en Enfers, de part sa nature, ses crimes et son âme. Son enfant, à part celui d'être né demi-vampire, n'avait rien fait... Et elle espérait qu'il était heureux là où il était. Elle avait fermé les yeux, attendant un coup qui ne vint pas. Elle sentit la poigne ferme du Comte lui saisir le visage pour la forcer à le regarder. Blasée, Meyna ouvrit les yeux et planta son regard bleu sombre dans ceux de son saigneur. Elle se demandait bien ce qu'il pouvait y lire à présent. Son regard tomba sur une légère trace de sang sur son cou... Au moins, elle avait réussi à l'effleurer, même légèrement... Évidemment, il ne lui suffisait pas de la tuer, il fallait qu'il savoure sa victoire avant. Impassible, comme vide de toute émotion, Meyna l'écouta.

« Meyna… Regarde un peu dans quel état tu m’a forcé à te mettre… Ce n’est pas très glorieux tout ceci… Je me demande ce que je vais bien pouvoir faire de toi… »

Comme s'il ne le savait pas ! Il lui avait fait clairement comprendre au début du duel, elle n'avait – à ses yeux – plus le niveau pour rester Ombre. Bien, maintenant pouvait-on en finir vite ? Pas qu'elle était pressée de mourir, mais elle préférait éviter les au revoir longs. Se séparer de lui était suffisamment dur comme ça, inutile qu'il en rajoute une couche... Elle pouvait sentir dans son ton une tristesse, une certaine déception, peut être même de la lassitude. Oh, qu'il ne joue pas les tristes de la perdre ! Sa nouvelle greluche aura tôt fait de la remplacer ! Elle sentit doucement ses lèvres se poser sur les siennes, baiser auquel elle ne répondit pas. Elle avait toujours détesté les stéréotypes, et les 'derniers baisers d'adieux' en faisaient parti. Cependant, elle ne put s'empêcher de savourer son contact, et elle eut toutes les peines du monde à garder sa résolution. Elle y parvint à grand peine, et elle n'était pas sûr de pouvoir y arriver très longtemps.

« Je dois avouer cependant que tu m’as beaucoup impressionné. Tu as fait de grand progrès, tu sais. C’est la première fois que tu parviens à me mettre dans une situation légèrement délicate. Bravo. Ton niveau augmente à une vitesse… incroyable. Il suffit juste de te motiver correctement… »

Mouais, les compliments avant. Nouveau stéréotype... Du genre 'Tu t'es bien battu.'. Piètre consolation ! Cela n'avait aucune importance, le seul but était de gagner. Elle sentit son cœur chavirer bien malgré elle au son de sa voix, et le frisson qui remonta le long de son dos aurait pu être agréable s'il n'était pas si douloureux, même si elle sentait ses blessures les moins profondes se guérir totalement. Elle ralluma son regard au moins 'motiver'. Que voulait-il dire ? Et puis, pourquoi parlait-il au présent ? Elle braqua un regard sceptique dans ses pupilles sanglantes, mais, si elle se laissa faire quand il l'embrassa de nouveau, elle ne lui répondit toujours pas. Elle le connaissait par cœur, si elle se laissait aller maintenant, elle n'aurait jamais les explications qu'elle attendait. Son corps réagit contre sa volonté quand elle sentit ses mains le parcourir, mais il se calma bien vite. Trop douloureux. Elle eut un léger sursaut quand il ôta ses aiguilles et elle se maudit pour sa réaction. Puis, il butina ses lèvres pendant qu'il parlait, son souffle se perdant dans son cou.

« Ne m’en veux pas… Je n’ai jamais… envisagé… de te remplacer… Je te jure… Je devais juste… trouver… un moyen… de te motiver… Tu ne te donnais pas à fond… et cela n’aurait servit à rien… dans ce cas… Ne m’en veux pas… Je t’en prie… Cela me ferait… de la peine… que tu me fasse la moue… Je ne voulais pas… te faire de la peine… C’était juste… pour ton bien… pour que tu progresse plus vite… et cela à marché… Meyna… tu m’impressionne… j’admire ta force… ton endurance… ta souplesse… ton courage… et surtout… ton intelligence et… ta vivacité… d’esprit… Jamais… Jamais… Je ne pourrais te remplacer… Jamais… Tu es… unique… Ma Meyna… Je t’aime… Je t’aime tant… Pardonne-moi… tu veux bien… ne pas m’en vouloir… Mon Amour ? »

Était-ce encore un test ? Ils n'avaient pas passé l'age de ces petits jeux de séduction ? Elle se sentit transporter quand son amour transparut au travers d'un long baiser, et elle se força à y répondre le moins possible. Il fallait qu'elle reste calme, maître d'elle-même... Sa raison lui hurla littéralement aux oreilles de profiter de sa proximité pour lui envoyer un méchant coup de boule dans le nez en vengeance. Il ne fallait pas qu'elle cède ! Il fallait qu'elle résiste ! Mais comment ? Ce regard, cette voix, cette présence, cette expression, tout chez lui faisait vivre son cœur... Elle avait renoncé à le faire battre pour lui, pouvait-elle renier ça ? Elle sentit lentement l'écho de sa partie raisonnable s'amenuiser, pour laisser le son de la voix de son amant emplir ses sens. Il l'aimait...Elle était unique... Il ne la remplacera jamais... Elle était son Amour et SA Meyna...

Lentement, elle cessa de le foudroyer du regard pour afficher une moue hésitante, puis plus douce, pour se durcir de nouveau et devenir peut-être légèrement plus espiègle. Ses lèvres restèrent closes quelques secondes, et elle laissa le silence s'installer entre eux, uniquement troublé pour les légers craquements que faisaient ses os en bougeant pour se ressouder. Puis, ignorant la douleur, elle se servit de son sabre planté dans ses paumes pour se surélever légèrement et enrouler ses jambes autour de la taille de Comte, comme pour sentir sa présence, ressentir son être près d'elle, le rapprocher. Elle était fière. C'était peut être la première fois qu'elle réussissait à lui résister si longtemps. Pourtant, elle s'obstina à garder le silence, bien que dans sa tête et son regard, elle avait déjà rendu les armes. Le Comte pouvait lui offrir tout l'amour du monde, mais Meyna n'avait que le sien, à elle et à personne d'autre, à lui offrir. Cela pouvait-il se valoir ? Rassemblant toute sa volonté, elle finit par laisser échapper :

- Je vous déteste.

Pourtant, c'était tout sauf de la haine qu'il pouvait sentir quand, resserrant sa prise autour de lui, elle l'embrassa avec tous les sentiments dont elle se sentait capable. Mais c'était vrai. Dans un sens, elle le détestait. Pourquoi ne pouvait-elle pas lui résister ? Pourquoi l'amour qu'elle lui portait la mènerait certainement à sa perte ? Pourquoi lui était-il impossible de lui en vouloir ?
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeLun 27 Juil - 16:26

Déjà, le regard de Meyna se faisait plus doux. Déjà, elle ne lui en voulait plus, bien qu’il semblait qu’elle faisait tout pour lui faire croire le contraire. Mais le Comte se connaissait et surtout, la connaissait bien. Il savait qu’elle ne pouvait pas lui résister – personne ne le pouvait – mais qu’elle avait assez de dignité, de fierté et d’orgueil pour ne pas le montrer tout de suite. Il fallait au moins tenter de sauver les apparences en jouant la jeune femme vexée. Aussi, il ne s’étonna pas qu’elle reste de marbre devant ses attentions bien que son regard brilla à l’évocation de certains mots ou lors de certaines tournures de phrases.

Il savait manier les mots. Même des mots qui sonnaient creux pour lui. Amour, concrètement, cela signifiait quelque chose ? Meyna avait été blessée par l’idée qu’il puisse la remplacer, il fallait donc revenir là-dessus. Mais cela ne serait pas suffisant. Il fallait donc enjoliver les choses et lui expliciter qu’elle ne serait pas remplacée. Le tout en utilisant de jolies formules qui plaisaient tant aux autres. En particulier au femmes… et surtout lorsque cela sortait de sa bouche. Cependant, avec Meyna, s’était plus délicat : elle passait son temps à observer le Comte et connaissait par cœur toutes ses jolies phrases qu’il sortait de ses lèvres tel un magicien. Pour elle, il fallait autre chose. Quelque chose de spécial uniquement pour elle. Etrangement, le fait de dire qu’elle était unique (ce qui était la pure vérité) la faisait rayonner. Je t’aime et mon Amour la faisait chavirer, même si cela ne voulait pas dire grand-chose aux yeux du Comte, mais cela marchait. Et cette fois-ci, il venait de tester l’adjectif possessif devant le nom. Ma Meyna. Titre honorifique comme « Monseigneur » ? Pourtant cela sonnait plus comme un titre de propriété. Lui, il l’aurait mal prit si on l’appelait Mon Aayon (déjà que Aayon tout court était prohibé…) mais sur la gente féminine, Meyna en tout cas, cela avait un effet… agréable. Elle sembla fondre.

Utilisant les muscles de ses bras, elle se hissa un peu et enlaça de ses jambes la taille du Comte. Il lui sourit tendrement et colla son corps contre le sien en faisant délicatement glisser une de ses mains dans le dos de la jeune femme. Il profita d’un creux dans le mur pour y glisser sa main et son bras afin de pouvoir enserrer la jeune femme sans lui faire de mal. Au même moment, il glissa l’autre main le long des bras et des avant-bras de Meyna, jusqu’à retirer le sabre avec douceur. Il gardait cependant son regard fixé sur celui de Meyna et vit les changements s’y opérer. Au final, il sut qu’il avait gagné une fois de plus. Pas étonnant cependant. Mais elle continuait à avoir cette histoire en travers de la gorge, cela se sentait plus qu’autre chose. Et ce qu’elle dit ne fit que le confirmer.

Son petit « je vous déteste » fit sourire de façon espiègle le Comte qui lui jeta un regard tendre et amoureux mais quelque peu amusé et répondit dans un souffle (color=crimson] « je sais »[/color]. Meyna resserrait en même temps son étreinte et l’embrassa avec tout son cœur. Cependant, Aayon sentit un petit arrière gout d’amertume dans ce baisé, mais décida de ne pas y prêter attention. La serrant encore plus fort contre lui, il lui rendit son baisé avec autant d’amour qu’il le pouvait et, après l’avoir prolonger, il détacha ses lèvres des siennes et les fit glisser en effleurant délicatement la joue de Meyna vers son oreille qu’il embrassa et se mit à mordiller en lui glissant des mots doux sensuels de temps à autres.

De la main qui tenait toujours le sabre, il redessinait délicatement chaque couture des vêtements déjà en lambeaux de Meyna sans jamais appuyer ou la blesser. Elle ne devait par ailleurs presque rien sentir. Encore un peu et ceux-ci ne tiendraient littéralement plus qu’à un fil… Peut-être Meyna serait-elle surprise quand les coutures, après un bruit de déchirure, cèderaient et que son haut tombera au sol, découvrant ses formes splendides.
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeMar 28 Juil - 0:37

Sans s'agiter, en restant plus ou moins immobile, ses blessures cicatrisaient déjà plus vite. Celles laissaient par les aiguilles dans ses genoux n'étaient d'ailleurs plus qu'un lointain souvenir, et sa peau achevait de faire partir les dernières cicatrices... Hors de question d'avoir de vilaines marques sur un corps vampirique, donc supposé parfait, ce n'aurait pas été très sérieux. De plus, ses coupures dues au armes de jet achevaient de cicatriser, et elle pouvait bouger sans sentir de réelles douleurs à cause d'elles. Il ne manquait plus que celles encore à vif de ses paumes et niveau coupure, tout serait bon... Ou presque. L'immense plaie qui barrait son torse mettrait un peu plus de temps pour se refermer totalement... Et ne parlons même pas des os ! Elle pouvait les sentir se remettre un à un à l'intérieur de son corps, causant de très désagréables craquements à ses oreilles. Mais aucune douleur ne valait l'amour que lui transmettait le Comte à travers un simple baiser. Elle aurait souffert pendant le reste de sa vie pour une seule de ses caresses.

Caresses qui ne tardèrent d'ailleurs pas à venir. D'une main, il entoura sa taille avec une telle douceur qu'aucune souffrance ne vint gâcher son plaisir, à son plus grand étonnement. Elle avait tellement l'habitude de le voir découper des buffles avec le petit doigt qu'elle en oubliait presque qu'il était capable de maîtriser sa force jusqu'à se rendre aussi subtil et délicat qu'un mince filet de vent. Elle eut un léger mouvement de recul quand il caressa ses bras pour atteindre son sabre... Le Comte pouvait se montrer lunatique, et s'il avait décidé de la couper en deux pour lui montrer qu'elle baissait trop facilement les armes, il le ferait sans hésitation. Pourtant, il ôta au contraire son sabre de ses paumes... Méfiante de nature, Meyna ne se décontracta pas tant que l'arme fut totalement partie de sa chair. Chair qu'elle sentit se ressouder peu à peu dès que la pointe l'eut quittée. Elle nota dans un coin de son esprit que son arme était toujours en sa possession, et qu'elle ne tarderait pas à découvrir si oui ou non le Comte s'était découvert des penchants de sado-masochiste comme le prétendaient certaines rumeurs.

Elle perdit pied dans ses sentiments quand le Comte lui retourna son baiser. Elle se laissa envahir par la vague de bien-être qu'elle ne connaissait qu'avec lui et tourna légèrement la tête quand elle sentit ses lèvres dévier vers son oreille pour lui murmurer de doux mots... La pensée naïve et humaine que, peut-être, la quantité de sang qui maculait son corps le gênait la fit sourire. Pourtant, il avait bien prétendre le contraire, elle ne voyait vraiment pas comment il pouvait apprécier le sang vampirique. Enfin, s'il aimait son sang, autant lui laisser boire tout son soûle, ce n'est pas elle qui le fera. Les mains libérées, elle put les enrouler autour de son cou et le serrer contre elle pour le sentir près d'elle. Ne pas sentir son cœur battre pouvait être assez déstabilisant pour certain, mais depuis le temps, Meyna en avait l'habitude. Quoique, ça lui avait semblé très étrange lors de leurs premiers ébats...

Mais peut importait maintenant. Meyna eut à peine le temps de se presser contre lui qu'elle entendit le bruit d'une déchirure... Quoi encore ? Puis elle se sentit étrangement... nue. Elle écarquilla légèrement les yeux et le post-it accroché dans son esprit lui rappela qu'il avait encore son sabre... Et qu'il s'en était servi pour lui arracher le haut de ses vêtements, dévoilant son corps plus une ou deux armes. Dont son fidèle uzi responsable des dégâts muraux. Oups ! Elle espérait qu'il ne lui prendrait pas. Elle y tenait à son arme ! Ainsi, il avait bel et bien décidé de la fin de cet entraînement... Peut être dès qu'il lui en avait parlé d'ailleurs. C'était loin de lui déplaire. Elle recula légèrement son visage pour planter ses yeux dans ceux sanglants de son Amour. D'un revers léger des doigts elle lui effleura la joue, laissant une légère trace sanglante avant de se pencher pour lécher la trace de sang qui restait sur sa gorge. C'était amusant, on aurait pu penser qu'il s'était coupé en se rasant le matin... Elle remonta doucement la pointe de sa langue le long de sa jugulaire pour venir y trouver le point de jonction entre sa mâchoire et son cou et croquer légèrement cette partie sensible. Tout en laissant traîner ses dents là où elle le désirait, sa main était venue se glisser dans sa nuque alors que l'autre jouait avec le col de sa chemise.
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeJeu 30 Juil - 20:23

Le Comte sentit Meyna se troubler légèrement quand ses vêtements tombèrent au sol. Il lui jeta un regard pour voir si elle lui en voulait ou tout simplement apprécier sa réaction. Il ne fut pas déçu : la mine étonnée, yeux écarquillés, de Meyna lui parut irrésistiblement… craquante. Il laissa échapper un rire à mi-chemin entre le grognement câlin et un son de cristal pur, mais grave. C’était un rire assez discret, distingué et raffiné, mais sauvage et indomptable en même temps. Il était rare que le Comte l’utilise et quand cela arrivait, les jeunes femmes frissonnaient très souvent. Les plus fragiles et les plus émotives, comme Helena, allait jusqu’à défaillir. Normal : avec se rire, il avait toujours un sourire tendre mais avec un rien de prédateur extrêmement intelligent et sûr de lui. Presque victorieux. Une des raisons pour lesquelles c’était une de ses expressions les plus séduisantes était le fait qu’il s’agissait d’une de ses véritables mimiques. Une des rares pendant lesquelles il jouait à peine la comédie et était presque sincère. Surtout avec Meyna. Là, c’était encore plus resplendissant.

Lorsqu’elle se recula légèrement pour plonger son regard dans le sien, il le lui rendit avec tant d’intensité qu’un volcan sur le point de se réveiller paraitrait froid à côté et un léger sourire en coin apparut sur le bord de ses lèvres. Il ferma les yeux, savourant le contact doux des doigts de Meyna sur sa peau, puis il la laissa embrasser son cou et remonter vers sa jugulaire. Il soupira de contentement quand son Ombre favorite se mit à jouer les Vampires en le mordant délicatement. Cette pensée l’amusa d’ailleurs. Un peu paradoxal. Pendant qu’elle remontait ses mains dans sa nuque et le long de son col, il planta le sabre dans les restes de mur, à côté du corps de Meyna, à une hauteur qui permettait à la jeune femme de s’appuyer éventuellement dessus. Sa main, ainsi libérée, remonta dans son dos, se promenant telle un léger baiser du vent sur la peau de marbre parfait de Meyna, détachant les dernières armes et les jetant négligemment à terre, près des autres vestiges du combat. L’Uzi eut cependant un traitement de faveur. Il le prit d’une main, l’autre étant toujours occupée à maintenir Meyna dans le dos, fit tomber la cartouche au sol et jeta l’arme au milieu de la salle. Une fois ceci fait, sa main repartie en exploration du nouveau territoire que la chute des vêtements avait fait apparaitre. Bien sûr, toujours avec une délicatesse et un raffinement extrême. Le Comte savait se faire si doux que la caresse d’une plume de duvet paraitrait raide et aussi désagréable que d’être frotté avec du papier de verre.

C’est à peu près à ce moment là que le Comte commença à le ressentir. Cette espèce de vague de chaleur, allant crescendo qui remplaçait son néant glacial qu’il avait à l’intérieur de lui en permanence. Cette vague de chaleur était douce et pas si désagréable, bien qu’il s’agisse plus de tiédeur que de véritable chaleur. Une légère brise de soir d’été chassait le blizzard de banquise soufflant continuellement sur le cœur déjà geler d’Aayon. Mais cela n’était pas normal. Et cela faisait peur au Maître des Vampires. Incapable d’identifier à quoi cela correspondait, refusant d’admettre que cela puisse être un sentiment, trop fier pour en parler à une personne digne de confiance (faudrait-il encore qu’il en connaisse une…) il avait fini par associer ceci à une sorte de capacité spéciale de Meyna. En effet, cela n’arrivait qu’avec elle et avec personne d’autre. A chaque fois, quand cela lui arrivait, il prenait peur, sans, bien sûr, montrer quoique ce soit, et souhaitait s’arracher à l’étreinte et aux caresses de la responsable de ce phénomène étrange. Mais à chaque fois, la force lui manquait. Il ne parvenait jamais à rompre le contact de leur de corps. Il n’arrivait pas à se résoudre à la repousser. Il se sentait comme prit au piège dans une toile d’or couverte de miel doux, sucré mais collant. Un piège paradisiaque en quelques sortes. Mais quel était se sortilège ? De quel soie de Veuve Noire Meyna tissait sa toile ?

Il se tendit quelques secondes, essayant pour la énième fois de mobiliser son esprit et son corps pour tenter, une fois de plus, de se libérer de cette emprise. Et comme toujours, ses tentatives furent infructueuses. Il finit par baisser les armes et se laisser aller. Enfin presque. Son corps se détendit et, sans qu’il ne s’en rende compte, ses caresses se firent plus insistantes, plus ardentes. Il saisit de sa main libre le visage de Meyna, caressant sa joue du bout de ses doigts et passant son pouce sur ses lèvres tout en les guidant vers les siennes. Pendant ce temps, l’autre main glissait délicatement vers le bas du dos de l’Ombre. Lorsque son regard croisa celui de la jeune femme, une nouvelle lueur y brulait. On disait souvent que le Comte avait un regard de braise, mais cette fois-ci, il semblait réellement bruler d’un feu qu’il ne pouvait contenir. C’était une flamme passionnée, ardente comme aucune autre et pourtant si pleine de peur, de peine et de colère, presque de haine. Il ne laissa pas cependant le temps à la jeune femme de s’attarder dessus et ferma les yeux en l’embrassant avec une fougue et un amour comparable au désir et au soulagement que ressent un pauvre homme perdu dans le désert depuis des jours, errant sans eau sous un soleil de plomb et aveuglant, sans savoir ni d’où il vient ni où il va, lorsqu’il trouve une oasis et une caravane de marchands pouvant le guider à travers ce pays de solitude. Tout d’abord, il refuse d’y croire et pense qu’il s’agit d’un autre mirage avant de réaliser que le mirage est persistant. Il croit alors devenir fou, commence à espérer et prend peur que ce doux rêve salvateur ne disparaisse. Enfin, il réalise qu’il s’agit de la réalité et là, c’est l’explosion de bonheur et d’euphorie pure. Tel était le baiser du Comte.
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeSam 8 Aoû - 13:16

Un doux son résonna aux oreilles de Meyna. Un mélange de rire et de grondement qui la fit irrésistiblement frissonner. C'était une réaction obligatoire, elle n'arrivait pas à contrôler son corps à ce point... Elle qui avait l'habitude de rester dans son ombre tous les soirs, tous les jours, le voir agir avec les autres, mentir, tromper et embobiner les imbéciles ou les femmes... A ses oreilles, ce son était incroyablement authentique. C'était l'une des seules fois où elle pouvait sentir la vraie – pas celle qu'il montrait au monde – présence du Comte. Bon, bien entendu, ce n'était pas totalement lui, elle en était sûre, le Comte était trop méfiant et intelligent pour cela, cependant, elle s'en rapprochait. C'était l'une des raisons qu'elle appréciait chacun de leurs ébats. Autre que le plaisir charnel et la jouissance physique, c'était un des seuls moments – voir même l'unique – où elle pouvait être réellement proche de lui non seulement physiquement, mais également proche de sa réelle personnalité. Et cela, rien ne pourrait jamais le remplacer. Le sexe importait peu aux yeux de Meyna, elle avait également du mal à concevoir pourquoi le Comte se prenait autant de favorites... Aimait-il tant que ça l'amour charnel ? Ou l'éternité finissait par être longue et ennuyeuse ?

Si les yeux du Comte pouvaient être de lave, ceux de Meyna pouvaient très bien les égaler en intensité à défaut de le faire en chaleur... Difficile de lancer des regards enflammés quand vous avez des yeux de glace ! Pourtant, ses pupilles semblaient animer d'une vie propre quand elles fixèrent ceux de sang de son Amour. Encouragée par le soupire du Comte, Meyna descendit ses doigts vers son torse pour venir titiller les attaches qui servaient à fixer sa chemise devenue une peu trop couvrante au goût de la Vampiresse. De ses doigts habiles d'assassin qui connaissaient par cœur les points sensibles du corps vampiresque, elle dénoua avec une lenteur calculée un à un les liens... Avant de suspendre légèrement son geste en entendant le sifflement de protestation de sa lame qui trancher la pierre. Un faible grondement s'échappa de sa gorge qui aurait pu s'apparenter avec un léger gémissement. C'était foutu, il allait complètement lui foutre en l'air son tranchant... Adieu mon sabre, je t'aimais bien... On en a fait des choses ensemble, mon fidèle compagnon... Elle était bonne pour s'en refaire une. Le pire, c'était que la position de l'arme semblait être calculée pour qu'elle puisse s'appuyer dessus... Alors non seulement il voulait bousiller son katana, mais en plus il voulait qu'elle participe à sa dégradation ? Non mais franchement... Elle sentit les doigts glacés du Comte se mouvoir avec une délicatesse et une douceur extrême. Une à une, ses armes tombèrent sur le sol dans un tintement métallique. Elle ouvrit les yeux pour suivre du regard la trajectoire de sa précieuse arme à feu, qui atterrit au milieu de la pièce. Ne pas oublier d'aller le récupérer à la fin... Elle rassembla ses dernières brides de raison pour le noter dans son esprit... D'ailleurs, quel temps allait-il faire demain ? Et puis quelle heure était-il ? Elle fronça les sourcils et chassa ces pensées en se laissant aller dans les caresses du Comte.

Meyna ne savait pas trop quoi penser de ses caresses d'ailleurs. D'un côté, elle les détestait. Elle n'aimait pas cette légèreté dans ses gestes pour la frôler, comme si elle était en sucre... Parfois, elle avait envi de lui hurler que ce n'était pas parce qu'il pouvait anéantir tout le monde avec son petit doigt – elle comprise – qu'il devait faire comme s'il allait la casser au moindre geste. Surtout après un entraînement, où ses blessures pouvaient témoigner du fait qu'il n'avait pas retenu ses coups... Mais d'un autre côté, le Comte connaissait le corps de son Ombre par cœur et savait exactement, avec une précision quasiment chirurgicale où la frôler ou l'effleurer pour déclencher en elle de légères décharges électriques dans son corps. Le désir et sa soif de lui n'en étaient que largement attisés... Mais chacun de ses geste faisait en sorte qu'elle en veuille plus. Elle voulait se sentir serrer dans ses bras, apprécier le contact de sa main entière contre sa peau, et pas seulement ces bouts de doigts qui exaspéraient délicieusement ses sens. Parfois, Meyna se demandait s'il n'allait pas tenter les hommes, maintenant que l'anatomie féminine n'avait aucun secret pour lui.

Meyna sentit une légère résistance chez son amant. Ses mains qui parcouraient amoureusement sa peau l'informèrent que ses muscles s'étaient raidis... Elle n'avait jamais compris pourquoi à chaque fois il faisait ça. Il ne pouvait jamais s'empêcher d'essayer de briser leur étreinte... Était-ce là une fantaisie, un caprice, une quelconque manie du Comte ? Où alors vérifiait-il qu'ils étaient bel et bien seuls ? Après tout, hors de question que quelqu'un d'autre que lui et les autres Ombres apprennent son existence. Pourtant, Meyna savait qu'il finissait toujours par céder à son corps. Elle ne se souvenait pas d'une fois où le Comte aurait réussi à briser leurs proximités plus de l'espace de quelques secondes, sauf par la force des événements... D'ailleurs, ceux qui l'avaient fait l'avaient payé très cher. Et une nouvelle fois, le Comte lui céda. Elle aurait pu presque sentir la fragile barrière psychologique se briser dans l'esprit de son Saigneur. Ses caresses se firent plus pressantes, plus poussées, plus osées même... Au grand bonheur de l'Ombre. Ses doigts étant enfin venus à bout des attaches de la chemise, elle put... non, en fait, elle n'allait pas l'enlever tout de suite. Ce n'était pas parce qu'il se montrait plus insistant qu'il fallait si facilement céder à ses avances, même si elle en mourait d'envie. Elle laissa la chemise ouverte sur son torse divin et redessina chacun de ses muscles du bout des doigts, se vengeant de ses caresses frustrantes. Elle fit lentement remonter ses mains sur ses épaules pour faire glisser la chemise...

Puis, elle sentit la main froide du Comte touchée sa joue et guider son visage vers le sien. Pendant un si bref instant qu'elle crut avoir rêvé, Meyna croisa le regard enflammé de son cher et tendre ( quand il le voulait bien ). Il était si brûlant et si intense qu'elle reçut de plein fouet toutes ses émotions mêlées avec une force inouïe qu'elle crut perdre pied. Elle ne sut pas mettre un nom sur tout ce qu'elle ressentait tant elles étaient embrouillées, mais elle décida de ne se concentrer sur l'âme passion même qui semblait habiter le corps de son amant. C'était les seuls moments où son regard devenait expressif. Là, elle rattrapait toutes les nuits, tous mois où elle avait du rester de glace. Vice de l'âme ou âme du vice ? Elle-même n'en savait rien. Dans ses yeux qui semblaient vivants, on pouvait y lire beaucoup de choses comme de la passion, du désir et surtout l'éternel amour dévorant pour l'homme auquel elle avait donné son âme. Elle eut juste le temps de se mordiller la lèvre d'un air peut-être légèrement lubrique et aguicheur avant qu'il ne reprenne possession de ses lèvres. Son cœur fut transpercé par l'avidité, le besoin presque vital de se nourrir de ses lèvres. Au début, elle le laissa conquérir sa bouche offerte, comme pour lui assurer son amour et sa dévotion, puis commença à lui montrer un peu plus de résistance. Une bataille commença entre les deux muscles buccaux pour savoir qui aurait le dessus sur le baiser...
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeMer 12 Aoû - 0:25

Meyna devenait entreprenante. Elle ouvrait délicatement les attaches de la chemise du Comte, et celui-ci appréciait la manœuvre. Peu de femmes étaient encore en état de comprendre comment utiliser la chose rattachée à leur corps, nommée main, pour déboutonner une chemise. En général, elles avaient le cerveau tellement embrumé que leur vocabulaire retombait aux mots « Monseigneur », « Maître », « Ooouuuuiiii ! » ou parfois, plus primitif encore, à savoir « Aaaaaaah ! ». Sans parler du fait qu’elle ne maitrisaient plus du tout leur corps… Pas Meyna. Enfin, elle finit par déboutonner ce fichu bout de tissu qui le séparait du corps parfait de son Ombre. Ses caresses d’élégante ne faisait que rendre la tentative de résistance plus ardue. Mais le Comte n’était déjà plus en état d’analyser la situation à ce point. Il savourait et son désir augmentait d’instant en instant, tel un feu nourri de buches et sur lequel souffle un vent attisant. Si elle continuait, il ne serrait bientôt plus capable de jouer sa comédie habituelle et l’illusion serait levée. Elle était en train de plonger une lame chauffée à blanc, et pourtant agréablement brûlante dans son âme. Pas question de la laisser aller trop loin. Mais le Comte s’avérait cependant incapable de la stopper. Elle connaissait son torse par cœur, le redessinant avec une grande précision. Mais elle ne lui ôtait pas ce morceau d tissu les séparant encore trop selon le Comte. Ses mains remontaient doucement le long de ses bras, vers ses épaules… Peut-être allait-elle… ? Enfin, elle faisait glisser cette horrible chaperon de tissu. Le Comte tendis alors un bras, lâchant la vampiresse pour que Meyna puisse finir d’ôter la chemise, avant de reposer se bras contre le dos de son Ombre et de lui permettre d’ôter entièrement sa chemise qui tomba au sol. Ceci tout en prenant entièrement possession de sa bouche.

Aiguillonné par la résistance grandissante de Meyna, Aayon décida inconsciemment de mettre toutes les chances de son côté dans ce duel amoureux. Après tout, tous les coups étaient permis… Il posa à présent la paume de sa main contre la peau de marbre de Meyna et ses caresses redoublèrent d’intensité. Puis, il enserra la taille de la Vampiresse d’une main ferme et assurée et la plaqua contre lui, pendant que sa deuxième main forçait le dos de Meyna à s’avancer un peu jusqu’à ce que son corps épouse les formes de celui du Comte. Celui-ci fit d’ailleurs un pas en avant pour combler les centimètres de vides qui s’étaient formés entre le mur et Meyna. Celui lui permettrait d’avoir au moins une main de libre pour… Mais pour le moment il s’enivrait du parfum et de la proximité du corps de sa Vampiresse. La chaleur qui avait envahit son corps quelques secondes auparavant devenait de plus en plus forte, et le Comte finit même par se dire que s’il y avait eut autre chose que de la glace à l’intérieur, il n’en resterait à présent plus que de minuscules cendres. Meyna avait cette particularité : elle l’hypnotisait presque. Jamais il ne s’était sentit vaincu, sauf peut-être en présence de Meyna et à ce petit jeu. Son jeu. Mais elle le battait largement. Cette Vampiresse était si douée qu’elle lui faisait presque peur. Il redoutait tant de perdre le contrôle de sa personne alors qu’il sentait qu’elle pourrait bientôt faire de lui ce qu’elle voulait…

Non, jamais. Jamais personne ne le manipulera. Enfin… plus jamais. Mais comment se faisait-il que seul Meyna le mette dans un tel état de doute ? Et pourquoi n’arrivait-il pas à l’empêcher d’arriver à ce point ? Pourquoi continuait-il à la désirer, sans pouvoir s’arracher à cette étreinte ? Peut-être parce qu’il y trouvait du plaisir. Peut-être aussi parce que cela représentait un défi pour lui. Les autres ne valaient rien. Mais Aayon avait remarqué que les jeunes Vampiresses qui succombaient à ses charmes devenaient comme droguées ou accros à ses caresses lorsqu’elles y goutaient ne serait-ce qu’une petite fois. Même si le Comte n’y trouvait au final pas tant de plaisir, voire pas du tout, lui qui est habité par un néant sentimental, cela lui permettait de s’assurer de la fidélité des Vampiresses. Un moyen de se les « mettre dans la poche » comme le disent si gracieusement les humains. En effet, le Comte utilisait d’abord et avant tout ses charmes comme une arme redoutable. Et elle fonctionnait parfaitement bien. Certes, parfois, une jeune Vampiresse lui plaisait plus que d’autres et il se sentait capable de supporter sa compagnie un peu plus qu’une soirée. Il en faisait alors sa favorite momentanément. Mais avec Meyna c’était différent. Il refusait de l’admettre, même s’il commençait à s’en rendre compte, mais il commençait lui aussi à être drogué aux charmes de la jeune Vampiresse. Tant qu’elle ne le remarquait pas et qu’il continuait à mener la dance tout allait bien… mais…

Tout en tentant de se raisonner sur la futilité et l’irresponsabilité, voire la dangerosité, d’un tel comportement, Aayon continuait à dispenser des caresses avides, gardant Meyna serrée dans ses bras. Ses mains, ses bras, tout son être semblait vouloir comme s’imprégner de l’image, du corps de Meyna, le parcourant encore et encore, inlassablement et chaque fois différemment. Du bout des doigts, le frôlant de la paume, l’effleurant du dos de la main, puis, la serrant contre lui tout en caressant son corps avec toute sa main, comme s’il cherchait à le couvrir avec la plus grande surface possible de son corps, comme s’il voulait fusionner avec l’être qu’était Meyna.

En même temps, il continuait son baisé avec ardeur. Surpris par la contre-attaque de Meyna, il avait perdu un peu de terrain. Territoire qu’il s’efforçait à présent de reconquérir, feintant, caressant, contournant et enfin encerclant afin de saisir dans une étreinte éphémères la langue de l’Ombre. Il sentait qu’il reprenait le dessus pour le moment et il en profita pour refaire un tour doux de ce territoire reconquis. Mais ses lèvres ne restaient pas inactives. Armes tout aussi efficaces, elle cherchaient à saisir et étreindre d’une caresse dévorante les lèvres adverses.
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeMer 12 Aoû - 18:39

La plus ou moins jeune vampiresse sentait son amant s'échauffait – enfin, façon de parler – sous ses caresses. Tant mieux, Meyna n'aimait vraiment pas quand il la prenait pour l'une de ses favorites habituelles qui faisaient l'étoile en couinant et pendant que le Comte faisait tout le boulot. D'ailleurs, elle espérait bien que personne ne viendrait les déranger maintenant, ou alors elle allait vraiment plaindre le pauvre inconscient qui allait souffrir. Si le Saigneur des vampires pouvaient se devenir l'être le plus cruel du monde, Meyna avait était à bonne école et elle comptait participer au dépeçage. Heureusement, pour le moment aucun abruti n'était venu les gêner dans leur étreinte. Étreinte qui ne faisait visiblement que gagner en intensité. L'Ombre sentait les barrières psychologiques de son maître s'effondrer une à une, au fur et à mesure de ses caresses, qui lui faisait perdre le contrôle également. Il fallait qu'elle résiste, qu'elle bloque toutes sensations physiques pour l'instant, ou tout du moins ne pas se laisser envahir par elles. Elle avait une bataille buccale à gagner crénons de non ! Et elle l'avait laissé reprendre du terrain ! Il trichait avec ses caresses ! Comme pour bloquer une douleur oh combien tentatrice et délicieusement agréable, Meyna tenta de rassembler ses esprits pour résister aux assauts diablement tentants de son amant. Elle n'allait pas se laisser avoir aussi facilement. Elle se laisserait aller... Mais plus tard. Pour l'instant, il fallait qu'elle achève de persuader le Comte de s'abandonner avec elle. Et c'était pas encore gagner.

La chemise qui était devenue gênante gisait à présent à terre au milieu des armes et des ruines. Maintenant, ils étaient à égalité à ce niveau... Peau contre peau qu'elle trouvait tiède, simple histoire de relativité puisqu'elle aussi était glaciale pour les humains, elle se sentit plaquée contre son torse musclé par ses bras qui devaient l'être tout autant. Ses doigts zigzaguaient sur la peau de marbre de l'assassin en un chemin qui ne devait rien au hasard. Aayon savait où la toucher pour la faire réagir de la manière qu'il le voulait, comme un violon dont on tire les notes voulues... C'était à la fois agaçant et excitant. Une caresse plus prononcée que les autres la fit gémir, et une seconde de déconcentration suffit au Comte pour prendre le contrôle presque total du baiser. Mais elle ne comptait pas abandonner si facilement. A défaut de lui botter les fesses avec des armes, elle pouvait au moins faire en sorte que ses expressions et réactions ne soient pas totalement simulées dans leur étreinte. Bon, il était temps de reprendre les armes.

Coincée entre le mur et le Comte, les jambes enroulées autour de sa taille, elle avait au moins gagné quelques centimètres de plus que son saigneur. C'était déjà ça. L'avantage de ne pas avoir besoin de respirer était qu'ils n'avaient pas besoin de reprendre leur souffle après une longue embrassade, et leur baiser aurait pu durer l'éternité s'ils le souhaitaient... Quoique, ils finiraient certainement par avoir faim. L'une de ses mains qui caressait ses bras remonta vers sa nuque et alla fourrager dans la chevelure douce du vampire, exerçant une pression sur sa nuque pour maintenir le visage près du sien. Au cas où l'idée saugrenue de se séparer d'elle lui effleurerait l'esprit, ce dont il était absolument hors de question. Il avait voulu ce câlin, alors maintenant il assumait, non mais oh. Meyna bataillait durement pour regagner du terrain sur la langue horriblement capricieuse du Comte. Cependant, comme lui n'avait pas hésité à tricher avec ses caresses, elle n'allait pas se priver non plus.

Pendant que sa première main s'occupait à achever le brushing parfait du Comte, sa jumelle descendit doucement dans son dos en une très lente caresse et du bout du doigt, elle commença à esquisser des arabesques complexes sur toute la surface qu'elle pouvait atteindre. Dommage que le Comte ne soit pas chatouilleux – ou en tout cas, elle n'avait jamais trouvé son point faible – cela aurait pu être amusant. Cependant, elle savait également très bien que ses légère caresses ne suffiraient certainement pas à le déconcentrer suffisamment... Resserrant sa prise autour de sa taille à l'aide de ses jambes, elle cambra sensuellement son corps contre le sien, et commença un mouvement lascif et assez suggestif des hanches contre les siennes. L'avantage d'être une femme. Les hommes avaient leurs points sensibles beaucoup plus accessibles que ceux de leur compatriotes féminins. Même si le Comte avait une bonne maitrise de son corps, elle aimait bien travailler ses défenses au corps jusqu'à ce qu'il lui cède pour un court moment. Jusqu'à ce l'un ou l'autre n'en puisse plus, mais c'était rare, car souvent ils devaient se séparer pour des raisons d'emploi du temps, de responsabilité et autres joyeusetés.

En l'occurrence, il y avait la mission de la vampiresse. Et aussi l'autre grognasse même pas Ombre qui avait accompagné le Comte lors du banquet. Mais il ne fallait pas qu'elle y pense ou alors elle allait encore perdre l'avantage sur le baiser... Elle ne pouvait pas trop mouvoir son corps, et c'était bien dommage, à cause du mur dans son dos et le corps de son amant. A choisir, elle préférait le mu... pardon, le Comte. Elle ne pouvait pas utiliser tous les charmes de son corps dans cette position... Surtout que maintenant que ses blessures étaient presque – il manquait encore celle de son torse plus très profonde et les lacérations sur sa cuisse qui avaient encore besoin d'un peu de temps – guéries, elle allait pouvoir reprendre le corps à corps comme il se devait. Mais elle ne pouvait pas bouger, donc il allait falloir se débrouiller. Profitant d'un coup de rein légèrement plus tentateur que les autres, Meyna ferma légèrement la bouche pour venir mordre les lèvres de l'ex-ange qui la cherchaient depuis tout à l'heure. Ce qu'elles pouvaient être agaçantes parfois ! Déviant la langue de sa future victime d'embrassade, elle réussit à effleurer la cavité buccale de son cher et parfois tendre... et effectua un repli stratégique quand elle se coupa la langue sur l'une de ses canines. Boulet va. Elle avait oublié combien elles pouvaient être longues celles-là... N'avait-on pas idée d'avoir des dents aussi grandes... Il faudrait qu'elle lui prenne un rendez-vous chez le dentiste pour lui limer les crocs un des ses quatre. Les vampires devaient être un croisement avec un tigre aux dents de sabre – surtout lui en fait. Reculant légèrement la tête pour s'écarter, elle récupéra sa langue et avala doucement le sang qui avait déjà coulé dans sa bouche. Saleté de croc va.
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeMar 25 Aoû - 3:15

Aayon sentait que la jeune Vampiresse, d’apparence uniquement, commençait à succomber à ses caresses et, satisfait, son orgueil de Maître rassuré, il sourit intérieurement. Mais c’était vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué… D’ailleurs, il ne tarda pas à s’en rendre compte lorsque, se reprenant, Meyna revint à la charge d’une cambrure sensuellement exquise et mettant à profit sa prise autour des hanches du Comte. Mais, après tout, c’était un coup classique – certes redoutablement efficace mais classique – et il ne réagit peut-être pas autant qu’elle l’aurait souhaité. Elle ne parvint pas à récupérer l’avantage sur le baisé, malgré une brusque remontée en puissance lorsque le Comte perdit sa concentration lors d’une nanoseconde. Elle en profita pour se venger en le mordillant avec une férocité adorable. De son côté, sa langue venait de profiter d’une faille dans la défense adverse pour porter un coup presque décisif en effleurant son tendre palais de gourmet. Le Comte en frissonna de plaisir et espéra dès la seconde suivante que Meyna ne s’en était pas rendue compte. Mais soudain, elle s’entailla la langue sur une des canines démesurées et acérés d’Aayon, rompant de se fait le baisé. Cependant, le mal avait été fait : un peu de son sang finissait d’ébouillanter le désir déjà ardent du Comte. Tiens, d’ailleurs, depuis quand accompagnait-il le mouvement de Meyna de ses hanches, synchronisant ses va-et-vient tentateurs avec ceux de la Vampiresse ? A quel moment avait-il cessé de respirer, étouffant ainsi une respiration que le désir aurait rendue trop… exaltée ?

Il venait par ailleurs de remarquer qu’une de ses mains – la gauche en l’occurrence – qui se trouvait tendrement agrippée à l’épaule droite de Meyna au début du baisé avait décidée de migrer vers sa hanche gauche. En se faisant, elle devait avoir caressé le dos parfait de la Vampiresse, sauf qu’il se rendit compte que quelque chose était parfois resté coincé sous ses ongles. Des poussières dut à l’entrainement ? Surement pas. Avait-elle réussie à isoler son esprit froid de son corps passionné à tel point qu’il en avait perdu le contrôle ? Un peu inquiet, il se tendit et se figea légèrement, inspectant le dos de Meyna de sa main droite. Bien entendu, il fit passer ceci pour une douce caresse, mais il trouva néanmoins ce qu’il cherchait : de légère traces de griffures déjà évanescentes. Un frisson glacé descendit dans son dos et il eut un mouvement instinctif de recul semblable à celui d’un animal qui se sent pris au piège, se dégageant de l’étreinte de la main de Meyna qui furetait dans ses cheveux. Il redevint cependant rapidement Maître de lui même et tenta de faire passer ceci pour une sorte de jeu tentateur. Une sorte de « tu me veux ? Alors viens me chercher ! » et agrémenta le tout d’un sourire amoureux tout en sachant pertinemment que Meyna ne se laisserait pas abuser. Elle le connaissait trop bien. Que pouvait-il faire d’autre ? Feindre était la seule chose qu’il savait faire et avouer qu’elle l’effrayait, ou plutôt que l’effet qu’elle avait sur lui l’effrayait aurait été avouer une faiblesse, donner les armes à l’adversaire pour lui permettre de l’achever et de l’asservir à sa guise. Jamais. Jamais plus il ne recevrait d’ordre ! De personne.

Pour une fois, il se sentit battu. Et à son propre jeu en plus ! Il ne voyait pas d’issue possible. Il n’avait pas la force nécessaire à la fuite, et d’ailleurs, sa Vampiresse ne le lui permettrait pas. Impossible de rendre les armes, cela le blesserait trop dans son orgueil et il était hors de question d’accepter la domination de quelqu’un d’autre. Surtout pas d’un de ses Ombres sur qui il croyait avoir tout contrôle. Il ne lui restait plus que l’attaque. La ruse peut-être aussi. Il fallait se reprendre, redoubler de férocité jusqu’à ce qu’elle cède. S’il ne réagissait pas, elle se rendrait rapidement compte qu’elle avait le dessus, qu’elle menait la danse, et là, qui sait ce qu’elle exigerait de lui. C’était un Vampire, un être fourbe et agressif, attaché à ses intérêts personnels. Un véritable prédateur flairant la proie faible à des kilomètres. Il fallait donc s’en méfier. Surtout qu’ils vivaient en meute (il répugnait à l’idée de se comparer au Lycan, mais cela constituait une sorte de point commun au final) sous la domination d’un Maître. Hors, si le Maître montrait un quelconque signe de faiblesse… Il fallait donc repartir vaillamment à l’assaut. Reprendre le contrôle de soi, puis écraser l’adversaire, le soumettre et le dominer. Prendre possession de lui.

Reprenant ses mouvements de hanches avec plus d’ardeur, allant jusqu’à accélérer sensuellement afin de forcer Meyna à s’adapter à ses caprices, il feinta avec une coquinerie délicieuse en promenant ses douces lèvres devant le visage de Meyna, lui laissant croire qu’il allait lui accorder une revanche et, au dernier moment, quand elle avançait les lèvres, retirant les siennes et les reportant sur son oreille. Il mordilla ainsi tendrement le lobe rond, redessinant de sa langue les contour gracieux et léger avant de glisser en une caresse délicieuse derrière l’oreille. En même temps, sa main gauche, toujours posée sur la hanche de Meyna commença à glisser entre les deux corps, cherchant à aider sa Vampiresse à ôter son superflu vestimentaire. Perdant finalement patience, le Comte finit par opter pour une solution simple et qui éviterait à Meyna de devoir rompre le contact pour permettre au Comte de faire glisser le pantalon à terre… et le reste aussi au passage. Mais il n’était pas sûr de la réaction de la jeune femme. Sa main revint donc se poser contre sa hanche, accompagnant son mouvement en la plaquant contre lui imperceptiblement. Il s’assurait ainsi qu’elle ne tenterait pas de fuir si elle venait à flairer le piège. Sa langue, après avoir terminé ses douces caresses, descendit en redessinant le contour du visage de la jeune femme, passant dans son cou, glissant en direction de son ventre, contournant ses formes parfaites, les redessinant avec une fidélité extrême, allant jusqu’à en savourer le gout et la texture en les pinçant de ses dents délicatement et tout en faisant bien attention à ne pas la blesser avec ses canines. Puis il remonta en une caresse tentatrice jusque dans le cou de Meyna, effleurant de ses lèvres deux perles blanches sur sa peau de marbre à l’endroit où il avait enfoncé ses crocs il y a de cela bien des années. Il y traça ensuite de ses lèvres une parure complexe dont les baisés étaient les diamants. Sentant qu’elle faiblissait un peu, il saisit le pantalon et l’arracha brutalement. Les dessous de Meyna partirent en même temps. Il retira les lambeaux avec une minutie attentionnée et câline accentuée par ses grondements amoureusement tendre. Il reposa ensuite sa main sur la hanche nue de Meyna et la fit descendre vers la croupe parfaite de son Ombre. Il le faisait d’un mouvement si bien calculé que cela semblait si naturel alors qu’il veillait à exercer la pression adéquate à l’endroit voulu pour éveiller le désir et le plaisir le plus intense chez sa Meyna. Voila, son problème était résolu. Mais pas question de s’arrêter en si bon chemin. Ce n’est pas pour autant qu’il allait faiblir, que la source de ses caresses se tarissait, que ses tentatives de séduction ardentes allaient se refroidir. Au contraire, tout semblait passer au degré supérieur. De nouveau, le Comte se laisser aller jusqu’à se perdre dans le méandres de sensations que sa proximité avec Meyna éveillait…


[hs: chauffe-le encore un peu, ça promets de devenir très drôle dans les prochains topics... et tu risque de te retrouver avec une réaction à laquelle tu t'attends surement pas... nyark, nyark]
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeSam 29 Aoû - 4:48

[ Je m'excuse d'avance pour l'absence d'accent et la quantité de fautes d'orthographe / grammaire / de frappe dans ce post, mais clavier Qwerty oblige. T.T J'ai essayé de faire copier / coller plusieurs accents, mais il doit y en avoir qui m'ont échappé...]


Meyna eut un léger sourire interne lorsqu'elle vit que ses légères attentions commençaient à faire leurs effets. Les hanches de son amant accompagnèrent son mouvement progressivement, au plus grand plaisir de l'Ombre... Agissait-il ainsi instinctivement, ou y avait-il pensé ? Elle n'en savait rien, et en fait, elle ne voulait même pas le savoir. Si le Comte réagissait sans y penser à ses caresses, c'était une bonne chose au final non ? Enhardie par sa petite victoire, Meyna se mit à faire onduler son bassin plutôt qu'à faire un mouvement de va-et-vient, de sorte à les rendre plus tentateurs. Soudain, une douleur plus vive que celles de ses anciennes blessures vint rayer son dos. Mu par un plaisir dont elle ignorait l'intensité, le Comte venait purement et simplement de lui griffer méchamment le dos. Bon d'accord, elle s'en moquait un peu, et les blessures n'étaient pas assez profondes pour saigner - elle cicatrisait avant - cependant, ce n'était pas elle qui était censée faire le chat ? Depuis quand s'appelait-il Shadowcat ? La langue rapidement guérie, elle voulut repartir à l'assaut de ses lèvres et de sa bouche pour avoir une revanche, quand elle sentit les muscles d'Aayon se tendre. Elle les connaissait par cœur, pour les avoir tant de fois parcouru de sa bouche ou de ses mains. La main droite de son Amour redescendit rejoindre sa jumelle en zigzaguant dans son dos, et elle aurait pu s'y prendre au piège si elle ne l'avait pas senti se contracter. Ce n'était pas une caresse. Une légère piqure lui indiqua qu'il cherchait à évaluer l'étendue des dégâts de son dos... Et il recula soudainement.

Ok. Il y avait vraiment quelque chose qui clochait. Y avait-il quelqu'un ? A part leurs souffles saccadés - et totalement inutiles - il n'y avait aucun bruit. Et il lui avait fait bien plus mal que ca dans sa vie - ou sa mort. Juste à l'instant avec leur entrainement, et bien avant même lors de leurs ébats. Donc, cela n'avait rien à voir avec une quelconque surprise de lui avoir fait mal. A moins qu'il n'eut pas prémédité son geste ? Si c'était le cas, ou était le problème ? Ne l'aimait-il pas ? Ne lui faisait-il donc pas un peu plus confiance ? Si elle se sentit touchée par son sourire et son regard, elle était trop surprise et il fallait l'avouer, inquiète pour se laisser berner. Comme une mauvaise excuse qu'on ne comprend qu'à moitié car l'on est encore sous le choc. Penchant légèrement la tête sur le coté, elle eut un imperceptible froncement de sourcils, le questionnant presque du regard. Son corps - à l'image de celui de son seigneur - s'était immobilisé, figé. Hors de question qu'il ne s'échappe ! Surtout après ce qu'il venait de se passer. L'esprit du Comte semblait fonctionner à toute vitesse pour savoir quelle attitude adopter. S'il pouvait faire passer ca pour un très court moment de répit pour un humain - et même peut être un vampire - Meyna était une Ombre. Et sans être Superwoman, elle était peut être l'une des personnes qui le connaissait le mieux. Son attitude n'était pas habituelle... S'il avait déjà tenté de lui résister, cela n'avait jamais été aussi loin... Ou alors elle ne l'avait pas remarqué. Ce qui était également possible. Mais une petite voix lui soufflait dans la tête que ce qui venait de se produire ne ressemblait pas au Aayon qu'elle connaissait. Lui, hésiter ? C'était impensable ! Les seules choses pour lesquelles il pouvait hésiter, c'était la manière de tuer ou de faire souffrir quelqu'un. Le Comte était une personne de profondément déterminé par nature, alors le mot même 'hésitation' ne faisait pas parti de son vocabulaire... Et pourtant, c'était bien ce qu'il était en train de faire, même si Meyna refusait de l'admettre. Le Comte ne pouvait physiquement pas hésiter. C'était aussi absurde que de penser que demain, le ciel serait vert, que les oiseaux nageraient en faisant Tsui-tsui et mangeraient des caribous roses ailés.

Mais elle n'eut pas le loisir d'y réfléchir d'avantage, un mouvement lascif des hanches revint taquiner son bassin... et effleurer son entrejambe qui était un peu trop accessible aux yeux de la vampiresse. Mais heureusement ! Ses vêtements étaient la pour étouffer les sensations. Elle avait bien l'intention de l'exciter d'avantage avant de rendre les armes. Le mouvement tentateur de son seigneur se fit plus rapide, plus ardent au plus grand plaisir de l'Ombre... Mais s'il pensait qu'elle allait céder comme ca à tous ses caprices sans lui opposer la moindre résistance, il se trompait largement. Resserrant sa prise autour de sa taille, elle suréleva juste assez son bassin pour ne pas ressentir aussi bien qu'il le souhaitait ses coups de hanches. Bien fait. En même temps, le Comte sembla vouloir reprendre possession de ses lèvres... avant de se détourner au dernier moment. Elle aurait voulut l'écorcher vif. Cependant, la bouche de son maitre était partie inspecter un autre endroit. C'était la deuxième fois de la soirée ou il allait lui mordiller les oreilles. Fétichisme ? Elle commençait sérieusement à y penser jusqu'à ce que sa langue se glisse juste derrière pour descendre dans son cou. Un délicieux frisson la parcourut, mais pourtant, un mouvement près de sa hanche attira un peu plus son attention. Les doigts experts du Comte semblaient s'affairer à ôter le reste de ses vêtements... Jusqu'à ce qu'elle remonte jusqu'à sa hanche. Ah non. Non. Nooon non non non non, elle le voyait venir gros comme une baleine obèse dans un camion. Il lui avait fait le coup avec le haut, il n'allait pas remettre ca avec le bas ! Elle sentit qu'il resserrait sa prise autour de sa taille. Elle s'apprêtait à réagir, délier ses jambes jusqu'à ce qu'elle sente ses lèvres butiner sa peau.

Oh, délicieuse torture. Ses lèvres légèrement réchauffées par leurs baisers vinrent parcourir son cou et son visage, et sa sensibilité tactile de vampire lui faisait ressentir les sensations au centuple, avec une précision redoutable. Elle apprécia chaque baiser, chaque coup de langue passés sur sa peau, et à l'instant pour il effleura l'endroit de sa morsure, elle sentit une légère décharge électrique traverser son cou pour atteindre sa colonne vertébrale et glisser le long de celle-ci. Il continua son petit manège un moment en arc de cercle autour de sa gorge, comme dessinant de la pointe de la langue un quelconque collier complexe étincelant. Se laissant aller aux bons soins experts du Comte, elle en oublia presque sa main sur sa hanche qui en profita pour... lui arracher le reste de ses vêtements. Ah non, comment elle allait réussir à rentrer maintenant ? Le rapport de force penchait de nouveau en faveur du sexe faible - masculin donc. Elle avait déjà senti la texture de ses vêtements, et elle avait vaguement reconnu les fibres de ces vêtements compliqués à arracher. Et puis même, hors de question de toucher aux siens, car si elle pouvait se dissimuler dans l'ombre, le faire passer LUI inaperçue était une autre histoire. Avec une précision amoureuse, il ôta un à un chacun de ses lambeaux en grondant légèrement comme un lion fier de son œuvre, qui acheva d'électriser la peau de l'Ombre. Ses blessures venaient d'achever leur guérison, et maintenant elle allait pouvoir jouer. Les choses sérieuses pouvaient enfin commencer. Renonçant à préserver son sabre le plus longtemps possible, elle s'assit avec précaution sur la lame pour soulager le Comte de son poids - c'est qu'elle est grosse la mémère. Elle en profita pour desserrer l'étreinte de ses jambes, et l'une de ses mains - jusque là restée à caresser et à griffer légèrement le dos et les épaules de son Amour - descendit avec une lenteur calculée sur son torse. Elle lui effleura doucement les tétons, griffa de la pointe de l'ongle les lignes de ses muscles... avant de pencher la tête vers l'arrière quand une décharge de plaisir se propagea dans son corps. Étouffant un gémissement dans une lèvre mordue, elle garda les yeux ouverts pour offrir au Comte un regard scandaleusement indécent et chargé d'un désir lourd.

Assemblant le peu d'esprit qu'il lui restait, la main douce de l'Ombre avait vaincu les attaches de son pantalon qui ne demandait qu'à tomber, mais elle avait trouvé un peu plus intéressant de venir masser sensuellement son sexe... à travers son sous-vêtement. Elle n'allait pas lui donner tout ce qu'il voulait tout de suite quand même ! Il voulait jouer aux points sensibles ? Elle aussi connaissait parfaitement l'anatomie ! Sa main gauche, restée sur son épaule large et musclée, se faufila dans son cou pour atteindre sa nuque... de la pointe des doigts, elle s'amusa à appuyer simultanément ou successivement sur des points apparemment anodins. Mais telles des aiguilles d'acupuncture, ses ongles s'infiltraient à travers ses nerfs pour y trouver ceux du désir, du plaisir et de la passion. Elle aussi savait jouer à ce petit jeu là...


[ Je m'excuse encore pour les fautes et les accents. T.T ]


Dernière édition par Meyna Shark le Dim 13 Sep - 1:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aayon Tepes

Aayon Tepes

Messages : 166
Date d'inscription : 08/02/2009
Localisation : Logé dans les profondeurs de ton coeur...

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeDim 13 Sep - 0:06

[Fétichiste ? En tant que Vampire, cela devrait être le cou plutôt que les oreilles non ? ]

Aayon sourit en sentant le poids de Meyna s’alléger : elle sacrifiait sa lame, son amie fidèle. Cela voulait donc dire qu’elle faiblissait… finalement. Mais même à présent, ses caresses restaient redoutables. En fait, elle le devenaient de plus en plus. A tel point que, petit à petit, le Comte cessait d’être clairement conscient de ce qui se passait. Il la sentait contre lui, son corps parfait plaqué contre le sien dans une étreinte mortellement tentante. Il perçut comme à travers un nuage qu’une main douce descendait le long de son torse. Et Meyna rejeta sa tête en arrière. Il le sentit, vu qu’il avait encore son visage collé contre son cou, butinant cet partie du corps particulièrement attirante pour un Vampire. Elle allait surement bientôt céder… encore un peu… Il avait cependant la raison de plus en plus obscurcie par la passion. Et le plus dangereux était le fait qu’il ne s’en rendait pas compte. Il perçut alors le regard de l’Ombre et ne fut capable que d’émettre une pensée primitive : elle allait craquer… Plus de facultés de raisonnement développée, plus d’analyse de l’adversaire. En bref, tout pour perdre. Et plus cela allait, plus son esprit s’assombrissait, se laissant bercer par la chaleureuse mélodie du plaisir…

Voila, elle avait craquée. Il avait gagné. Son pantalon gisait à terre et elle promenait sa main sur son corps. Sans parler de celle qui jouaient adroitement sur sa nuque. Main qu’il avait par ailleurs un peu oubliée et dont il sentait plus les effets que le contact lui-même. Délicieusement tentant… Oh ! Mais qu’attendait-elle pour enlever le reste de ses vêtements ? Il s’impatientait… A vrai dire, il n’en pouvait plus. Se pourrait-il que… ? Non, non, non… Il fallait se… reprendre… Et de nouveau son cerveau plongeait dans un brouillard paradisiaque. Ne sachant plus vraiment ce qu’il faisait, il ne fut pas vraiment surprit de constater que ses mains agissaient presque d’elles-mêmes, mues uniquement par… par quoi ? La magie de Meyna ? Cette… sensation… Cette chaleur qu’elle éveillait en lui et qui devenait de plus en plus intense ? Peu importe… Ce n’était pas le moment de réfléchir… Ou peut-être que si, au contraire. Peut-être était-ce sa dernière chance de se libérer avant que… Oh, c’était trop dur… et sa bouche saisit les lèvres de sa Vampiresse comme si il s’agissait pour lui d’un besoin vital et urgent. Jamais il n’avait encore embrassé Meyna de cette façon. Et il aurait été incapable de le refaire, puisqu’il agissait entrainé par une force supérieure. Une sorte de sortilège ? Il fallait se sortir de la, et vite !... Mes ses mains refusaient de rompre le contact qu’elles avaient nouées de leur propre chef avec la poitrine de la jeune femme. Et puis, c’était quoi ce… son juste à l’instant ? Il était tombé bien bas s’il en venait à… à…à… Mais pourquoi n’enlevait-elle pas ce fichu bout de tissu à la fin ? Il la voulait ! Là ! Maintenant ! Tout de suite et sans plus de délai ! Sa Meyna. La sienne. Et personne d’autre… Une minute, qu’est-ce qui lui prenait tout à coup ? Cela devenait décidément trop dangereux ce petit jeu… et il avait dut baisser sa garde un moment pour qu’elle parvienne à percer à ce point ses défenses. Il fallait se rattraper, se reprendre maintenant… Lâcher ses hanches et s’éloigner un peu… Mais… ? Ses mains n’étaient plus posées sur les hanches de la Vampiresse ? Quand… ? Et comment la droite était-elle arrivée vers son bas-ventre, chatouillant indécemment quelques points sensibles pendant que l’autre enlaçait l’Ombre et la plaquait contre lui, la main posée sur sa croupe magnifique ? D’ailleurs, c’était une étreinte à briser les os d’un humain, voire même d’un Vampire de bas étage… Il fallait qu’il se maitrise, sinon il allait briser Meyna en deux…

Pendant tout un laps de temps relativement considérable, son corps avait agit de lui-même, échappant au contrôle de l’esprit. Durant les courtes fractions de seconde de lucidité du Comte, il se raidissait, tentant d’échapper à ce piège d’or, puis il succombait. Et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il en arrive à chercher ses propres mains sur le corps de la jeune femme… D’ailleurs, il se trouvait de nouveau le nez dans son cou. Après avoir ardemment embrassé la jeune femme, il dégustait la saveur fraiche et parfumée de la peau de son cou sur sa langue, appuyant sur des endroits plus sensibles… Bon, maintenant qu’il était de nouveau maître de lui, il allait reprendre les choses en main ! Mais la mélodie du souffle de Meyna revint chanter à ses oreilles… et sa peau… si douce, presque chaude à présent contre lui… sans aucune autre barrière, mis à part ce morceau de tissu gênant… et tout cet art tentateur qu’elle déployait avec tant d’adresses… et la saveur de sa peau… et le parfum de ses cheveux… de son corps… et cette chaleur intérieure… et… et… mais le Comte oublia sa nouvelle pensée avant même qu’il n’ait fini de la formuler mentalement. De toute façon, il était à peu près sur qu’elle n’avait ni queue ni tête… Enfin maintenant il n’était plus sur de rien. En cet instant, son monde, la capacité de perception de son esprit se trouvait limitée à sa Meyna et à son propre corps… et à ce sortilège de flammes qui le consumaient férocement.

Et il buvait. Il buvait le sang de la Vampiresse, ses canines de nouveau enfoncée dans la peau de la jeune femme, comme si elle était humaine, rouvrant les deux perles blanches depuis longtemps cicatrisées…
Revenir en haut Aller en bas
Meyna Shark

Meyna Shark

Messages : 62
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 30
Localisation : Dans l'ombre d'Aayon... Ou la tienne ?

Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitimeDim 13 Sep - 4:25

Oui bon ça va, elle avait craqué, inutile d'en faire tout un drame non plus. Mais elle ne semblait pas la seule dans cet état... En fait, le Comte lui faisait presque peur à cet instant. Elle l'avait toujours craint d'une certaine manière, mais l'amour faisait déplacer des montagnes, même lorsqu'elles s'appellent Aayon Tepes. Meyna l'aimait profondément, personne n'avait le droit de remettre ça en doute... Mais là, à cet instant précis, elle sentait presque son instinct de survie d'humaine refaire surface. Le Comte avait toujours été un amant passionné, parfois brutal à cause de cette passion, mais cette fois était différente. On aurait dit qu'il ne se contrôlait plus, qu'il lâchait les dernière brides de raison qu'il lui restait pour se consacrer entièrement et totalement au corps que Meyna était en train de lui offrir. A force de réfléchir, son corps avait fini par réagir seul, et maintenant Meyna sentait ses mains caresser des endroits autrement plus sensibles que son dos et sa croupe. Elles glissaient sur son corps comme de l'eau tiède, de l'eau curieusement aphrodisiaque qui laissait une trace brûlante à chaque passage. Brûlante de passion, de désir et qui en redemandait encore et encore. C'était une sensation étrange, pareille à celle d'une drogue. On teste une fois et on en redemande, on finit accro et finalement, on en demande de plus en plus, même si on sait ce que ça implique...

Mais cela faisait longtemps que Meyna avait renoncé à tenter de se passer de cette drogue délicieuse, et à vrai dire elle savourait autant le manque que le moment où on lui redonnait sa dose. Puis, le Comte l'embrassa. A aucun moment de sa courte vie et longue mort elle n'avait reçu un tel baiser. Ni de sa part, ni d'aucune autre personne... Si autre personne il y avait eut. Et ce n'était pas le cas. Il était difficile de qualifier un tel baiser, passionné, impatient, pressant... véritablement amoureux ? Perdue dans toutes ses sensations, Meyna sentit sa raison rendre les armes, et à son tour elle ne fut plus guidée par son esprit mais par ses sens. Sa main arracha son sous-vêtement – tant pis pour lui – et elle répondit à l'étreinte du Comte avec tout la force dont elle était capable. Cependant, la même sensation de peur vint lui titiller les entrailles. Le Comte était vraiment devenu fou, et Meyna en tirait un étrange mélange de satisfaction et de crainte. Satisfaction parce que c'était ce qu'elle s'acharnait à faire depuis plusieurs centaines d'années, crainte parce qu'elle n'avait jamais pensé à ce qu'elle pourrait trouver au-delà des limites qu'il s'imposait à lui-même.

Mais peu importait à cet instant. Elle extermina la moindre bride de peur à coup d'auto-satisfaction personnelle à avoir réussi à faire craquer le Comte à l'aide de caresse et de baiser. Même si elle y laissait la vie, la raison ou même son âme, elle s'en fichait... Après tout, n'avait-elle pas tout donné au Comte le soir même de sa morsure ? Elle était sa Meyna. Elle n'appartenait qu'à lui... Elle fit confiance à ses mains qui partirent seules à la conquête de son corps parfait, jouant avec les points qu'elle avait appris à connaître et qu'elle savait sensibles chez lui. Puis, la poigne autour de ses hanches se raffermirent, lui faisant pousser un gémissement de plaisir. Meyna avait toujours aimé être étreignis avec force, quitte à lui faire mal mais la vampiresse n'était pas dérangée tant que ça par la douleur. Les doigts blancs et froids de son saigneur allèrent trouver son intimité jusqu'à la chatouiller éhontément. Il savait comment si prendre pour lui faire plaisir... Rapidement, elle rejeta la tête contre le mur, vu que son vampire d'amant avait trouvé son cou bien plus intéressant que ses lèvres. Elle mordit férocement ses dernières, pour étouffer dedans ses gémissements et ses soupires qui n'allaient pas tarder à faire craquer son cher et plus si tendre.

Étrangement, elle sentait les muscles de son saigneur se tendre et se détendre la seconde d'après sous sa peau de marbre. Qu'est-ce qu'il lui prenait encore ? Elle commençait à se sentit perdue avec ses changements d'humeur... Si pendant les moments banals ça ne la gênait pas, là ils étaient dans une situation autrement plus personnelle. Puis, il sembla lâcher prise – pour de bon cette fois. Sauf qu'il avait apparemment décidé d'en trouver une autre. En plantant ses crocs démesurés dans le cou de l'Ombre. Ahah. Aïe. Crispant ses bras autour des épaules de son amant, et cambrant son corps contre le sien, Meyna chassa la douleur de son esprit. Elle en était sûr, il avait viré sado-maso. S'abreuvant de son sang, il semblait s'en rassasier comme s'il n'avait pas pu depuis des mois, des années, des décennies, voir même des siècles. Et s'il continuait à cette allure, il allait définitivement la tuer. Souffrir ne la dérangeait pas, seulement il était censé l'aimer, et généralement on ne tue pas celle qu'on aime – sauf en cas très exceptionnel, mais là ils allaient faire l'amour, qu'y avait-il d'exceptionnel là-dedans ? Il fallait qu'elle sorte de là et très vite, sinon, en plus d'être sado-maso, il allait finir nécrophile – ce qu'il était déjà d'une certaine façon, vue que les vampires étaient physiquement morts, mais ce n'était pas la question. Mais que faire ? Pas le mordre. Il le prendrai mal. L'appeler ? Peut être oui.

- Ah... Monseigneur...

Ouais. Encore faudrait-il qu'on sente qu'elle avait mal, et non qu'elle prenait son pied dans sa voix. Non, elle n'était pas masochiste, cependant il restait Aayon, et il aurait très bien pu la torturer à mort qu'elle était toujours heureuse qu'il soit là. Elle rassembla ses dernières pensées et se rendit compte que ses doigts avaient férocement griffé sa chair pendant sa morsure, automatiquement. Bon, elle n'était peut être pas capable de lui faire réellement mal, mais c'était toujours ça.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Empty
MessageSujet: Re: Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3   Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Entraînement royal /!\ -18 Partie de jambes vampiriques dans tous les sens <3
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Un Heureux événement [DVDRiP]
» Retrouvaille!!! (PV Ryofu Itô) HENTAï
» Quelle délicieuse prestation {Hentaï} [PV Siin]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ? ] -Hentaï-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Extérieur :: La Crypte :: Les Caves-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser