Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-48%
Le deal à ne pas rater :
[Offre Prime] Sonnette vidéo connectée Ring Video Doorbell Wired + ...
49 € 94 €
Voir le deal

 

 Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Angélia
Maréchal et Déesse foldingue
Angélia

Messages : 83
Date d'inscription : 29/08/2008
Age : 29
Localisation : Partout...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeSam 20 Juin - 23:13

Angie attendit nerveusement que Drac prenne la parole. Le Chef ne parla pas pendant un moment ce qui créât une atmosphère pesante et tendue. Il retira sa main de la sienne et la saisit de nouveau par les épaules pour tenter de la repousser.

« T’occupe pas de Junia. Je vais m’assurer qu’il n’arrive rien à personne par sa faute. Il n’est pas question de la forcer à aller nulle part, tu entends ? Aucune déesse et encore moins un Archange ne pourra l’obliger à aller à un endroit ou elle serait malheureuse. Au fait, j’aimerais savoir de quelle déesse tu me parlais ? »

Puis il la fixa dans les yeux d’un air très sérieux et repris:

« Quel est ton vrai nom Angélia ? Le coup de l’Archange, c’est aussi une couverture, n’est-ce pas ? Les Anges, quelque soit leur grade n’ont pas le pouvoir d’omniscience que tu as, pas vrai? Certains Dieux et Déesses l’ont en revanche… je me trompe ? Alors ? Qui es-tu ? Je veux la vérité cette fois ! »

Angie se mordit la lèvre inférieure. Il n’avait pas l’air très content. Elle recula précipitamment, s’éloignant de lui et baissa la tête. Elle respirait bruyamment et n’osait le regardait, comme une enfant prise en fragrant délit de mensonges. *Laisse-moi faire, il veut la vérité, il va l’avoir, dit la Déesse d’un ton sec* Angie n’osait même pas contester, ni répondre. Elle la laissa faire. Elle ferma les yeux et d’un coup l’énergie, l’orgueil et la froideur de la Déesse du Destin se transmirent dans tout l’intérieur de son corps et de son esprit. Angie se fit toute petite dans un coin de l’esprit de Moïra. Du point de vue de Drac, on aurait dit que la jeune femme était en transe totale, elle tremblait légèrement, comme si elle avait froid. *Ah, enfin libre* La jeune femme rouvrit les yeux et leva la tête. Son corps et son esprit avaient changé de propriétaire et Drac n’allait pas tarder à s’en rendre compte. Moïra souri ironiquement, lui tourna le dos en marchant dans la pièce, puis se retourna et fit durer le silence. Moïra aimait le silence, elle aimait ça car il était ce silence pesant la faisait revivre de nombreuse fois ou elle était en face d’individus qui étaient jugés par tout les Dieux et que c’était d’elle dont dépendait son sort. Elle parla enfin.

« Ok, beau gosse. Finalement, t’es plutôt intelligent pour un Demi-Vampire. Je ne pensais pas en rencontrer un avec le Q.I d’Einstein. Intéressant, tu plairais beaucoup à Satan, tu sais. Il aime beaucoup les personnes intelligentes, il fait des expériences sur eux...et moi aussi d’ailleurs. Mais bon, on ne va pas discuter de ça maintenant, sinon on n’y resterait éternellement. »

Elle fit mine de réfléchir et continua :

« Au fait, je ne me suis pas présenté... »

Elle disparu pendant une mili-seconde aux yeux de Drac et réapparut assise sur une table situé à droite de Drac.

« Je m’appelle Moïra et je suis la Déesse du Destin. Enchantée Drac...ou plutôt Dracula Shark, non ? Je me trompe peut-être ? Corrige moi hein, ce n’est pas comme si je voyais ton nom et ton fil de la vie pendre au dessus de toi. », Dit-elle moqueuse.

Elle croisa les jambes et s’appuya en arrière contre la table, attendant que Drac sorte de sa léthargie pour parler.

"Au fait, je dois te dire. Junia, ou plutôt...enfin non, Junia, il faut que tu me prouve qu'elle ne fera rien qui mettrait en danger les autres. Si tu ne peux rien me dire de convaincant, je l'enmène directe et j'en aurai rien à faire de tes supplications. Et puis on verra si tu tiens vraiment à elle, jusqu'ou tu peux aller en Enfer car elle ira obligatoirement là-bas au debut, après ça dépend si elle à été sage..."dit -elle en laissant sa phrase en suspend.
Revenir en haut Aller en bas
Drac Shark
Chef Schizo
Drac Shark

Messages : 474
Date d'inscription : 29/06/2008
Localisation : Dans tes plus beaux rêves... ou pires cauchemars...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeDim 21 Juin - 11:05

Bingo ! Angélia réagit comme si elle venait de se faire prendre la main dans le sac. A vrai dire, Drac n’avait aucune idée des pouvoirs des Anges et encore moins de ceux des Archanges, mais cela lui avait semblé bizarre. Alors il avait essayé. Si la jeune femme lui avait dit qu’elle avait le pouvoir d’omniscience, il l’aurait cru, difficilement, mais il aurait fini par accepter. Si elle avait dit qu’elle voyait uniquement ce que ses subordonnés faisaient, là, ça aurait été presque crédible. Mais, au moins, là, elle se découvrait réellement. Une Déesse à la congreg ! Drac n’en revenait pas.

La jeune femme avait reculée et tremblait légèrement. Un peu inquiet, Drac s’avança vers elle et s’apprêta à la réconforter quand Dracula s’interposa.

* Attends ! Y’a un truc bizarre. L’autruche va sortir la tête du sable, et ça pourrait être dangereux. *


* Tu crois peut-être que le vilain petit canard va se transformer en cygne ? *

* Si tu le prends comme ça, je ne t’aide plus. Débrouille-toi ! *


Et, boudeur, le Vampire tourna le dos aux deux autres. De son côté, Angie venait de relever la tête, un sourire ironique aux lèvres. Elle tourna le dos à Drac, marcha un peu puis se retourna en lassant un silence étouffant s’installer.

* Je t’avais dit que y’a un truc qui clochait : tu crois que ta barbie agirait comme ça ? En tout cas, moi, je l’aime pas cette autruche farcie au pruneaux ! Elle crâne trop ! *

Ne sachant pas vraiment quoi faire et attendant toujours une réponse, le Chef patienta jusqu’à ce que la Déesse daigne prendre la parole. Mais rien ne le préparait à ce qui allait suivre :

« Ok, beau gosse…

Drac esquissa un sourire étrange car il avait la bouche ouverte à cause de la surprise. La jeune femme avait la même voix qu’Angélia, et cependant, le ton différait.

-…Finalement, t’es plutôt intelligent pour un Demi-Vampire…

Drac recula jusqu’au mur contre lequel il s’appuya pour ne pas tomber. Ses jambes tremblaient et menaçaient de céder sous son poids à tout instant. De plus, il n’était pas encore totalement remis de son combat avec Wolf, et il fut prit de vertiges. Cela ne l’empêcha cependant pas de jeter des regards inquiets dans la pièce pour voir si personne n’entendait le discours de la Déesse.

-…Je ne pensais pas en rencontrer un avec le Q.I d’Einstein. Intéressant, tu plairais beaucoup à Satan, tu sais. Il aime beaucoup les personnes intelligentes, il fait des expériences sur eux...et moi aussi d’ailleurs. Mais bon, on ne va pas discuter de ça maintenant, sinon on n’y resterait éternellement. »

Pendant qu’elle réfléchissait, Drac tentait de se concentrer pour reprendre ses esprits. Il avait le cerveau embrumé par tous ces évènements qui s’enchainaient les un après les autres sans lui laisser le temps de se reposer.

« Au fait, je ne me suis pas présenté... »


La, il cilla des yeux avec un air étonné. C’était exactement : « y’a, a pu ! » comme dirait Junia. La déesse venait de se volatiliser… et de réapparaitre à sa droite, assise sur une table, le faisant sursauter.

« Je m’appelle Moïra et je suis la Déesse du Destin. Enchantée Drac...ou plutôt Dracula Shark, non ? Je me trompe peut-être ? Corrige moi hein, ce n’est pas comme si je voyais ton nom et ton fil de la vie pendre au dessus de toi. »

Elle semblait prendre un malin plaisir à se moquer de lui. Encore un argument en défaveur du Ciel pour Junia, se dit Drac. Quand elle parla du fil du destin, il leva bêtement les yeux, espérant peut-être apercevoir un mince filin et son imagination fit le reste. En effet, au dessus de lui, il distingua non pas un, mais deux fils. L’un était épais, noir et solide, avec le nom « Dracula Shark » scintillant en lettres rouges sombres. L’autre étais beaucoup plus fin et translucide, comme un fil de toile d’araignée. Il semblait presque invisible et le nom de « Drac Shark » apparaissait en caractère transparents autour. Pas étonnant que la Déesse ne l’ai pas vu. Il sourit intérieurement. Rira bien qui rira le dernier !

"Au fait, je dois te dire. Junia, ou plutôt...enfin non, Junia, il faut que tu me prouve qu'elle ne fera rien qui mettrait en danger les autres. Si tu ne peux rien me dire de convaincant, je l'emmène directe et j'en aurai rien à faire de tes supplications. Et puis on verra si tu tiens vraiment à elle, jusqu'ou tu peux aller en Enfer car elle ira obligatoirement là-bas au début, après ça dépend si elle à été sage..."

Il baissa alors la tête d’un air abattu et résigné. Ses longs cheveux noirs encadraient son visage, empêchant la Déesse de voir son expression. Il tremblait légèrement lui aussi. De rage. Se moquer de lui, pas de problème. Menacer Junia, ça non ! Surtout la menacer de l’envoyer en Enfer ! Hors de question ! Il sentait la colère bouillonner en monter en lui comme du magma. Il sentit ses dents s’allonger et ne les retint pas. Il comprit que ses yeux venaient de devenir rouges et sa peau plus blanche que d’habitude, mais cela ne le gênait pas. Pourquoi lui cacher sa nature puisqu’elle le savait déjà ? Personne d’autre ne le verrait, et si, par malheur quelqu’un entrait à ce moment, il n’aurait pas le temps même d’apercevoir les changements dans le visage du chef que ceux-ci auraient disparu.

Drac releva alors la tête, un sourire aimable et charmeur aux lèvres, et sans aucune animosité dans le regard. En cet instant, il ressemblait vraiment à Aayon. Le même charme, la même prestance. Mais pas la même cruauté ni froideur. Il semblait parfaitement décontracté et se tourna vers Moïra, prit sa main et se baissa pour y déposer un doux baisé, tout ceci avec une noblesse digne du plus grand gentleman. Dracula avait disparut. La raison en était simple : pour une fois, Drac ne rejetait plus son côté Vampire ni tout ce dont Dracula était fait. Pour une fois, il était vraiment lui-même.

« Enchanté, Déesse Moïra. Je suis heureux de pouvoir enfin faire votre connaissance. »

Il se releva, lâchant sa main en une douce caresse volontairement involontaire et continua son petit discours :

« En revanche, Déesse Moïra, je suis désolé de devoir vous corriger, mais c’est bien Drac, et non Dracula comme vous semblez le croire. Et si le mauvais nom s’affiche sur mon fil, alors je vous prierai de bien vouloir le changer. De plus, sauf votre respect et pardonner mon audace, mais je dois avouer que je suis plutôt déçu… A part la vraie nature d’Angie, je n’ai rien appris de nouveau de votre part. Je suppose par exemple que quand vous parliez des expériences de Satan vous faisiez référence au Comte ? »

A ce moment, son expression s’assombrit d’un coup, lu donnant un air presque menaçant. Il semblait presque égaler Aayon en puissance à ce moment. Son ton se fit froid et autoritaire.

« Concernant Junia, il est hors de question qu’elle aille en Enfer. Et ce ne sont pas des suppliques. Et vous, Moïra, vous ne faites que compliquer les choses ! Si vous êtes réellement la déesse du destin, alors vous devriez savoir qu’Aniel négocie avec Junia en ce moment. Vous devriez savoir que je partage tous mes souvenirs avec elle et qu’elle saura que vous lui réservez une place en Enfer. Pensez-vous vraiment qu’elle va accepter de partir maintenant ? Elle ne voudrait même plus vous approcher ! Junia sait ce qu’elle risque de devenir et de faire. Et elle a développée une défense contre cela. Jamais elle ne deviendra un monstre tant qu’il y aura des gens avec elle qui l’aiment. Elle ne veux pas devenir ce monstre et elle puise la force de combattre dans ses bons souvenirs. »

Il marqua une pause et fixa Angélia de ses yeux rouges brillants telles deux flammes afin qu’elle comprenne que ce qu’il allait dire n’était pas des paroles en l’air.

« Si jamais vous, un de vos semblables ou un ange ose approcher Junia dans le but de l’envoyer de force en Enfer, je jure que je ne le laisserait pas faire. Combattre un ange, un Dieu immortel ou même une armée ne me fait pas peur. Peut-être que vous tuer est impossible, mais je trouverais un moyen de vous neutraliser suffisamment longtemps pour vous faire passer l’envie de ses mêler de mes affaires. Et si jamais elle atterrissait en Enfer, y aller seul et combattre Satan en personne ne sera pas un obstacle pour moi ! »

Il se radoucit et reprit d’un ton plus aimable :

« Et si vous me disiez à présent ce qu’une Déesse, qui plus est, est la Déesse du Destin, fait parmi tant d’humain dans cette organisation ? »
Revenir en haut Aller en bas
Angélia
Maréchal et Déesse foldingue
Angélia

Messages : 83
Date d'inscription : 29/08/2008
Age : 29
Localisation : Partout...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeLun 29 Juin - 0:14

[HS : merci pour le surnom de « pintade » je l’ai utilisé pour mon bac de français xD ]

Moïra savoura calmement les réactions de Drac les une après les autres, les voyant quelques secondes avant. D’abord, et c’était comique, il à fait une sorte de sourire avec la bouche ouverte de surprise, puis il à reculé et à faillit tomber, ce qui était encore plus drôle, ensuite a la mention du fil de la vie et de son vrai nom, il leva bêtement les yeux au ciel ce qui lui arracha un sourire. Bon la suite était moins drôle du point de vue d’Angie qui s’était enfin manifesté car après la frousse qu’elle avait eu à cause de Drac, elle n’osait plus parler mais Moïra, elle, voyait avec satisfaction qu’elle avait réussis à pousser à bout le Demi-Vampire et que ses yeux devenait rouge luisant et que ses dents blanches s’allongeaient. Il avait baissé la tête, mais rien n’avait échappé à la Déesse. Drac releva enfin la tête doté d’un sourire aimable et charmeur et Moïra crut voir pendant un quart de seconde Aayon, mais ça c’était normale puisqu’elle savait beaucoup plus de choses que d’autres. Drac...enfin Dracula s’avança vers elle et lui prit sa main et se baissa pour y déposer un doux baisé tout cela comme n’importe quel gentleman anglais car il n’y a que les anglais qui sont gentleman.

« Enchanté, Déesse Moïra. Je suis heureux de pouvoir enfin faire votre connaissance. »

Il se releva et lâcha sa main en une douce caresse qu’elle voyait comme, puis il continua a parler :

« En revanche, Déesse Moïra, je suis désolé de devoir vous corriger, mais c’est bien Drac, et non Dracula comme vous semblez le croire. Et si le mauvais nom s’affiche sur mon fil, alors je vous prierai de bien vouloir le changer. De plus, sauf votre respect et pardonner mon audace, mais je dois avouer que je suis plutôt déçu… A part la vraie nature d’Angie, je n’ai rien appris de nouveau de votre part. Je suppose par exemple que quand vous parliez des expériences de Satan vous faisiez référence au Comte ? »

Son visage s’assombrit le rendant presque menaçant. Presque ? Et oui, Moïra n’a peur de personne. Il parla ensuite d’un ton plus autoritaire, ce qu’il n’aurait jamais du faire, selon Angie, car après plus aucune chance de parlementer avec la Déesse.

« Concernant Junia, il est hors de question qu’elle aille en Enfer. Et ce ne sont pas des suppliques. Et vous, Moïra, vous ne faites que compliquer les choses ! Si vous êtes réellement la déesse du destin, alors vous devriez savoir qu’Aniel négocie avec Junia en ce moment. Vous devriez savoir que je partage tous mes souvenirs avec elle et qu’elle saura que vous lui réservez une place en Enfer. Pensez-vous vraiment qu’elle va accepter de partir maintenant ? Elle ne voudrait même plus vous approcher ! Junia sait ce qu’elle risque de devenir et de faire. Et elle a développée une défense contre cela. Jamais elle ne deviendra un monstre tant qu’il y aura des gens avec elle qui l’aiment. Elle ne veux pas devenir ce monstre et elle puise la force de combattre dans ses bons souvenirs. »

Il marqua une pause et la fixa avec de ses yeux rouges brillants comme les flammes de l’Enfer ressemblant sur le coup étrangement à Samaël. Ces paroles laissaient entendre qu’elle ne toucherait en aucun cas à Junia. Il rêvait, elle avait bien laissé Aayon seul, face à Samaël. Cette pensée lui raviva un souvenir...pour le moins déplaisant.

Flash back :

Moïra marcha calmement au Paradis, suivi par Vladir. Elle cherchait Hadès. Elle savait qu’elle ne cherchait pas au bon endroit mais elle ne voulait pas aller là-bas... Elle tournait en rond depuis presque deux heures quand elle s’arrêta net. Elle serait bien obligée d’y aller à un moment ou un autre. Elle se retourna vers son Général, le maudissant intérieurement d’être deux fois plus grand qu’elle et lui dit d’un ton ferme :

« Je n’ai plus besoin de toi pour l’instant. Tu peux y aller »


Puis elle se souvenu de quelque chose et rajouta :

« Ah si, dis à Phoebus que je l’aiderai volontiers mais une autre fois »

« Bien, Déesse Moïra » répondit calmement Vladir.

Il disparut dans une lumière blanche. Moïra regardait dans le vide, retardant l’événement à suivre. Elle disparu et réapparut aux Enfers...bien entendu accueillit par Hadès qui attendait patiemment.


« Ah bah quand même. J’ai cru que tu te déciderais jamais », dit-il ironiquement.

Elle soupira, mécontente et avança sans piper mot. Elle passa devant lui sans le regarder et continua à marcher et à s’enfoncer dans la chaleur des Enfers. Hadès la suivit, content de l’avoir agacé. Il commença à parler.

« Tu boudes ? Allez boude pas....Roh t’es pas drôle. Tu viens voir quoi...ou qui ? »

Il commença a lui tourner autour comme le ferai un enfant de quatre ans qui voulait des bonbons. Et Moïra n’aimait pas ... donner ses bonbons, surtout a des gosses qui chialent pour un rien. Hadès commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs. Depuis que Perséphone était retourné avec sa mère, Déméter, c’était sur elle que tombaient ses enfantillages.

« Hum, je crois savoir...tu viens voir ce que fait Samaël, c’est ça. Tu t’inquiètes pour Aayon ? C’est mignon. »

Moïra se retourna brusquement et plaqua le 2 mètre 5 d’Hadès avec son petit 1 mètre 50 contre un mur. Si un démon ou n’importe qui passerait, il rigolerait à s’en décollait les poumons.

« Veux-tu bien la fermer Hadès ? Déjà le fait que tu m’obliges à me déplacer, je n’apprécie pas mais le fait que tu joues avec moi, je n’apprécie pas du tout, mais alors pas du tout. Je hais ça. » Dit-elle menaçante.

« Oh la la, fais attention si quelqu’un nous surprenait, il pourrait croire des choses pas très...enfin ... ». Hadès aurait bien voulut continuer sa phrase mais le regard assassin de la Déesse du destin le fit changer d’avis.

Moïra le lâcha, continua sa route et s’arrêta devant la même porte d’il y a deux semaine. Hadès l’avait emmené en Enfer, lui montrer ce que faisait subir les démons à Aayon. Elle savait que c’était trop tard. Une nouvelle race c’était crée. La race des Vampires. Moïra était assez fière de cette nouvelle race, supérieur. Mais Aayon avait été le cobaye pour engendrer cette nouvelle race. Et Moïra savait très bien qu’elle aurait du faire quelque chose, mais elle voulait voir si Samaël était capable de créer, avec son aide, une nouvelle race. Et il l’avait fait. Elle s’approcha de la porte, posa sa main sur la poignée, savant déjà d’avance ce qu’elle allait trouver.

« Des remords peut-être », suggéra innocemment Hadès

Moïra fixa la porte sans répondre.

Fin du Flash back.

Drac continuait son discours sans remarquer qu’elle s’était déconnecté de la réalité un moment pour se plonger dans ses souvenirs macabres.

« Si jamais vous, un de vos semblables ou un ange ose approcher Junia dans le but de l’envoyer de force en Enfer, je jure que je ne le laisserait pas faire. Combattre un ange, un Dieu immortel ou même une armée ne me fait pas peur. Peut-être que vous tuer est impossible, mais je trouverais un moyen de vous neutraliser suffisamment longtemps pour vous faire passer l’envie de ses mêler de mes affaires. Et si jamais elle atterrissait en Enfer, y aller seul et combattre Satan en personne ne sera pas un obstacle pour moi ! »

Son ton se radoucit et reprit d’un ton plus aimable :

« Et si vous me disiez à présent ce qu’une Déesse, qui plus est, est la Déesse du Destin, fait parmi tant d’humain dans cette organisation ? »


Elle regarda Drac, sourira et se rapprocha de lui. Finalement, et pour la première fois de sa vie, elle allait être sympa, enfin...presque.

« Tu sais, si t’es gentil avec moi, je serai gentil avec Junia...et toi par la même occasion. Au fait ...je hais les ordres et les menaces! et je fais ce que je veux, c'est clair?!

"Et si je suis là, c'est parce que...je m'ennuyais à l'Eden. Tout simplement"
Revenir en haut Aller en bas
Drac Shark
Chef Schizo
Drac Shark

Messages : 474
Date d'inscription : 29/06/2008
Localisation : Dans tes plus beaux rêves... ou pires cauchemars...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeLun 29 Juin - 10:49

A en juger par la mine mécontente de la Déesse, elle avait mal pris les « informations » concernant Junia que Drac venait si aimablement de lui fournir. Elle se rapprocha de lui et lui répondit de ce ton étrange, inhumain.

« Tu sais, si t’es gentil avec moi, je serai gentil avec Junia...et toi par la même occasion. Au fait ...je hais les ordres et les menaces! et je fais ce que je veux, c'est clair?!

Il valait mieux ne pas répondre, sinon cela engendrerait d’autres conflits. Et puis, il fallait être réaliste : elle pouvait faire ce qu’elle voulait à Junia et personne ne pourrait l’en empêcher. Mais tout de même, cette peste abusait de son autorité et de son pouvoir. Il soutint fièrement son regard, ne signant pas et ne baissant pas les yeux. On voyait clairement que malgré son mutisme, il n’en pensait pas moins. S’il avait hurlé « moi aussi je déteste les ordres, surtout que je te rappelles que, Déesse ou pas, tu es à MES ordres en tant que membre de la Congrégation. Et ce, de ton plein gré ! » cela aurait peut-être été moins éloquent que ce regard noir.

"Et si je suis là, c'est parce que...je m'ennuyais à l'Eden. Tout simplement"

Sans se départir de sa mine agressive, Drac eut néanmoins un haussement de sourcils surprit. Elle s’ennuyait à l’Eden ! Et du coup, elle vient faire mumuse avec la vie des gens ici ? Pour qui elle se prend cette fille ? Tout simplement. Mais ça veut dire quoi ça ? Venant d’elle, cela sonnait comme si la vie des membres de la Congrégation, mais aussi des autres, humains, démons et Vampires n’étaient que poussière. Facile à donner. Facile à ôter. Comme ça. Sans remords et sans regrets ! Drac dut prendre une profonde respiration avant de continuer à poser des questions qui lui tenaient à cœur :

« Admettons. Mais dites-moi, Moïra… avez-vous des limites à vos pouvoir ? Y a-t-il des évènements dans la vie des gens que vous ne pouvez pas changer ou est-ce simplement que vous ne voulez pas les changer ? Vous auriez put sauver Ipiu n’est-ce pas ?... Mais vous auriez put aussi éviter tout ça, pas vrai ? Des millions de vies auraient put être épargnée ! Et au lieu de cela… J’avoue ne pas comprendre. Pourquoi ? Pourquoi vous n’avez rien fait ? Pourquoi avoir laisser les démons créer ces buveurs de sang ? Surtout qu’ils vous nuisent aussi… »


Il marqua une pause, plongeant dans ses pensées pour en ressortir pratiquement immédiatement, prit d’un doute :

« Une minute. Vous entendez quoi exactement par « être gentil avec vous » ? »

Qui sait ce que la Déesse allait exiger de lui. Vu qu’elle habitait le corps d’Angie, on pouvait s’attendre à tout…
Revenir en haut Aller en bas
Angélia
Maréchal et Déesse foldingue
Angélia

Messages : 83
Date d'inscription : 29/08/2008
Age : 29
Localisation : Partout...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeLun 6 Juil - 23:28

Moïra laissa ses yeux vagabondait dans la pièce attendant la réponse de Drac, qui selon elle, se faisait attendre.

« Admettons. Mais dites-moi, Moïra… avez-vous des limites à vos pouvoirs ? Y a-t-il des évènements dans la vie des gens que vous ne pouvez pas changer ou est-ce simplement que vous ne voulez pas les changer ? Vous auriez put sauver Ipiu n’est-ce pas ?... Mais vous auriez put aussi éviter tout ça, pas vrai ? Des millions de vies auraient put être épargnée ! Et au lieu de cela… J’avoue ne pas comprendre. Pourquoi ? Pourquoi vous n’avez rien fait ? Pourquoi avoir laisser les démons créer ces buveurs de sang ? Surtout qu’ils vous nuisent aussi… »

Il s’arrêta un instant et reprit la parole :

« Une minute. Vous entendez quoi exactement par « être gentil avec vous » ? »

Elle le regarda à travers sa frange qui lui tombait dans les yeux. Sa dernière question la fit sourire. Une chose, qu’elle savait qu’il ne soupçonnait pas, la fit sourire encore plus.

« Tu sais...je lis dans les pensées... »

Elle laissa sa phrase en suspens. Puis elle commença à réfléchir sur ce qu’il fallait dire et ne pas dire.

« Des limites ? Bah...je ne sais pas. Je n’y ai jamais pensée donc jamais réfléchis. Je peux faire ce que je veux donc normalement il n’y a aucune limite...enfin je crois. En ce qui concerne Ipiu et les millions de vies dont tu parles, bah je ne peux pas sauver et m’occuper de tout le monde et puis Ipiu était destinée à mourir aujourd’hui. Tu sais, ça doit bien faire deux bon siècles que els humains nous on oubliées nous els Dieux. Avant on avait des cultes grandioses et maintenant plus rien. Les humains ne se préoccupent que de la mort. Alors on peut les oublier de temps en temps »

Elle réflechissa un instant en ce qui concerne les buveurs de sang, et décida finalement de dire la vérité. Drac allait trouver ça cruelle, mais elle s’en fichait : elle est cruelle et elle le sait.

« Pour les vampires...et bien. Déjà je me pose une question, tu dis détester les vampires mais n’en n’est tu pas un ? Et puis si j’ai laissé les démons créaient les vampires, c’est par ennui et aussi parce que je n’avais pas envie de me salir les mains à créer une autre espèce. Mais j’en suis assez fière. Plus forte que les humains, plus rapides que les lycans, plus intelligents que les démons : la race presque parfaite. En ce moment, j’en travaille sur une autre, toute aussi intéressante... Et puis ils ne me nuisent pas. Il y a tout simplement de la rébellion et moi la rébellion : je l’écrase. Enfin là, avec Aayon, c’est un problème. C’est le tout premier vampire crée et normalement je ne dois pas tuer volontairement le premier être crée de la race, enfin de l’espèce...tu peux appeler ça une contrainte... »

Se remémorant la dernière question de Drac, elle le regarda et l’image d’Hadès s’imposa à elle. *Pourquoi Hadès ? Questionna Angie* Pour rien...

« Gentil avec moi ? Et bien...finalement oublie cette phrase. Tu es trop gentil pour que je t’oblige à faire ce que je pensais »
Revenir en haut Aller en bas
Drac Shark
Chef Schizo
Drac Shark

Messages : 474
Date d'inscription : 29/06/2008
Localisation : Dans tes plus beaux rêves... ou pires cauchemars...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeVen 10 Juil - 0:04


« Tu sais...je lis dans les pensées... »


Quoi ?! Hurla Drac mentalement, surprit. Il eut d’ailleurs un léger mouvement de recul, avant de se ressaisir. Bah, après tut, c’était un Dieu. Normal qu’elle est certains pouvoirs. Et si elle lit réellement dans les pensées…

« Parfait. Dans ce cas je n’ai pas besoin de gaspiller ma salive. »


Le reste du dialogue se ferais mentalement. La jeune femme continua cependant sans prêter attention à ce que disait ou pensait son interlocuteur.

« Des limites ? Bah...je ne sais pas. Je n’y ai jamais pensée donc jamais réfléchis. Je peux faire ce que je veux donc normalement il n’y a aucune limite...enfin je crois. » Ben voyons… Déesse toute puissante et gnagnagna… « En ce qui concerne Ipiu et les millions de vies dont tu parles, bah je ne peux pas sauver et m’occuper de tout le monde et puis Ipiu était destinée à mourir aujourd’hui. » Quel culot ! C’est pas to… vous la déesse du Destin par hasard ? Alors le coup du « destinée à mourir » ça ne devrait justement pas avoir d’importance pour vous non ? Et puis, vous ne pouvez réellement pas vous occupez de tout le monde ? Avec vos pouvoir illimités, ô Puissante Déesse ? Elle se fout de moi en plus ! « Tu sais, ça doit bien faire deux bon siècles que els humains nous on oubliées nous els Dieux. Avant on avait des cultes grandioses et maintenant plus rien. Les humains ne se préoccupent que de la mort. Alors on peut les oublier de temps en temps » Si les humains ne vous font plus de culte, c’est parce que VOUS les avez abandonnés à leur sort de chaire à pâtée pour démons et Vampires ! Vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même ! Certes, ils méritaient une punition pour avoir tenté de s’en prendre aux Dieux, mais ça commence à devenir vraiment cher payé là, non ? Et maintenant, ils n’ont plus confiances en leurs dieux. Ces mêmes dieux qui devaient les protéger. Ceux-là même qui les ont condamnés à subir les traitements que leur imposent ces monstres. Dont certains sont VOS monstres en un sens. Et vous vous étonnez que vous n’avez plus de cultes ? Vous vous demandez peut-être pourquoi ils ne se préoccupent plus que de la Mort ? Je vais vous le dire, ô Déesse omnisciente ! Parce que les humains n’ont plus foi en leurs Dieux. Ils croient que vous les avez abandonnés ! Vous avez brisés leurs espoirs. La seule chose sur laquelle ils peuvent se rabattre, la seule chose qu’il sont sur de connaitre, qui est inévitable, c’est la Mort. C’est là seule chose en ce monde à laquelle on ne peut se soustraire. Tôt ou tard, on meurt. Ils croient en la réalité de la Mort. Ils savent qu’elle ne les décevra pas. Elle viendra, un jour…

C'était difficile de maîtriser ses pensées, il y avait donc forcément certains dérapages irrespectueux. Mais là, Drac s'en moquait pas mal. Déesse ou pas, cette femme jouait avec la vie des gens innocents ou pas comme... comme... il ne trouvait pas de comparaison, mais il savait que c'était inacceptable. Et elle semblait si froide, si détachée. Cela ne lui faisait donc rien de tuer des millions de personnes ? Elle se fichait de savoir si une gamine allait perdre tous les êtres qui lui sont chers en une seconde ? Cette déesse lui faisait carrément peur. Il eut un frisson mais garda ses yeux vriller dans le regard de la jeune femme. Il n'allait pas se laisser faire. Pas question de baisser les yeux devant elle ! Son regard en disait long sur ce qu'il pensait des manigances de Moïra.

« Pour les vampires...et bien. Déjà je me pose une question, tu dis détester les vampires mais n’en n’est tu pas un ? » Je ne suis pas un Vampire. Ça se voit non ? Je suis un hybride. Pas besoin d'être doté de pouvoir pour se rendre compte que si je suis chef de la Congrégation et que je combat les Vampires, c'est que je ne suis pas dans leur camp ! Et puis, quel intérêt aurais-je à attaquer mes congénères si j'étais un Vampire ? Mais franchement, vous devriez le lire dans votre boule de cristal ou je ne sait quoi ! Elle assure vraiment pas comme déesse. Même si c’est une question rhétorique, c’est idiot. « Et puis si j’ai laissé les démons créaient les vampires, c’est par ennui et aussi parce que je n’avais pas envie de me salir les mains à créer une autre espèce. Mais j’en suis assez fière. Plus forte que les humains, plus rapides que les lycans, plus intelligents que les démons : la race presque parfaite. » Pa… Pardon ?? par… ennui ? Par ENNUI ? Et elle se croit innocente en plus ? Le pire, c’est qu’elle en est fière ! Tu m’étonne que les humains se détournent de vous ! t’as vu comment tu les traites ? Si tous les Dieux sont comme to… eu… vous… « En ce moment, j’en travaille sur une autre, toute aussi intéressante... » Olalala… je crains le pire ce coup-ci. Les buveurs de sang, ça suffit pas ? Et en plus, cette Déesse est un savant fou. Même Asuka pourrait faire pâle figure à côté de… de ce… Là, il se bloqua. Le mot « Démon » passa rapidement par son esprit. Mais cela fut si bref qu’il se demanda si la déesse l’avait entendu. « Et puis ils ne me nuisent pas. Il y a tout simplement de la rébellion et moi la rébellion : je l’écrase. » … Encore un peu, et on pourrait se sentir comme de vulgaires cafards. En fait, c’est peut-être ce que l’on est pour elle. « Enfin là, avec Aayon, c’est un problème. » Ah, tout de même. « C’est le tout premier vampire crée et normalement je ne dois pas tuer volontairement le premier être crée de la race, enfin de l’espèce...tu peux appeler ça une contrainte... » Donc, les Dieux ne font pas exactement ce qu’ils veulent, hein ? Qui à mit cette contrainte ? Si je comprends bien, quelqu’un d’autre doit tuer Aayon. Moïra… vous qui jouez avec le Destin des gens… Connaissez-vous quelqu’un à qui cette tâche est… En fait non, je ne veux pas savoir. Arrivera ce qui doit arriver.

« Gentil avec moi ? Et bien...finalement oublie cette phrase. Tu es trop gentil pour que je t’oblige à faire ce que je pensais » A savoir ? Euh… finalement, je ne suis pas si sur de vouloir vraiment le savoir… elle me fait peur des fois…

Mais Drac replongea dans ses pensées, oubliant un instant qu'elles n'étaient plus privée. Il poussa un profond soupir. Qui allait tuer le Comte ? Quelqu'un était-il assez fort pour le faire ? Peut-être un Dieu... En tout cas, celui qui le ferais serait vu comme un Dieu par les humains... Un jour, ils allaient se rencontrer, et Drac doutait que ce Vampire acceptes de déposer les armes juste comme ça. Il y avait plus de chances qu'il lui rit au nez et lui réponde quelque chose du genre : "tu me plais, petit ! " avant d'engager le combat. Un combat à mort. Et Drac n'étais pas du tout sur de pouvoir gagner... Mais il allait devoir en passer par là. Surement.
Revenir en haut Aller en bas
Angélia
Maréchal et Déesse foldingue
Angélia

Messages : 83
Date d'inscription : 29/08/2008
Age : 29
Localisation : Partout...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeDim 16 Aoû - 1:13

La Déesse entendait les pensées de Drac commentaient tout ce qu’elle venait de dire. Cela l’agaçait. Elle soupira de mécontentement. Il ne pouvait pas ouvrir la bouche pour dire ce qu’il avait à dire. Est-ce trop fatiguant ? Ou trop dur pour lui ? Mais bon préférant elle-même parler par pensées quand c’était possible, elle ne dit rien.
Sa tirade sur le pourquoi du comment de pourquoi les hommes ne vénéraient plus les Dieux la fit comprendre que tout ça n’était qu’un cercle vicieux : les Dieux n’aidaient plus les hommes car ces derniers ne les vénéraient plus et les hommes ne vénéraient pas les Dieux parce qu’ils ne les aidaient pas.
Perdue dans ses pensées, elle en avait presque oubliée la présence de Drac. Elle suivait aussi plusieurs conversation en même tant ce qui était assez dur à tenir. Soudainement elle se rappela de ce qu’il avait dit d’Aayon. Qui pourrait le tuer ?

« Ton interrogation sur le fait de qui tuera Aayon, je pense pouvoir y répondre... Toi. Tu en serai parfaitement capable...mais seulement si tu suis un entraînement pour exploiter tes capacités vampiriques. Au lieu de les rejeter. Tu devrais être fière de ce que tu es...enfin à moitié. La race des vampires est la race dont je suis le plus fière même si leur ennemi mortel est la race des démons. »

Elle fit une pause, hésitant à révéler des choses sur Aayon et sur...elle-même. Mais elle prit le risque, si il la trahissait c’est Junia qui en subirait les conséquences.

« Tu sais quoi, finalement tu me plaît bien, alors...je vais te raconter pas mal de choses. Et ces choses, tu as intérêt à bien les retenir si tu veux faire triompher la Congrégation et libérer la Terre de ce sala... enfin d’Aayon. Tout d’abord, sache que c’était un Ange, d’Hadès plus précisément et il a sûrement gardé quelques pouvoirs de son expérience angélique ce qui lui fait un atout puissant contre toi qui ne supporte pas le contact de la lumière. Mais c’est là que j’interviens. Je t’aiderai pour la défense, tu devras juste te concentrer sur l’attaque. Sinon ce que tu devrais savoir d’autre sur Aayon...et bien il fait pas mal d’expérience sur les humains, les anges, les lycans. Pas mal d’Anges supérieurs ont disparus... Je connais un seul moyen de le déstabiliser, enfin plutôt une personne : Samaël...enfin Satan si tu préfère. C’est lui qui à en partie aider à créer la race des vampires avec mon aide bien entendu. Mais le faire venir sur Terre serait dangereux pour les humains. Il est intenable. Les seuls Dieux ou divinités qu’il respecte se comptent sur les doigts d’une main : moi, enfin c’est normal c’est quand même moi qui l’ai crée, Hadès et les Parques. »

Elle finit par arriver par le sujet tabou : elle-même. Elle détestait parler d’elle-même, les seules personnes qui pouvaient se vanter de la connaître sont Hadès et les Parques.

« Maintenant ce que je vais te dire me concerne personnellement donc si tu répète un seul de ces mots sans mon autorisation les personnes de ton entourages en subiront les conséquences, compris ? »

Elle ne le laissa pas répondre, jugeant qu’il pouvait être digne de confiance.

« Bon... déjà sache que tant qu’Aayon ne sera pas enterré six pieds sous terre je ne te trahirais pas. Croix de bois croix de fer si je ment je vais en Enfer...même si j’y habite déjà...enfin ça c’est autre chose. Autre chose, si tu m’a derrière toi, tu as aussi Hadès et les Parques. Hadès parce que...bah il m’aime bien et respecte tout ce que je fais et les Parques bah, elles m’obéissent et travaillent pour moi. Ce sont elles qui s’occupent des vies en général, moi je m’en occupe que quand j’y pense. Pour que tu comprennes ce qui s’est passé avec Aayon je vais te montrer des souvenirs à moi. Je vais les envoyer dans ta tête, c’est comme si tu y seras, je serais là aussi...en double puisque tu me verras à cette époque. Ah oui une dernière chose, tu me trouvera sûrement très, très cruelle à cette époque. J’étais très méchante et je commence à comprendre que mes actes ont...blessés beaucoup de monde. Et pour certains j’en suis rongé par la culpabilité...Tu verras aussi ce qui c’est passé pour Elowen. Mais sache que j’ai changé...Bon bah on y va. »


Elle le plongea dans ses souvenirs sombres d’il y a ...bah pas mal d’années en fait.

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<


Flash :

Ils étaient tout les deux dans une pièce d’une blancheur éclatante. Devant se tenait Moïra, un Ange à coté d’elle et une autre personne assis sur un grand siège. *C’est Phoebus, le Dieu d’Aniel et d’Elowen et la personne qui est à côté de moi c’est Vladir, mon Second, souffla-t-elle à Drac*. Ils se rapprochèrent. La déesse qui se tenait en face de Phoebus avait un faible sourire sur les lèvres alors que ce dernier était plongé dans une grande tristesse.*Cela c’est passé après la naissance du premier vampire : Aayon*

«Je viens d’apprendre pour Elowen. Je suis vraiment désolé pour toi. C’était un bon élément. Une grande perte, dit-elle avec une compassion ironique au Dieu de la Lumière et du Soleil qu’elle trouvait barbant. »

Phoebus qui avait la tête baissée pendant la phrase de la Déesse du Destin, releva la tête, la regarda et eut un rire ironique. Moïra le regardait surprise. Il se leva.

« Et bien, j’aurais du enregistrer ce que tu viens de dire. Serait-ce de la compassion que tu viens de me donner ? »

Il repartit dans un rire ironique et faux. Il se rapprocha d’elle, se tenant devant elle. La déesse dut lever la tête pour soutenir son regard.

"Dégage Moïra ! Tu peux la garder ta compassion ! »

« Phoebus... »

« La ferme et sors de cette pièce, ne m’oblige pas à te faire sortir par la force. »

« Mais... »

« Tu crois que je ne savais pas ce que tu tramait avec Hadès et Samaël? Je sais que tu voulais créer une autre race, plus puissante que ces foutus démons. Tu n’es qu’un traître pour le Paradis. T’allier avec Samaël pour créer une race ? Tu es tombé bien bas Moïra. »

Il alla se rasseoir avec une mine dégoûtée.

« A cause de tes stupides caprices de gamines, tu as sacrifié l’un de mes plus puissant Généraux. »

« Bien je m’en vais, répondit platement Moïra »

Le Dieu de la Lumière ne répondit pas. Il la regarda partir.

*C’était la première fois que je voyais Phoebus se mettre dans une telle colère. Bon passons à un autre*

Flash :

Ils se retrouvèrent dans une sorte de grotte face à une grande porte. Ils entendirent des bruits de pas et se retournèrent. Moïra et un homme grand avec des cheveux noirs et courts avançaient.* C’est Hadès le Dieu des Morts. Ce que tu vas voir c’est...Aayon dans un de ses nombreux jours de torture. Hadès et moi on n’habite presque en Enfer. Nos quartiers y sont donc il était très facile pour nous de nous rendre dans les quartiers des Démons.*

Les Deux Dieux poussèrent la porte noire qui grinça légèrement. Drac et Angélia les suivirent mais avant de s’enfoncer dans la pénombre de la pièce Angélia attrapa Drac par le bras *C’est assez...glauque. Pire qu’Asuka. A cette époque, on pouvait presque nous considérer comme des Démons*

Ils avancèrent et se retrouvèrent dans une pièce éclairée par des torches. Plus ils avançaient, plus ils entendaient clairement la respiration précipitée d’une personne. Ils découvrirent...enfin Drac découvrit une sorte d’autel de pierre couverte de sang, la forme qui respirait difficilement dessus ne ressemblait même plus à un humain. Les deux Dieux se tenaient sur le côté, ainsi qu’un jeune homme grand et brun avec une mèche devant ses yeux noirs. *Samaël, dit simplement le Déesse*

Samaël avec un sourire sadique, il tenait une sorte de grand ciseau avec des pinces au bout.

« Vous en avez pas marre de venir me voir torturer un Ange ? Surtout que c’est quand même ton Général, Hadès trahis par ton ex-Général si mes souvenirs sont exactes, dit-il moqueur »

Hadès allait répondre mais la Déesse du Destin le devança.

« On est pas venu pour t’entendre parler mais pour surveiller. Je ne voudrai surtout pas que tu le tues Samaël. Et puis ne t’inquiète pas pour Hadès. Un Général ça se remplace aussi bien qu’un Ange. »

« Oh, je vois mais t’inquiète pas môman je ferais pas de bêtise cette fois. Je prendrai soin du jouet que tu m’as, par intermédiaire, offert, répondit-il moqueur. »

La Déesse posa brutalement sa main sur l’autel, ce qui fit gémir la forme. Moïra incendia Samaël d’un regard. *Si les regards pouvaient tuer, philosopha le double de la Déesse*

« Appelle moi encore une fois « môman » et tu vas le regretter. »

Hadès regardait la scène, visiblement très amusé. On aurait presque dit une dispute de famille.

« Oh mais maman j’voulais pas t’embêter tu sais. Et puis j’peux t’appeler comme ça, non. C’est bien toi qui m’as crée ? Alors t’es comme ma maman, dit-il, ne cachant plus son sourire qui commençait à être agaçant. »

Moïra commençait à s’énerver et Hadès comprenant que la Déesse allait étrangler le Démon s’interposa et se posta devant la déesse du Destin qui de ce fait ne voyait plus rien.

« Du calme tout les deux. C’est à chaque fois la même chose. On n’est pas là pour décider qui est la mère de qui et qui est le fils de qui. On est là pour la pour créer une nouvelle race non ? dit le Dieu de la Mort essayant de calmer la Déesse qui bouillonnait derrière lui. »

Il savait que dès qu’on parlait de nouvelle race, la Déesse se calmait et ne pensait plus qu’à ça. Et ça marcha, elle se calma, son aura devient moins menaçante. Elle s’avança et se mit à côté de Samaël.

« Oui tu as tout à fait raison. Et puis, je voudrais m’occuper de pas mal de chose aujourd’hui concernant les capacités de cette race, répondit calmement Moïra. »

Elle regarda l’objet dans les mains de Samaël. Se tourna vers une table à côté de l’autel. Elle attrapa agilement, comme si elle avait fais ça toute sa vie, un couteau de taille convenable si on voulait couper une viande dure, sauf que la, la chair allait remplacer la viande.

« Oh non, c’est pas juste moi aussi j’veux couper, se plaignit Samaël, pleurnichant presque comme un gosse qui réclamait un jouet »

La déesse soupira.

« Non, c’est moi qui le fait, tu vas couper n’importe comment. Regarde déjà dans quel état il est, on dirait... »

« De la mêlasse, finit le Dieu de la Mort. »

Moïra et Samaël levèrent leurs yeux ébahis vers Hadès avec une tête à ce demander si il venait de rêver. Le Dieu des Morts se défendit comme il put.

« Quoi, j’ai faim. C’est pas de ma faute »

« Comment tu peux penser à manger avec ce que tu vois sur cette autel, hallucina la Déesse du Destin. »

Hadès haussa les épaules.

« Bon...allez s’teu plaît mama...enfin Moïra laisse moi couper, supplia presque le démon »

Moïra regarda Hadès qui haussa les épaules. La déesse leva les yeux au ciel et passa le couteau à Samaël.

« Quel gosse pourris gâté ! A quoi j’ai pensé en créant les Démons »Samaël attrapa le couteau, heureux comme un gosse le jour de Noël. Il trancha net du cou au ventre, ce qui fit hurler bien entendu la dite forme qui n’avait bien entendu reçu aucun anesthésiant. La déesse se pencha près de la victime et souffla.

« Oh Aayon, chut. Tu vas voir on va te rendre puissant. Et puis faut crier pour si peux. Ça commence à devenir une banalité pour toi d’être scarifié »

Son ton était presque maternel. Samaël attrapa un objet que les deux « fantômes », ne pouvait voir. Samaël utilisa l’objet pour écarter la chair, pour qu’elle soit plus large. Aayon hurla et son cri résonnait dans toute la pièce.
Moïra glissa sa main dans l’ouverture et concentra son énergie vers les poumons d’Aayon. Le souffle devient de plus en plus irrégulier.

« Ça tu n’en aurais plus besoin pour ta nouvelle vie. Tu seras encore plus fort physiquement que les Démons. »

« Pfff, c’est pas juste, râla Le Démon qui se tenait à côté »

La déesse ne ni fit pas attention et continua. Elle stoppa l’activité des poumons. Le silence se fit dans la pièce. Elle dirigea son énergie vers ses reins et stoppa la régulation du sang.

« Tu n’auras plus de sang dans une semaine. Ton cœur ne battra plus mais toi tu vivras. »

Aayon ne répondit pas. Elle dirigea alors son énergie vers on cerveau et envoya une puissante secousse à Aayon. Ce dernier ne tarda pas à réagir et son cri résonna.

« Trop classe, souffla Samaël »

« Pourquoi t’as fait ça ? demanda Hadès »

« Je veux qu’il résiste à ces types d’attaques, argumenta la Déesse. Bon c’est fini pour aujourd’hui, et puis j’ai les mains sales. »

Ses mains étaient pleines de sang, elle souffla dessus et le sang disparu.

« Ouah c’est classe ça aussi, faut que tu m’apprennes ce tour, réclama le Démon »

La déesse le regarda en souriant et ébouriffa les cheveux de Samaël qui jura.

« Seulement si t’es sage, dit-elle moqueuse. Allez viens Hadès, on s’en va »

Elle se détourna et commença à marcher pour arriver enfin vers la grande porte suivit par Hadès, Drac et Angélia. Ils sortirent de la pièce.

« Tu sais c’est pas comme ça qu’il arrêtera de t’appeler « maman », dit Hadès. »

« Bah, je sais pas c’est instinctif. Et puis je suis fière de lui, je peux pas m’en empêcher, dit-elle en haussant les épaules »

« Fait comme tu veux. Au fait les Parques veulent te voir »

« Encore, mais elles peuvent pas faire leur boulot toutes seule comme des grandes. C’est pas possible ça, faut toujours être derrière, pesta Moïra » Ils s’éloignèrent.

*Tu vois, ce n’est pas très glorifiant.*

Flash :

Hadès et Moïra étaient dans une grotte sombre avec un grand siège noir agrémenté au mur. *C’est les quartiers d’Hadès, on est après la guerre contre les Démons et Aayon s’est enfuit de chez les Démons et Elowen est censé être mort*

« Tu compte le dire à Phoebus ? demanda le dieu de la Mort en tournant autour de Moïra. Ah bah non, il t’a dit de « dégager ». »

Il partit dans un fou rire. Moïra ne préféra pas répondre à cette provocation.

« Elowen toujours vivant grâce à Aniel ; il serait plus content mais dommage il veut plus te voir, continua Hadès. »

« Je ne lui dirais rien, tant pis pour lui, répliqua de mauvaise humeur la Déesse »

« Comme tu veux, répondit Hadès»

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Le flot de souvenir s’arrêta et Moïra laissa Drac digérer tout ce qu’il venait de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Drac Shark
Chef Schizo
Drac Shark

Messages : 474
Date d'inscription : 29/06/2008
Localisation : Dans tes plus beaux rêves... ou pires cauchemars...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeMer 26 Aoû - 23:29

Drac fut tirer de ses pensées par les paroles de la Déesse. Alors comme cela, lui, il pourrait tuer Aayon ? Voila qui le rassurait… à défaut de lui plaire car il devrait, pour cela, cesser d’enfermer Dracula dans les profondeurs de son être. Et donc, avouer sa nature aux autres membres… Et s’il le rejetaient ? S’ils l’abandonnaient ? Que deviendrait-il ? et que deviendrait la Congrégation ? Mais il n’eut pas le temps de s’interroger d’avantage, concentré sur les informations que Moïra lui donnait. Il comprit parfaitement que si ce qu’elle allait lui montrer ne demeurait pas secret (bien que Junia n’allait pas tarder à être au courant, vu qu’elle fouinait régulièrement dans son esprit) le petit fantôme en subirait les conséquences. Cependant, il tiqua sur l’aveux de la cruauté de la Déesse. Le temps, à savoir le passé, ne lui convenait pas. Elle n’avait pas été cruelle. Elle n’avait jamais cessé de l’être. Il aurait utilisé le présent en fait à sa place. Pour preuve : punir Junia pour les fautes de Drac, n’était-ce pas une idée cruelle ? A la Aayon ? On dit souvent tel père, tel fils (Drac frissonna, mais chassa cette pensée de son esprit rapidement) ne devrait-on pas dire aussi telle mère, tel fils ? Puis il se retrouva propulsé dans un souvenir de la jeune femme.

Dans le premier souvenir, il vit plusieurs Dieu. Entre autre celui d’Aniel qui sembla profondément affecté de la disparition d’Elowen. Apparemment, il devait être de nature calme et juste et ses colères devaient être aussi terribles que rares comme l’affirmait Moïra. Drac eut par ailleurs un faible sourire quand elle fut renvoyée de la pièce ou se tenait un conseil. Bien fait pour elle !

Dans le deuxième souvenir, ils se retrouvèrent dans une salle bien différente. Une sorte de grotte humide et désagréable en fait. Son accompagnatrice lui prodigua alors quelques renseignements sur ce qu’il allait voir. Ils étaient donc en Enfer, et Aayon se trouvait dans la pièce suivante. Seulement, avant que Drac n’ait put voir quoique ce soit, la Déesse le mit en garde contre la violence de la chose… et encore heureux. En apercevant la… le… le… ça, lui qui avait déjà fait des massacres, ne put refreiner un violent haut-le cœur. Et ça respirait encore… Et on le torturait encore… comme s’il restait quelque chose à torturer. Comme si on pouvait encore casser quelque chose à cet être. Comme si on pouvait encore arracher un peut de peau ou gratter l’os là où il dépassait déjà d’entre les lambeau de chair arrachée, carbonisée à la flamme d’une bougie ou fondue par de l’acide.


« Vous en avez pas marre de venir me voir torturer un Ange ? Surtout que c’est quand même ton Général, Hadès trahis par ton ex-Général si mes souvenirs sont exactes. »

De qui donc parlais Samael ? Et le souvenir volé par Junia au Comte lui revint en mémoire. Le rouquin. C’était donc lui cet Ex-général ? Mais Moïra enchaina, expliquant, devant Aayon qu’il ne valait rien. Que ce n’était qu’un pion, un simple jouet. Rien en somme. Drac frissonna par empathie en voyant ça gémir rien que par les vibrations que la main de Moïra, posée sur l’autel au tortures avait dut susciter. Puis ce fut une dispute qui était en parfait décalage avec la situation. Mais Drac s’en fichait : il ne pouvait détourner le regard de la chose, qui avait des marques trahissant la présence d’ailes coupées ou arrachée dans le dos. Un Ange. Les Vampires étaient… des Anges modifiés. Il avait eut du mal à y croire. Mais là… ça avait encore des yeux intacts. Et ça jetait des regards si désespérés. Si… affolés. Effrayés. Si pleins de haine parfois. Et la seconde d’après si… suppliants. Drac n’avait qu’une envie : abréger les souffrances de ça. Mais il ne pouvait que regarder, impuissant, Moïra s’emparer d’un instrument comme on saisit un couteau à beurre… Et en effet, c’était à peu près la consistante de ça. Comment pouvait-on encore « couper » ça ? ça ne restait pas collé, tel un chewing-gum au couteau ?

Mais on pouvait couper. Et largement même. On éventra sans pitié. Et Drac dut s’appuyer sur le fantôme de Moïra pour ne pas tomber, ses jambes refusant de la porter tout à coup. Il entendit comme à travers du coton Moïra se moquer de ça. Il se sentait décidément mal. Espérons que ce souvenir ne sera pas beaucoup plus long… sinon… Lorsque ça rugit de douleur en réponse à la décharge énergétique, Drac ne put s’empêcher de gémir aussi, la nausée se faisant de plus en plus forte. Le sol s’était mis à tanguer dangereusement sous ses pieds.

Enfin, le souvenir touchait à sa fin.

*Tu vois, ce n’est pas très glorifiant.*
*Beeuurgg…* répondit Drac en rendant ce qu’il avait dans l’estomac, soit, pas grand-chose.

A moitié encore sous le choc de ce qu’il venait de voir, Drac ne suivit que distraitement le dernier souvenir avant de revenir à la réalité.

Le Chef était tout pâle et tremblait légèrement. Il dut par ailleurs s’appuyer contre un mur pour ne pas chuter. Et il resta là, durant quelques minutes, respirant profondément, tentant de se calmer alors que les images de ça ne voulait pas quitter son esprit. Petit à petit, l’horreur fit place à la colère. Il tremblait non plus du choc, mais de haine. Comment pouvais-t-on ? Comment pouvais-t-on torturer un être sensible à ce point ? Même Aayon, ce monstre Vampirique était inoffensif à côté de tant de sadisme. La « création » d’une nouvelle race pouvait-elle justifier ça ? Il ne comprenait pas. Vraiment pas. Comment ? Comment peut-on faire ça ? A ce point ? Trahir, détruire, brûler, couper, casser, arracher, tordre, briser, scarifier… Et ce qui devais arriver arriva. Moïra se prit une gifle. Le Chef venait de frapper la Déesse avec toute sa force de demi-Vampire. Et elle la reçut de plein fouet. Il faut croire que son Destin était d’avoir la mâchoire déboitée par ce coup. Sans ironie aucune.

« Moira… Tu… Tu es un monstre ! Comment ? comment as-tu put ? A ce point ? Mais que croyais-tu ? qu’espérais-tu ? Et… Pourquoi ? »

Il n’hurlait pas. Il sifflait. A travers ses dents serrées par la colère. Il sifflait de rage contre cette déesse qui se permettait tant de liberté avec la vie des autres. Il en était venu à avoir pitié d’Aayon. Il comprenait que Junia puisse vouloir le réconforter et il l’aurait bien fait lui aussi. Si seulement on pouvais tuer un Dieu… il livrerait bien Moïra sur un beau plateau à Aayon pour le coup ! Cadeau d’un petit fantôme qui t’aime bien, défoule-toi ! Que dirait-elle si on échangeait leur places ? Comment réagirait-elle si tous la trahissaient et l’abandonnaient entre les griffes d’un être cruel et sadique ? Elle ferait moins la fière la démone !

« Moïra… comment peux-tu vivre avec ça sur la conscience ? … tu… tu m’écœure… Mais bon sang, n’as-tu aucun cœur ? … C’est… C’est mon père que tu as détruit ! »

Il lui en voulait. Si seulement elle n’avait pas été là… peut-être. Peut-être alors que tout aurais été bien. Pas de Vampires, seulement de rares démons. Et lui, peut être aurait-il eut une famille. Peut-être aurait-il put aller vers Aayon sans avoir la certitude qu’il le tuerait dans l’instant. Et Aayon…

Mais une pensée concernant Junia lui traversa l’esprit… et il ne put s’empêcher d’imaginer le petit esprit sur cet autel de pierre, revivant le souvenir avec elle à la place de cette forme. Un Samael cruel et une Déesse du destin la torturant physiquement et mentalement en lui rappelant sans cesse comment Drac l’a abandonnée et trahie. Lui faisant clairement comprendre qu’elle était insignifiante. D’ailleurs, elle avait déjà été remplacée. Alors, même si elle s’échappait, Drac la renverrait ici. Il se força à ne pas poursuivre ses délires. Il se sentait mal. Comme si les tortures que son père avait subit alors qu’il n’était encore qu’un innocent sacrifié par les caprices enfantins d’une Déesse malade et cruelle l’avaient atteint lui aussi. Il finit par se laisser glisser le long du mur pour s’assoir et remonter ses genoux devant son menton. Il lui fallait encore un peu de temps pour se calmer.

Et si Moïra le cherchait ou lui envoyait la moindre pique…
Il riposterait avec les dents. Avec sa force de Vampire et toute sa haine. Déesse ou pas, elle allait voire à quel point elle avait réussi cette race puissante ! il en donnait sa parole !

[HS : tes attaques mentales sur Aayon ont eut concrètement quel effet au niveau du renforcement sur lui ? Tu peux lire ses pensées aussi ou pas ? ]
Revenir en haut Aller en bas
Angélia
Maréchal et Déesse foldingue
Angélia

Messages : 83
Date d'inscription : 29/08/2008
Age : 29
Localisation : Partout...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeSam 3 Oct - 23:31

[HS : Bah il peut contrer des attaques mentales jusqu’au niveau des attaques angéliques après il peut pas. Et puis si je peux lire dans ses pensées ? Bah oui, surtout comme c’est le premier de la race des vampires, y a un lien spéciale comme avec le premier des Démons, des Lycans...etc.]

La déesse attendait une réaction du Demi-Vampire qui se tenait en face d’elle et qui ne saurait tarder... et qui allait être assez douloureuse. Cela ne se fit pas attendre plus longtemps. Moïra se reçut une gifle, qui ressemblait plus à un coup de poing pour elle a cause de la force mise par l’hybride.


« Moira… Tu… Tu es un monstre ! Comment ? Comment as-tu put ? A ce point ? Mais que croyais-tu ? Qu’espérais-tu ? Et… Pourquoi ? »

Elle entendait toutes ses pensées qui bouillonnaient en lui... assez sympa sur moi. *Ironie ?* Bien entendu *Moi je trouve qu’il à raison, commenta Angie*.

« Moïra… comment peux-tu vivre avec ça sur la conscience ? … tu… tu m’écœures… Mais bon sang, n’as-tu aucun cœur ? … C’est… C’est mon père que tu as détruit ! »

Elle vit son esprit divaguait. Il repensait à la scène de torture d’Aayon en imaginant Junia à la place. Puis il la menaçait presque de l’attaquer avec ses dents. Je n’y crois pas. Bon pour le moment on réfléchis à ma mâchoire réduit en miettes. On lui a jamais appris qu’il fallait pas frapper celui qui l’avait créé... même : ne jamais frapper un Dieu et encore moins une Déesse, plus hargneuse que les Dieux. La déesse revient à la réalité et cracha du sang. Elle se toucha la mâchoire. Et putin, deux dents en moins. Mais pourquoi les hommes visent toujours le visage ? Si je ne me retenais pas je lui arracherais toutes ses dents, il verra si c’est si drôle de perdre ses dents. Je recracha du sang... mais d’où sa vient tout ça ? Ah de la langue, et ben heureusement que je suis pas mortelle sinon je serai morte à tout les coups. Elle passa sa main sur sa mâchoire et celle-ci guérit, lui fit retrouver ses deux dents et soignait la langue. Elle jeta un coup d’œil au demi-vampire qui se tenait en face d’elle. Il ressemblait à Aayon quand celui-ci avait été relâché dans la nature après sa renaissance.

«Comment j’ai pu faire ça ? Parce que je suis une gamine égoïste. Qu’est ce que je croyais ? Qu’est ce que j’espérais ? Bah que ça se débrouillerait aussi bien qu’avec les Démons : obéissance et encore obéissance, mais à mon avis je vous ai crée trop intelligent pour que vous vous répugnez à obéir. Pourquoi ? Parce que je suis une véritable gamine. Comment je peux vivre avec ça ? Je fais ce que je peux... »

Elle fit une pause.

"Je sais très bien que c'est ton père que j'ai détruit. J'en suis désolée. Maintenant que je vois ce qu'il est devenu et tout ce qu'il me pose comme problème, j'aurais dû y réflechir à deux fois... mais bon, la pression familiale ..." commença t-elle en souriant ironiquement. « On ne choisit pas qui on est... on ne choisit pas ses parents... » finissa -elle en soufflant, presque à elle-même et en baissant la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Drac Shark
Chef Schizo
Drac Shark

Messages : 474
Date d'inscription : 29/06/2008
Localisation : Dans tes plus beaux rêves... ou pires cauchemars...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeDim 1 Nov - 21:40

Drac allait et venait, faisant les cents pas, serrant les dents et tentant de contrôler sa colère. Si ses caprices lui avaient attirés des ennuis, tant mieux ! Par contre, il doutait un peu de sa sincérité quand elle disait regretter… Il continua ainsi à aller et venir, repensant à tout ce qu’il venait d’apprendre. Sur elle, mais aussi sur Aayon. Et sur le fait qu’il serait capable de le tuer… s’il le voulait. Mais voila, c’était « s’il le voulait » et… le voulait-il vraiment ? L’humain oui, le Vampire… moins sûr. Au fur et à mesure il finit par se calmer et fit de nouveau face à une Moïra, tête baissée. Elle avait l’air assez pitoyable en fait et il remarqua le filet de sang qui avait dégouliné sur son menton. Il soupira et finit par s’adresser à elle d’un ton plus calme, presque doux :

« … Je… désolé de t’avoir frappée. Je n’aurais pas dut faire cela. Je te demande pardon. »

Il avait en réalité assez honte. Déesse ou pas, sadique ou pas, il avait giflé une femme. Encore qu’elle lui paraissait ressembler un peu plus à un monstre quand il s’était laissé emporter. Mais c’était bien une jeune femme qui semblait s’en vouloir en plus qu’il avait devant lui à présent. Le Chef continua sur un ton un peu hésitant. Il ne savait pas trop comment s’adresser à cette femme étrange et avait un peu peur des réponses qu’elle pourrait lui apporter…

« Bon… si je comprend bien, nous avons un but commun : empêcher le Comte de continuer ses méfaits… n’est-ce pas ? Vous disiez que je pourrais le vaincre… dites-m’en plus s’il vous plait. Ou non. Non. Je le trouverais-moi-même. J’aimerais plutôt savoir ce qu’une Déesse comme vous pourrais faire pour aider la Congrégation. »
Revenir en haut Aller en bas
Angélia
Maréchal et Déesse foldingue
Angélia

Messages : 83
Date d'inscription : 29/08/2008
Age : 29
Localisation : Partout...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: A   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeMar 20 Juil - 12:41

Elle le regardait faire les 100 pas, tout en maugréant dans sa tête. Il doutait de sa sincérité ? Qu'il pense ce qu'il veut. Elle n'avait de compte à rendre à PERSONNE ! *Calme, intervient Angie* Je suis calme. Mais maintenant il est en train de se demander si il veut vraiment tuer Aayon. Peut être que j'ai mal choisi la personne pour ce travail. Si il change d'avis comme de chemise on est pas rendu. Elle le trouvait trop sérieux, il réfléchissait trop. Hum... de la culpabilité pour l'avoir frapper ? Bien, brave garçon *Hé! Ce n'est pas un chien, siffla l'humaine* Je n'ai que faire de ton avis sur la question, miss. Bon allez excuse toi, il ne te reste que ça et après je passe l'éponge.

« … Je… désolé de t’avoir frappée. Je n’aurais pas dut faire cela. Je te demande pardon. » dit Drac, avec un ton calme et doux.

Bien. c'est un bon point. Je suis maintenant toute ouïe.

« Bon… si je comprend bien, nous avons un but commun : empêcher le Comte de continuer ses méfaits… n’est-ce pas ? Vous disiez que je pourrais le vaincre… dites-m’en plus s’il vous plait. Ou non. Non. Je le trouverais-moi-même. J’aimerais plutôt savoir ce qu’une Déesse comme vous pourrais faire pour aider la Congrégation. » dit-il en un souffle.

Hum, hum...Qu'est ce que je lui dis ? Qu'est ce que je ne lui dit pas ?
*Fais carte sur table Moïra, conseilla Angélia* Et bien depuis que je possède ton corps, tu t'endurcis de jours en jours. *Je fais ce que je peux pour continuer à exister Moïra, me laissera-tu un jours?* Je ne sais pas, tu risque de ne pas survivre à la dépossession tu sais... Après un silence, la déesse commença à parler.

"Tu as tout a fait raison, notre but est commun, mais il faut que tu sois sûr de toi. Personnellement, et tout au fond de moi je ne veux pas le tuer. C'est quand même moi qui l'ai crée, c'est comme mon fils. En fait si on réfléchit, vous êtes tous mes enfants. Bref, Aayon le hait et je peux le comprendre, car c'est la seule race auquel j'ai utilisé la base humaine, enfin angélique dans ce cas, pour créer une autre race. D'habitude, c'est un peu comme un de ces jeux humains pour enfants: la ... pâte à modeler je crois. C'est ça ?" Elle n'attendit pas sa réponse même si elle l'entendit, au loin. "Bref, en gros j'aimerais ne pas le tuer mais il m'y oblige... à moins que je ne lui donne une planète sous son contrôle, vue son caractère dominateur cela lui plairait, mais non, pauvres âmes innocentes sous son service."

Moïra était partis dans un délire intérieur concernant la régence des planètes. Si elle réfléchissait bien, il y aurait bien une planète qui lui conviendrait mais il serait en permanence en guerre contre des créatures démoniaques *C'est peut être ça qu'il lui faut... comme une cure, intervient Angélia*. Peut être, la planète 3 de la galaxie 1 serait parfaite. *Planète 3 ? Galaxie 1? Euh c'est quoi ce bordel ?* Depuis le temps que tu vois à travers mes yeux *MES YEUX !* Oui bon, les nôtres, tu n'a toujours pas vue qu'il existait 10 galaxies contenant chacune 10 planètes, donc en gros, une centaine de planète....Bon, une seconde, on est pas là pour parler astronomie. Elle continua à parler.

"Sache que tu peut compter entièrement sur moi. Angélia me rend plus gentille, même si je ne sais pas si c'est une qualité ou un défaut. Bref, sache que mes pouvoirs sont illimités, je peux faire tout ce que tu veux, quand tu veux. Pendant les futures altercations avec l'ennemi, je peux créer des boucliers invisibles protecteurs pour tout le monde sans même qu'ils s'en aperçoivent. Il n'y aura plus de blessées. Si quelqu'un s'en aperçoit, je mettrais ça sur le dos d'un des sorciers. En parlant de sorcier, Arkos a une puissance que tu n'imagine pas, lui non plus d'ailleurs. Il me plaît bien. Je le mettrais bien dans la confidence. Il pourrait t'aider, si je l'aide, comme toi, à développer ses capacités, il sera puissant. Donc voilà, demande moi ce que tu veux."
Revenir en haut Aller en bas
Drac Shark
Chef Schizo
Drac Shark

Messages : 474
Date d'inscription : 29/06/2008
Localisation : Dans tes plus beaux rêves... ou pires cauchemars...

Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitimeDim 29 Aoû - 20:47

Spoiler:
 

Drac écouta les proposition de la Déesse, ne pouvant retenir quelques commentaires mentaux. Cependant, elle n’y prêta pas attention et fini par lui proposer de lui offrir ses pouvoirs. Mais il était hors de question d’en abuser : non seulement la congrégation, mais aussi les Vampires et Monseigneur finiraient par s’en rendre compte. Et si le Comte ignorait encore que Moïra se trouvait parmi eux, cela valait le coup de préserver le secret. Par contre, qu’Arkos ait des pouvoirs non encore révélés à ce jour étaient intéressant…

« Très bien, je te remercie de ta proposition. Nous verrons cela plus tard. Cependant, si tu dit qu’Arkos à plus de potentiel qu’il n’y parait, je veux bien te charger de le lui faire découvrir et de lui faire maitriser petit à petit ses nouveaux pouvoirs. Mais je préfèrerait éviter d’ébruiter le fait qu’une déesse se trouve à la Congreg. Par conséquent, je préfèrerait que tu ne montre ton vrai visage à personne, pas même à Arkos. Tu devrais être capable de l’entrainer sans avoir à lui dire qui tu es réellement.»

Il attendit qu’elle confirme ce qu’elle venait d’entendre et s’excusa avant de quitter la pièce.

[HS : désolé, manque d’idées pour continuer le dialogue]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]   Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia] - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Dieu à la Congregation [PV Aniel, Elowen et Angélia]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [upotobox ] Windtalkers, les messagers du vent [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Extérieur :: La Congrégation de l'Ombre-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser